Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce My Bloody Valentine - Le Volume Courbe
Le Zenith  (Paris)  9 juillet 2008

Le pari était loin d'être gagné lorsque, ici ou là, on commençait à annoncer le retour sur scène de My Bloody Valentine.

Sans s'être réellement franchement séparés, les quatre membres du groupe avaient néanmoins vaqué à leurs occupations respectives (et sans doute respectables) laissant sans suite un album qui aura marqué le petit monde du rock anglais au fer rouge sorti en 1992, Loveless. 16 ans pendant lesquels, à chaque rentrée musicale, chacun y allait de sa plume dans le petit monde   des chroniqueurs rock que cette année, c'est sûr, le successeur de Loveless va sortir et ça va être énorme.

Seule l'attente fut énorme malheureusement et c'est avec une certaine lassitude et un évident désintérêt que l'on évoquait depuis quelques années maintenant ce groupe devenu mythique, symbole d'une génération, disparu au sommet de sa gloire sans tambour ni trompette, mais quand même avec un bon fond de caisse, si on en croit la somme annoncée comme avance pour faire cet album qui n'a jamais vu le jour.

Or, donc, vint le jour où on vit, sceptiques, fleurir les annonces, toutes plus officielles les unes que les autres, annonçant le retour du groupe... sur scène.

Pas d'album, pas de maison de disque, juste quatre personnes disposées à rejouer ensemble des titres dont le plus jeune a déjà, du haut de ses 16 ans, pas mal de poils au menton.

On ne s'étendra pas sur les raisons, commerciales voire alimentaires ou tout simplement guidées par la passion et l'envie de remettre les choses à leur place, peut-être "humblement" montrer qui est le patron dans ce monde changeant de la musique rock.

Seulement en 16 ans, des groupes et des courants musicaux, il nous en est passé par les oreilles et les groupes défilent aujourd'hui dans le cœur du public aussi vite qu'un maillot jaune dans la descente du mont Ventoux, c'est donc un pari plus audacieux qu'il n'en a l'air que de proposer un groupe qui n'a pour le moins jamais été taillé pour le grand public et dont le succès, tout groupe mythique qu'il ait pu être, semble finalement plutôt générationnel.

Alors on a tout de même un peu peur de trouver un Zénith désert, un public de quadragénaires nostalgiques venus applaudir coûte que coûte une infame bouillie sonore sans inspiration joué par un groupe de morts-vivants.

Pourtant, même si Le Volume Courbe ouvre la soirée devant une salle relativement déserte, on sent que le public est là et pas seulement composé de fans de la première heure. Première bonne surprise...

Surprise vite estompée par la prestation des sus-cités, Le Volume Courbe, pseudo shoegazer à peine sortis de l'adolescence, délivrant ça et là quelques notes de musique, chacune qui mise ensemble devrait théoriquement donner quelques ritournelles pop sans grandes prétentions.

Malencontreusement, les quatre membres du groupe semblaient ne pas s'être rendus compte qu'ils étaient ensemble sur scène, et donnaient franchement l'impression de faire chacun un truc différent dans son coin.

Ajoutons à cela un son assez faible, une voix inexistante qui devient fausse sitôt que sa propriétaire en fait un trop grand usage, un guitariste peu inspiré et une violoniste, flutiste peu charismatique bien que charmante et on obtient un concert peu convaincant laissant présager le pire à venir.

C'est donc un peu sous pression, à tel point que nous n'aurons même pas la force de nous rendre à un des quatre bars dont les mérites nous sont vantés sur un grand panneau lumineux, pour en boire une, de pression.

 

Et puis enfin, le noir et nos quatre idoles arrivent sur un scène, tranquilles, comme chez eux et tandis que des images multicolores commencent à être projetées sur un immense écran, les premières notent envahissement l'espace du Zénith finalement assez honnêtement rempli. C'est fort, c'est beau, c'est puissant et un peu émouvant.

On sait déjà au bout de quelques minutes que ce concert sera unique.

Plutôt décontractés, bien que peu communicatifs, les My Bloody Valentine donnent l'impression d'être chez eux.

 

La bassiste (Deb Googe) et le batteur (Colm O'Ciosoig) s'en donnent à cœur joie tandis que la toujours sexy guitariste (Bilinda Butcher) et Kevin Shields restent impassibles devant leur micro à torturer leur guitare et diverses pédales d'effets.

Le groupe jouera quasiment tout Loveless, "Loveless live in Paris" lancera, souriant, Kevin sous sa tignasse d'ado et ses joues un peu rondes.

La puissance espérée, sans y croire, est bien là, les mélodies magiques qui sortent des bidouilages sonores dont le groupe a le secret aussi et même si le son du Zénith n'est peut-être pas parfait, on retrouve sans peine les sensations découvertes 16 ans plus tôt à l'écoute du toujours inégalé Loveless.

Le final fantastique de 20 bonnes minutes hypersoniques sera le coup de grâce, le groupe offrant  alternativement un déluge de décibels presque insupportable et des moments de calme, proche de la frustration que la transe sonore se soit interrompue, pour mieux repartir ensuite.

On dit souvent de ses fantasmes qu'il ne faut jamais les réaliser, pourtant celui-ci valait d'être vécu, et à revivre encore, dès que possible !

Il ne reste plus qu'à espérer, de nouveau, un nouvel album du groupe qui, s'il est à l'image des prestations scéniques, devrait marqué encore l'histoire de la pop pour les années à venir... si seulement cet album arrive un jour.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Défense raisonnée de My Bloody Valentine de My Bloody Valentine
My Bloody Valentine en concert au Festival International Benicàssim 2008
My Bloody Valentine en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
My Bloody Valentine en concert au Festival La Route du Rock 2009 (vendredi)
My Bloody Valentine en concert au Festival La Route du Rock 2009 (vendredi) - 2ème

En savoir plus :
Le Myspace de My Bloody Valentine
Le site officiel de My Bloody Valentine

Le myspace de Le Volume Courbe

Crédits photos : David Didier (la série complète sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=