Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Metronomy
Interview  (Paris)  29 mai 2008

L’entretien avec Joe et Oscar commence dans un éclat de rire. Ils viennent juste de terminer la session et la pièce qui nous est réservée, dans les locaux de Because, présente une affiche avec leur nom.

Surpris et heureux, ils se prennent à rêver, nous commençons.

Metronomy, pouvez-vous vous présenter et pensez-vous que trois soit le nombre idéal pour constituer un groupe ?

Joe Mount : Je suis Joe, Joseph. J’écris les textes et je compose les musiques, je fais les arrangements.

Oscar Cash : Je suis Oscar, je fais parfois les chœurs, je joue du clavier et du saxophone.

Joe Mount : Et Gabriel Stebbing , qui s’occupe du matériel, joue de la basse. Je pense que trois est un nombre idéal. Tu peux prendre des petits taxis, tu n’as besoin de réserver qu’une chambre,  tu partages les cachets et les charges en trois (rire)… Nous avons quelques fois des invités, mon cousin ou des amis de Gabriel. Nous avons quatre personnes, de très bons amis qui peuvent nous rejoindre.

Et vous invitez des filles, des danseuses…

Joe Mount : Nous avons joué pour une troupe de danseuses, il y a quelques années C’est une expérience assez unique, les danseuses utilisent plutôt la musique pop. Nous avons beaucoup aimé l’expérience, suivre une troupe de danse moderne et pop.

Quand avez-vous commencé la musique ?

Joe Mount : En tant que  Metronomy… j’avais 16-17 ans. Mais j’ai commencé la batterie à 10 ans.

Oscar Cash : J’ai commencé le saxophone à 9-10 ans.

Joe Mount : Nous avons joué dans des groupes, peut-être dès 10 ans, alors qu’on suivait des cours de musique. Nous avons en commun d’avoir des parents qui sont nés dans les années 60. Sans être des artistes, ils aiment la musique et nous ont encouragés. Ils regardent ce que nous faisons sur internet, sur Myspace, et lisent les commentaires. Ils savent ce que nous faisons de mal. Ma mère est photographe, elle enseigne aussi la photographie et elle aime dire à ces élèves que je fais partie d’un groupe.

Quel est le premier disque que vous ayez acheté ?

Oscar : le premier disque que j’ai acheté était "Teeny Weeny String Bikini", une chanson dans une émission pour enfant, je ne sais pas si c’est connu en France (ils ont chanté, c’était bien la chanson traduite en Français interprétée par Dalida).

Joe Mount : Le premier single était probablement Bros. Le premier album était d’un groupe Ash – je ne sais pas si vous connaissez – que j’ai pu acheter 6 livres.

Qui sont vos héros dans la fiction ?

Oscar Cash : Je ne sais pas. Je ne me rappelle pas, des personnages de séries….

Joe Mount : Je ne sais pas, vraiment. J’aime certainement les personnages d’explorateurs. Je ne connais pas de nom. Je ne me rappelle pas. J’aime les films de science fiction, mais il n’y a pas de personnage en particulier. Il y avait une série "La Planète des Singes", la première version,  avec Charton Heston, un personnage complètement fou, à qui il arrivait des choses extraordinaires, mais il n’avait qu’une chose en tête, s’échapper. C’est un personnage complètement stupide. Je n’ai jamais vraiment réfléchi à la question. Je préparerai quelque chose pour la prochaine fois.

Vous vivez à Londres, n’est-ce pas ? Est-ce que c’est important ?

Joe Mount : Gabriel et moi, nous vivons à Londres et Oscar vit à Brighton. Il  y a beaucoup de scènes différentes en Angleterre, comme par exemple les Arctic Monkeys qui viennent de Sheffield. Je pense que les bons groupes finissent par venir à Londres. C’est le genre de ville où on te laisse faire ce que tu veux. Si tu es bon, tu deviens célèbre, sinon tu ne comptes pas. Il y a une stimulation, une sorte de compétition.

Dans le Devon, à part Muse, il n’y a quasiment rien. J’ai vécu dans le Devon jusqu’à 18 ans. Il n’y a pas vraiment de scène dans le Devon. Je pense qu’il y a un public, les groupes viennent se produire dans le Devon mais eux-mêmes ne sont pas créatifs, ou ils ne sont pas doués. Ils prennent mais ne donnent pas, je trouve, d’une certaine manière.

