Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Poney Express
Interview  (Paris)  21 juillet 2008

Nous nous sommes glissés dans la salle de répétition de Poney Express et avons volé un peu de leur temps, pour leur poser quelques questions sur leur actualité, leurs inspirations. Réponses rapides et pleines d'humour de la part d'Anna et Robin, durant cette interview chronométrée pour faute de temps.

Comment vous est venue l'idée de faire un disque ensemble ? Racontez-nous votre rencontre.

Robin : On s'est rencontré sur la route, j'étais en tournée avec mon groupe et Anna dans celui qui ouvrait pour nous, donc première rencontre, en tournée. Ensuite, avec Gaëtan, chanteur de Louise Attaque, on a produit le disque du groupe dans lequel Anna officiait, donc deuxième rencontre, en studio. A partir de là, on a senti qu'il y avait un truc, on a parlé Bob Dylan, Violent Femmes, Belle and Sebastien, c'était il y a un an, deux ans ?

Anna : Ah non ! Ce n'était pas il y a un an, c'est plutôt trois ans !

Robin : Ben, non deux.

Anna : On sait plus (rires).

Robin : Bref, on partageait quelques sensibilités.

Et donc, l'envie de jouer et d'enregistrer un album est arrivé assez vite.

Robin : Ah oui, c'est venu très, très vite. Mais c'est aussi le hasard, elle s'est pointée avec une guitare acoustique, j'avais une basse acoustique depuis longtemps, au lieu de regarder un DVD, on a fait des chansons. On a fait deux chansons et on s'est dit tout de suite, qu'on allait faire un album.

En parlant des influences que vous partagez, Dylan, Violent Femmes...

Anna : Non, pas Dylan !

Robin : Dylan, c'est un petit sujet sensible, c'est pas que je n'aime pas, c'est juste que je ne connais pas. Faut le faire de pas connaître Dylan ! Et en plus, je ne comprends pas trop le truc.

Anna : Je comprends que ça peut être chiant.

La petite voix nasillarde, c'est difficile de passer au-dessus, personnellement, ce n'est pas trop mon truc non plus.

Anna : Ah oui, c'est sûr, la voix...

Robin : Oui, c'est sûr. Si tu compares à Gordon Gano, le chanteur des Violent Femmes, lui, il a un organe impressionnant, qui me touche plus.

Anna : Moi aussi, je préfère ce type de voix.

Robin : Quoi ! Trois ans après tu retournes ta veste !!! (rires)

Poney Express est votre seul projet musical ? Vous avez mis le reste en sommeil ?

Anna :  Moi c'est enterré.

Robin : Moi c'est en vacances.

Quelle est votre actualité de l'été? Vous allez faire quelques petites dates ?

Robin : Carrément, dans deux jours on joue à Vienne, en France, avec Deportivo et BB Brunes au Théâtre Antique, c'est un super endroit pour jouer. Ensuite, on suit la tournée des BB Brunes. Puis, on va faire Rennes, Namur et Bruxelles.

Anna : Et au mois d'août, vacances !

A la rentrée, vous avez prévu une tournée pour défendre l'album ?

Anna : Oui, en octobre.

Et vous retournez jouer en Angleterre ?

Robin : On y va le 11 septembre, jouer dans un magasin de fringues.

Pourquoi un magasin de fringues ?

Robin : C'est un magasin qui, depuis les années 60, a un rapport avec la musique. Ils ouvrent tous les vendredis leur local à des groupes qui viennent jouer. Je leur commandais des fringues sur internet et une fois, le colis n'est pas arrivé. Je leur ai écrit, un peu énervé, et je me suis aperçu qu'ils étaient vraiment cool, donc j'ai fini par leur demander si on pouvait jouer chez eux.

Et le colis, tu l'as reçu moins ?

Robin : Oui, ça, c'est bon.

Au niveau de vos influences, on lit différentes choses à droite et à gauche, mais si vous deviez le définir vous-mêmes, vous le feriez comment ?

Anna : C'est vraiment tout ce qu'il y a entre la pop anglaise et le folk américain, donc ça fait plein de choses possibles entre les deux. Quand on parlait de Belle and Sebastien et Violent Femmes, ça résume bien les deux en fait, un coté folk américain et un coté pop anglaise.

