Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jörg Lozek - Im Zimmer
Galerie Daniel Templon  (Paris)  Du 31 mai au 19 juillet 2008

La Galerie Daniel Templon alterne ses présentations d'œuvres d'artistes confirmés, voire emblématiques, comme ce fut le cas tout dernièrement avec l'exposition des oeuvres récentes de Jim Dine, et celles de jeunes artistes émergents.

Du 31 mai au 19 juillet 2008, elle soumet à la sagacité du public, des amateurs d'art et des collectionneurs, les toiles de Jörg Lozek, jeune peintre allemand qui appartient à la jeune peinture allemande issue de l'Ecole de Leipzig, école fondée au 18ème siècle, berceau de la perfection technique et de l’aptitude au dessin en RDA, qui a connu, après la chute du mur de Berlin, un renouveau enthousiasmant sous l'impulsion d'une nouvelle génération de peintres avec une figure de proue au niveau international, Neo Rauch dont il fut l'élève.

Sous le titre "In zimmer", sont exposées la quasi totalité des toiles récentes de Jörg Lozek. Des toiles de grands formats, déclinaisons d'une thématique unique, voyages dans un lieu clos, qui opèrent une bien singulière attraction sur le spectateur.

Ressortissants à la peinture figurative, dans laquelle fusionnent diverses influences dont la tradition illustrative est-allemande et l'esthétique du réalisme socialiste, elles usent également d'un hyperréalisme épuré qui peut confiner à l'abstraction philosophique.

Le deuxième regard

L'univers apparent de "Dans la chambre" est une pièce unique et polymorphe, chambre, cuisine, salle d'eau et salon, envahie de meubles et d'objets domestiques peints avec le souci minutieux du détail tout comme le motif des tapisseries vétustes et les détériorations, déchirures, décollements, fissures, moisissures, infiltrations, qui l'affectent.

Une décoration surannée, franchement datée années 40-50, en état de délabrement, pour un no man'land, squat improbable, sans issue, ou bien des fenêtres occultées et des portes sans poignée, et cependant extrêmement lumineux sans source de lumière apparente.

Car celle-ci émane de l'extérieur de la toile, semblable à celle de projecteurs et métaphore du regard du spectateur.

Jörg Lozek développe une stratégie picturale duelle, de distanciation, par l'effet de décor de théâtre de cet espace tout en surface, qui induit un mode narratif, et d'entropie, qui attire et concentre le regard vers l'intérieur introspectif du tableau.

Au deuxième regard, l'œil découvre sur la plupart des toiles un personnage archétypal et récurrent de jeune homme en tenue légère, dont la fantomatique silhouette blanche dessinée est comme plaquée sur le décor.

Ce qui conforte l'impression première d'irréalité, et semble, cependant, parfaitement intégrée dans cet espace, dans une attitude dilettante, souvent immobile, quelque fois agissant en communication avec l'extérieur matérialisée par un fil, celui du téléphone ou de l'ordinateur, et dont les traits ne reflètent aucune émotion patente, celle-ci naissant du décor.

Diverses impressions s'en dégagent, telles le silence, la solitude, l'attente, et, essentiellement, la mélancolie, et la sensation de se trouver face à une situation énigmatique qui, selon l'expression freudienne amplement usitée, conduit à un sentiment d'inquiétante étrangeté.

Double autobiographique ou/et métaphore de la société contemporaine singulièrement immobile, à cheval entre deux ères, dont on imagine son passé et voit son présent et dont il faut imaginer l'avenir incertain, ces toiles inscrivent leur auteur dans le courant du "réalisme névrotique".

Elles infèrent également des évocations comme "le théâtre muet" des toiles d'Edward Hopper ou les "états des lieux" de Charles Matton.

Les peintures de Jörg Lozek, instantanés narratifs et intrigants, qui se perçoivent par strates successives, interpellent interactivement le spectateur sans obligatoirement lui apporter de réponse. Une piste de réflexion qu'il livre : "S'il y a un thème c'est celui du caractère public de l'espace privé".

 

En savoir plus :

Le site officiel de la Galerie Daniel Templon

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation de la Galerie Daniel Templon


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=