Oscar Cash : J’ai grandi à Nothingham. A Brighton, il y a plusieurs petites scènes. Je pense que les meilleurs groupes viennent tôt ou tard à Londres.

Joe Mount : Quand je suis venu à Brighton, j’ai vraiment découvert une scène exceptionnelle, tout particulièrement en musique électronique.

Pensez vous à votre public quand vous écrivez l’album ?

Joe Mount : Après le premier album et les premiers concerts, j’ai étoffé le groupe, avec Oscar aux claviers et Gabriel à la basse. J’ai écrit des textes, je voulais provoquer une réaction chez le public, je suis content des concerts qu’on produit. Il y a davantage de parties jouées à la basse et aux claviers. Oscar et Gabriel sont des musiciens exceptionnels. Mais on ne peut pas prévoir complètement comment le public va percevoir les choses.

A partir de quel moment savez-vous que le morceau est terminé ?

Joe Mount : C’est un peu instinctif. Tu composes un morceau et tu le joues et tu sens s’il est fini ou non, si tu en es content ou si tu t’ennuies. Maintenant, je le sens moins, mais avant j’étais plutôt déçu par ce que j’avais enregistré. On a tendance à penser que ce n’est jamais complètement abouti.

Oscar Cash : Je n’ai pas vraiment de mot à dire sur Metronomy. Mais pour moi, un morceau est terminé, quand les idées s’enchaînent bien  jusqu’à une bonne conclusion. Je suis d’accord, c’est quelque chose qu’on ressent, il faut que ça devienne naturel, même lorsqu’on travaille sur des covers.

Savez-vous dès le début ce que vous voulez obtenir ?

Joe Mount : Le fait de travailler sur ordinateur permet parfois de produire un son intéressant complètement par hasard qui va tout changer. Les gens font une différence entre les musiques composées sur ordinateur et les autres. Mais pour moi, les ordinateurs favorisent la créativité. Tu n’es pas bloqué par la technique, tu arrives plus facilement à ce que tu veux obtenir.

Je ressens comme une urgence dans votre musique un peu comme si demain le monde s’écroulait. Etes -vous d’accord avec ça ?

Joe Mount : Etrange. J’aime venir en France, où on me dit toujours ce genre de choses. Il y a une façon différente de percevoir la musique. En Angleterre, les gens prennent la musique comme elle est, pour danser. Mais moi, je dirais aussi que notre musique est morose, pas déprimante, mais il y a ce fond de tristesse, ce n’est pas vraiment heureux. Oui, pour moi, c’est la fin de monde.

Les concerts : Vous jouez à Leeds et à Reading… Comment le vivez-vous ?

Joe Mount : Cette année, je ne sais pas si nous jouons au Reading en août. L’année dernière, nous avons joué à Reading, Leeds. Et nous avons participé aux plus grands festivals comme Glastonbury, Benicassim. C’était comme un rêve d’enfant qui se réalise, jouer sur scène dans un groupe.

Qu’est-ce qu’on peut vous souhaiter pour l’avenir ?

Joe Mount : Une longue carrière... C’est-à-dire six ou sept ans.

Oscar Cash : Juste d’autres albums.

Joe Mount : D’évoluer, de produire des albums de plus en plus intéressants. La fin du monde n’est pas pour demain…

Retrouvez Metronomy
en Froggy's Session
pour 2 titres acoustiques en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Metronomy parmi une sélection de singles (décembre 2007)
Metronomy parmi une sélection de singles (mai 2008)
La chronique de l'album Nights out de Metronomy
La chronique de l'album The English Riviera de Metronomy
Metronomy parmi une sélection de singles (avril 2012)
Metronomy en concert au Festival International Benicàssim 2008
Metronomy en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Metronomy en concert au Festival We Love Green #1 (édition 2011)
Metronomy en concert au Festival We Love Green 2011 (1ère édition) - dimanche 11 septembre
Metronomy en concert à Main Square Festival 2012 - Programmation
Metronomy en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - vendredi
Metronomy en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Vendredi
Metronomy en concert à Main Square Festival 2012 - Vendredi
Metronomy en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - vendredi
Metronomy en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #26 (édition 2014) - vendredi
Metronomy en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - vendredi 7 juillet
Metronomy en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019)
Metronomy en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019) - Samedi 17

En savoir plus :
Le site officiel de Metronomy
Le Myspace de Metronomy

Crédits Photos : Nicolas Rakotopare


Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Metronomy (29 mai 2008)


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=