Robin : Ca peut suffire mais en plus, on chante en français, ce qui change la donne. C'est ce qu'on a choisi de pousser, la pop bien ouvragée de Belle and Sebastien et le côté folk acoustique des américains.

Tout à l'heure, tu disais que plutôt que de regarder un DVD, vous aviez joué de la musique, le cinéma reste tout de même très présent dans votre univers musical.

Robin : Dès qu'on en a marre de jouer, hop, un DVD (rires)

J'ai vu une vidéo qui montre le tournage d'un clip, vous êtes dans une voiture, avec un fond filmé pour faire décor. C'est très inspiré du cinéma américain, années 60, c'est une grosse source d'inspiration.

Robin : On pourrait douter que ce soit une inspiration, est-ce qu'on traduit bien en musique, les images ? Ce que je vais dire n'est pas bon pour nous, mais c'est juste pour que tu te fasses une idée de la chose. On n'a pas d'inspiration, on aime beaucoup le cinéma. Quand on n'a plus d'inspiration, on pioche dans le cinéma, ce n'est jamais très proche, c'est comme une bouée, on est plus dans la recherche d'une atmosphère, d'une esthétique en fait.

Anna : On a choisi ça, parce qu'on ne parle pas de nos problèmes de couple dans nos chansons, on n'est pas trop littéraire, nous c'est le cinéma. Quand on dit cinéma, on ne parle pas de cinéma rare, inabordable, c'est grand public.

Vous enregistrez sans fioritures, quasiment acoustique. C'est un choix d'être le plus "naturel" possible ?

Robin :  Tout ou presque est dans ce terme naturel, les pré amplis qu'on utilise sont à lampes, ce sont de vieux outils. Cela va avec l'idée de jouer en live, tout peut être joué à deux, guitare et basse, après c'est le bricolage le plus total.

Anna : On peut faire tout l'album à deux, on l'a déjà fait.

Robin : Pour nous, c'est vachement important, c'est une démarche. A la fin des prises studio, tu dois choisir entre les différentes prises, sachant qu'en live ça fluctue. Et ça, en tout cas dans la pop, c'est essentiel à mon avis. Comme ce sont toujours les mêmes accords qui sont joués dans la pop, il faut autre chose, saisir quelque chose de simple, instinctif, de vivant.

Il vous arrive de sortir et d'aller jouer dans les bars de manière inopinée ?

Robin : On l'a fait en Allemagne, à Cardiff, c'est génial de faire ça.

Et le fait de chanter en français, c'est perçu comment à l'étranger ?

Anna : Comme c'est de la pop acoustique, c'est universel, ça se comprend tout de suite, les gens sont réceptifs, on nous a dit que ce n'était pas grave de ne pas comprendre le français, qu'ils saisissaient quand même l'idée des textes.

Et chanter en français, c'est une volonté ?

Anna : Je ne pourrais pas chanter en anglais, j'aimerais bien avoir un super accent mais je l'ai pas.

Enfin l'accent, il y a plein de chanteurs français qui ne se posent pas de cas de conscience.

Anna : Ah oui et ça tue tout !

Robin : C'est horrible et peu intéressant.

Anna : Rose, la chanteuse de Moriarty c'est parfait, mais elle est d'origine américaine. Un mauvais accent anglais, ce n'est pas beau.

Robin : Il y a un petit groupe de Bordeaux qu'on aime beaucoup qui s'appelle Kid Bombardos, mais l'accent... C'est dommage parce qu'ils sont bons. Mais le chant en anglais... C'est super scolaire et ça casse un peu le truc.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Daisy Street de Poney Express
La chronique de l'album Palladium de Poney Express
Poney Express en concert au Festival Les Femmes s'en melent #11 (2008)
L'interview de Poney Express (décembre 2010)

En savoir plus :
Le Myspace de Poney Express

Crédits photos : Laurent Hini (la série complète sur Taste of Indie)


Monsieur Var         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Poney Express (29 novembre 2010)


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=