Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival FNAC Indétendances 2008
The Delano Orchestra - Quidam - Les Shades - Pete and the Pirates  (Paris, Pont de Sully)  9 août 2008

Sous un soleil légèrement voilé et devant un parterre, avouons-le, encore assez clairsemé, ce sont les Clermontois de The Delano Orchestra d'ouvrir cette nouvelle soirée du festival Fnac Indetendances, placé sous le signe de la jeunesse puisque les 4 groupes se succédant ce soir ne doivent pas comptabiliser une moyenne d'âge très au-dessus de 20 ans.

Mais revenons donc à The Delano Orchestra.

2 guitares, 1 basse, quelques claviers, un batteur, 1 violoncelle et bien entendu un chanteur composent ce groupe que l'on pourrait qualifier, si toutefois le terme existe, de dark folk.

Le dark folk, ce serait disons un truc qui aurait à voir avec Spain, Will Oldham mais aussi un peu de Nick Cave et pour rester sur le territoire, un bon morceau des Jack The Ripper qui, en son temps, avait eu également les honneurs de ce festival.

Des mélodies habitées par le chanteur malgré son trac visible, s'essoufflant trop vite. Les chansons oscillent entre mélancolie et mélodies un rien intimistes, difficiles à faire passer en festival à 17h devant un public certes ouvert mais qui reste un peu sur sa faim.

Faim assouvie dès lors que le groupe accélère le rythme et monte le volume. On assiste alors à de véritables morceaux de bravoure, le chanteur arc-bouté sur sa guitare accompagné par un groupe impeccable font montre de leur talent pour les ambiances sombres et tendues qui feraient presque oublier que l'on est en plein air et plein soleil.

Ce groupe touchant et émouvant est à suivre de très près et est à decouvrir de toute urgence dans un club si possible aux lumières tamisées près de chez vous.

On reste en Auvergne pour accueillir le deuxième groupe de la soirée puisqu'il s'agit de Quidam, vu quelques fois déjà à la capitale et qui, d'ailleurs, nous avait fait l'honneur d'une interview ainsi que d'une session acoustique. Quidam, c'est un trio rock dans la plus pure tradition rock. Guitare chant, basse et batterie.

Pour qualifier Quidam, on hésite entre la grandiloquance de Muse pour l'impressionnante présence scénique du chanteur qui en fait quand même beaucoup et pas toujours, semble-t-il, de façon très spontanée mais passons, et Joy Division tant chaque intro ou presque rappelle fortement le groupe de Curtis.

D'ailleurs, Quidam fera, lors de son set, une reprise de Joy Division. Pourtant, dans sa globalité, le set n'a rien de comparable et ici le rock est moins noir, tant au niveau des textes que des mélodies.

Une pêche d'enfer, un son puissant emporte néanmoins le public nettement plus nombreux qu'une heure plus tôt.

On sent un potentiel dans ce groupe, une énergie terrible mais il manque encore peut-être un peu de maturité dans les textes, même si les trois membres du groupe ont déjà tout compris pour être des "bêtes de scène".

Petite pause au village des artistes pour voir s’activer, autour de la loge des Shades, moults journalistes venus relayer le buzz du moment.

C’est que ce soir, les Shades sont les héros locaux. Ces jeunes parisiens signés sur le label pourtant respectable de Bertrand Burgalat, Tricatel, viennent de sortir leur premier album, Le Meurtre de Venus et sont visiblement les véritables idoles du public féminin dont l’âge semble osciller entre 8 et 15 ans, venu massivement ce soir.

La prestation du groupe vaut ce qu’elle vaut, le batteur... tape fort, le chanteur chante mal, le clavier s’applique et les autres tentent quelques effets de manche dans la plus pur rock‘n roll attitude dans leur panoplie de parfaits petits rockeurs. Parfois, les hurlements du public donne l’impression de se trouver près d’un manège à sensations de la Foire du Trône. Etrange… Inutile de s’éterniser donc.

Pendant que les Shades signeront de nombreux autographes (soulignons au moins leur gentilesse et leur disponibilité, mais cela fait peut-être aussi parti du produit) à leurs jeunes fans, c’est Pete and The Pirates qui monte sur scène.

Venu d’Angleterre, ce groupe tout aussi jeune (bon allez, disons qu’ils sont un peu plus vieux) que les Shades exerce ses talents dans un registre pop énergique et dansante dont l’Angleterre garde jalousement le secret.

Les cinq joyeux lurons, toujours un sourire aux lèvres ne tardent pas à communiquer leur bonne humeur au public qui commence à s’agiter sérieusement mais dans une ambiance très bon enfant, sous les yeux des agents de la sécurités attentifs, mais soulignons-le, toujours sympathiques (dommage que ce ne soit pas le cas dans toutes les salles de concerts et festivals).

Bien sûr, le succès de Pete and the Pirates est dû non seulement à leur mélodies entrainantes et tubesques mais aussi à la façon de chanter du groupe puisque quasiment tout le monde chante, à la façon d’une chorale, créant de jolies harmonies vocales souvent accompagnées de gestes adaptés du chanteur tout aussi facétieux que ses compères.

Tous les titres ou presque de Little Death, leur premier album, sorti au début du printemps seront passés en revue pendant ces 50 minutes de set, rappel compris. Le public repartira ce soir avec le sourire et une pêche d’enfer avec pour la plupart, j’en suis sûr, l’envie de recroiser le chemin de ces étonnants petits anglais à l’humour.. très british ! Ce groupe est à découvrir d’urgence, en live ou par le biais de leur disque très réussi et qui n’a rien à envier à leurs performances scéniques. Un des grands moments de ce festival Indétendances.

