Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Wraygunn - Chris Kenna
La Maroquinerie  (Paris)  20 juin 2008

La chaleur revient enfin sur Paris en cette veille de changement de saison. Belle soirée pour un concert et malgré  la rude et interminable montée de Ménilmontant pour accéder à la Maroquinerie, la récompense se trouve assurément au bout.

Précédé de sa réputation scénique, Wraygunn avait déjà fait forte impressions lors de ses précédents passages, transformant chaque concert en une frénésie gargantuesque.

Le groupe lusitanien vient défendre ce soir son nouvel album Shangri-la sur la scène parisienne. Enfonçant le clou du déjà célébré Ecclesiastes 1.11, Wraygunn avec son dernier opus accède définitivement au statut de prophète du rock-blues-funk-hiphop portugais.

L’australien Chris Kenna ouvre la soirée, seul sur scène simplement muni d’une guitare électrique. Lui qui joue habituellement dans des bars parisiens se retrouve sur les planches de la Maroquinerie et en faisant l’effort de s’exprimer en français acquiert immédiatement l’aval du public.

Sa voix grave et éraillée, s’intègre parfaitement au mélange blues folk country prodigué. Parfaite première partie pour ce qui va suivre, il raconte, avec un chant émaillé de quelques rugissements d’outre tombe, des histoires de cowboys australiens, de gangsters, d’amour et de mort.

Le public, bien que encore peu nombreux, se montre enthousiaste. Fin de set, le lonesome bluesman conclut alors avec "One more cup of coffee", reprise de Monsieur Bob Dylan.

Après quelques poignées de minutes, arrivent enfin les sept membres de Wraygunn. Verres éternellement fumés, et tatouages ornant ses bras, Paulo Furtado aka The legendary tiger man est le maître de cérémonie. Tendance gringalet, il se révèle pourtant monstrueux d’énergie, de rage et de conviction. Et il est comme toujours bien entouré : Batteur, percussionniste, homme de main aux samplers, bassiste et deux choristes l’accompagnent pour cette soirée. La Maroquinerie est le format idéal de salle pour ce groupe. Le public est proche et condensé dans la petite fosse centrale et la promiscuité augmente la température déjà élevée.

C’est le languissant "Just a gambling man" qui ouvre la soirée. Paulo susurre tandis que  les chœurs font monter doucement monter la sauce. Dès lors les choses s’accélèrent rapidement avec "Ain’t gonna break my soul" tiré du premier album Soul jam. Porté par un riff hypnotique, Paulo alterne ses deux micros transformant sa voix comme au travers d’un mégaphone.

Plus apaisé et soul, "Love is my new drug" donne le chant libre à  Raquel Ralha la deuxième voix de Wraygunn. Il faut dire que Shangri-la dans son ensemble, offre plus de place aux voix féminines. De même, "No more, My lord" permet à  Selma Uamusse, la seconde choriste, de prendre le lead pour un Gospel détourné au son Hammond du synthé.

Suit "How long, how long"  qui, commençant doucement mais porté par la montée de la batterie, entame un hypnotique rythme qui enflamme le public. Les chansons se suivent en crescendo présentant ainsi un aperçu des trois albums du groupe.

Finalement le groupe passe définitivement la cinquième, voire plus, avec "Love letters from a muthafucka"  lancé à toute allure sur les highways du rock.

Enfin le boogie "All night long"  tiré du précédent album clôture le concert. Les choristes semblent possédées et les lumières blanches stromboscopiques transforment la salle en night club. Prise dans une frénésie démoniaque, l’assemblée s’anime pour de bon. Puis, baissant de régime, la chanson se fait langoureuse et permet à Paulo de descendre de scène, de se promener entre les gens, d’embrasser les filles et les enlacer. Au son d’un "Love that’s woman"  répété à l’envie par Paulo et repris par les choristes la soirée se termine donc sur cette prière.

Acclamé par le public,  le groupe  revient pourtant et effectue son habituelle dynamitée reprise des Kinks  "You really got me" avant de se retirer définitivement au son d’un très speed "Juice" .

Mélange de Blues, soul, rock et hiphop Wraygunn dégage une énergie déraisonnable faite de déflagrations musicales. Tels des prêcheurs en terre inconnue, messies d’une délivrance musicale, le groupe a laissé ce soir sur scène plusieurs litres de sueur et comme toujours a électrisé le public. Une énergie animale, sexuelle sur des incantations chamanes. Mélange des genres et genre unique. L’effet était déjà garanti à l’écoute de l’album mais ce n’était rien comparé à l’effet sur scène.

Set list :

Just a gambling man
Ain’t gonna break my soul
Keep on praying
Love is my new drug
No more, my lord
How Long? How long?
Everything’s gonna be ok
Work me out
She’s a go-go dancer
Drunk or stoned
Lady luck
Love letters from a muthafucka
All night long

You really got me
Juice

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Eclesiastes 1.11 de Wraygunn
Wraygunn en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Wraygunn en concert au Nouveau Casino (8 novembre 2005)
La chronique de l'album Masquerade de The Legendary Tiger Man
Legendary Tiger Man en concert à La Maroquinerie (25 janvier 2007)
L'interview de The Legendary Tiger Man (7 septembre 2006)

En savoir plus :
Le site officiel de Wraygunn
Le site officiel de Chris Kenna

Crédits Photos : Nicolas Rakotopare (retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=