Quoi qu’il en soit, ce soir encore, malgré les Jeux Olympiques, les vacances d’été, le temps pas forcément folichon, le public était très largement présent au pied de la scène d’Indétendances. Preuve que, quand on leur propose autre chose, les gens sont ouverts à d’autres choses que la Nouvelle Star Academy et qu’il faut continuer coûte que coûte à promouvoir la scène musiciale indépendante, aussi variée que riche de talents sur laquelle même les Shades ont leur place, après tout.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Will Anyone Else Leave Me de The Delano Orchestra
La chronique de l'album Dossier Kütu Folk Records de Pastry Case - St-Augustine - Leopold Skin - The Delano Orchestra
La chronique de l'album Now that you are free my beloved love de The Delano Orchestra
La chronique de l'album EITSOYAM de The Delano Orchestra
La chronique de l'album MVAT MVCT MLWY de The Delano Orchestra
La chronique de l'album Babel de Jean-Louis Murat & The Delano Orchestra
La chronique de l'album Live aux [PIAS] Nites de Jean-Louis Murat & The Delano Orchestra
The Delano Orchestra en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Vendredi)
The Delano Orchestra en concert au Nouveau Casino (8 avril 2009)
The Delano Orchestra en concert au Festival La Route du Rock 2009 (vendredi)
Quidam parmi une sélection de singles (mai 2007)
Quidam en concert à La Boule Noire (18 novembre 2005)
Quidam en concert à La Maroquinerie (1er novembre 2007)
Quidam en concert à l'Elysée Montmartre (1er décembre 2007)
Quidam en concert à l'Elysée Montmartre (4 avril 2008)
L'interview de Quidam (4 avril 2008)
La chronique de l'album Le meurtre de Vénus des Shades
Une 2ème chronique de l'album Le meurtre de Vénus des Shades
Les Shades en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Jeudi)
La chronique de l'album Little Death de Pete and the Pirates
Pete and the Pirates en concert au Festival Summercase 2008 (Samedi)
L'interview de Pete and the Pirates (17 mars 2008)

En savoir plus :
Le site officiel du festival

Crédits photos : David Didier (retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Quidam (4 avril 2008)
Les Shades (3 mars 2008)
Pete and the Pirates (17 février 2008)


# 21 janvier 2018 : En attendant les beaux jours

Il pleut partout, il fait moche, il fait froid. Qu'à cela ne tienne, voici notre sélection de la semaine qui devrait pouvoir occuper vos jours gris et vos soirées au coin du feu avec moultes choses à écouter, à lire, et à voir. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Thanks for listening" de Chris Thile
"Moondog new sound" de Ensemble Minisym
"Mossy Ways" de Eric Le Lann
"MOR" de Marcel Kanche
"Mille excuses" de Misska
"Essais, volume 2" de Pierre de Bethmann Trio
"Songs of praise" de Shame
et toujours :
Aftermath" de Alex Stuart
"Kili kili" de Black Bones
"Jean Baptiste Lully : Alceste, ou le trimphe d'Alcide" de Christophe Rousset & les Talens Lyriques
Interview de Pierre autour d'une session live de 5 titres
"Girl's ashes" de Dirty Work of Soul Brothers
"Infernu" de Hifiklub
"Trio 30YearsFrom" de Théo Girard
"Destination overground : the story of Transglobal" de Transglobal Underground
"Classe moyenne" de Vincent Touchard

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Maladie de la Mort" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Schatten ( Eurydike sagt)" au Théâtre de la Colline
"Les Bacchantes" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Tertullien" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Le Menteur" au Théâtre de la Tempête
"Concertos de Passions" au Théâtre Les Déchargeurs
"Céline, derniers entretiens" au Théâtre Les Déchargeurs
"Après le tremblement de terre" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Paysages intérieurs" au Théâtre Le 13ème Art
"Les Fils prodigues" au Théâtre Le Maillon à Strasbourg
"J'arriverai par l'ascenseur de 22h43 (chronique d'un fan de Thiéfaine)" aux Docks à Lausanne
les reprises à ne pas rater:
"Trahisons" au Théâtre Le Lucernaire
"Gauthier Fourcade - Liberté !" au Studio Hébertot
"Constance - Gerbes d'amour" au Théâtre Apollo
"Mon meilleur copain" au Grand Point Virgule
et les chroniques des autres spectacles de janvier

Expositions :

dernière ligne droite pour "Irving Penn" au Grand Palais

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"La Douleur" de Emmanuel Finkiel
et les chroniques des sorties de janvier

Lecture avec :

"Assad" de Régis Le Sommier
"Celui qui disait non" de Adeline Baldacchino
"Etienne de silhouette" de Thierry Maugenest
"Fausses promesses" de Linwood Barclay
"Le pouvoir" de Naomi Alderman
"Mille soleils" de Nicolas Delesalle
"Itinéraire d'un enfant maltraitée" de Liliane Zylbersztejn
et toujours :
"L'infinie comédie" de David Foster Wallace
"La femme qui ment" de Hervé Bel
"La friction du temps" de Martin Amis
"Les oiseaux morts de l'Amérique" de Christian Garcin
"Massacre des innocents" de Marc Biancarelli
"Un homme doit mourir" de Pascal Dessaint

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=