Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Le Rock Dans Tous ses Etats 2008
65 days of static - Tahiti 80 - Rodrigo y Gabriela - My Brightest Diamond - Birdy Nam Nam  (Hippodrome d'Evreux, Normandie)  vendredi 27 juin 2008

65 days of static - Papamobile
Un peu de darkness dans une fin d’après-midi radieuse. Je me faufile pour assister à ce concert qui reprend les codes post-rock avec force visuel. Parfois, je lève les yeux pour m’apercevoir qu’il fait jour, mais je suis décidément absorbé par la noirceur de la scène et celle du son développé par les membres du groupes.

Tous grimés de noir, morceau après morceau, le groupe alterne déchainements noisy de guitares et plages plus apaisées teintées de mélancolie pour un ensemble cathartique et homogène au final, même si les boules Quiès sont de mise, ça envoie du bois ! A découvrir dans le prolongement de Explosions in the Sky ou Mogwaï.

Tahiti 80 - Papamobile
On ne pouvait pas "rêver" mieux – c’est le mot – pour l’heure de l’apéritif ! Tahiti 80 a assuré un bon spectacle devant un public tout acquis à la cause pop californienne et à l’acousticité retrouvée d’éternelles balades enjôleuses. Nos petits normands pour le moment méconnus du grand public ont rendu le sourire aux derniers récalcitrants et ont fait joyeusement tapé du pied la petite foule venue les voir, on se serait cru sur Venice Beach, L.A ! Simple, cool, sympa.

Rodrigo y Gabriela - Scène B
Ayant fait leur place au soleil d’Irlande, les deux guitares "locas" et endiablées ont débarqué sur la scène B devant un public curieux, conquis, parfois extatique.

Le bouche-à-oreille fonctionne depuis déjà quelques mois en France où les deux mexicains ont déjà frappé, notamment aux Transmusicales de Rennes, en décembre dernier.

Union de leur premier amour heavy metal et de leur dextérité hors-pair relayée par un vidéo projecteur sur le fond de la scène, les deux acolytes ont fusionné le son nerveux de leurs guitares acoustiques dans un set enlevé où les ruptures font hurler des "olé" à la foule. Un vrai dépaysement et une belle énergie communicative au final. Olé !

My Brightest Diamond - Papamobile
Changement radical d’ambiance sur la scène Papamobile. Si les 2-3 minutes de retour vers l’entrée ont été courtes pour reprendre ses esprits après Rodrigo y Gabriela, on peut dire que Shara Worden, incarnation féminine totale, a très vite plongé le public dans le vif du sujet.

Pris en cours, je débarque très proche de la scène et je découvre la chanteuse, seule, dans un simple halo de lumière satinée, une main dans la poche de sa salopette, l’autre est affairée à pincer les cordes de sa guitare électrique avec une désinvolture incroyable, un charme trucidant, une malice déconcertante.

L’épuration sonique est de mise, l’émotion belle et brute. A capella, la puissance lyrique de sa voix touche en profondeur et enveloppe de sa rêverie amoureuse. Faites de beaux rêves, festivaliers… Magnifique et touchant.

John Butler Trio – scène A
Attendu, il n’a pas déçu. Le show scénographique est à la hauteur du bonhomme à la chevelure épaisse façon Jamaïca et au sympathique look de surfeur.

Pas convaincu de l’intérêt particulier de ce concert sur le papier, je me laisse finalement doucement gagner par les sympathiques virtuosités de notre pote à tous John qui dégage un feeling, vrai et  spirituel. "Better than" et "Zebra" sont érigés en hymne par le public nombreux, rendu joyeux par le son simple de la guitare et du banjo.

Un set très inspiré qui insuffle, qui prend et vous emmène dans les contrées blues, folk et reggae avec brio. Bonne surprise, bravo John (tape dans le dos) !

Birdy Nam Nam – scène B
Lunettes de soleil requises pour ce show nocturne, programmé à l’heure où les moustiques ébroïciens prennent l’apéro.

Visuellement, c’est la claque : murs de lumière tour à tour bleu, vert, orange ou jaune. Impressionnants et sans concession à l’intimité des festivaliers électriques ! Avec Birdy Nam Nam, on est là pour danser à gogo !

Gageons que le show assuré par ces quatre DJs a fait fuir les ivres bestioles un temps, tant la puissance du beat electro et hip hop a fait vibré les festivaliers en mal de gigotage ! Party on !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
Samedi 28 juin au Rock Dans Tous Ses Etats

65 days of static en concert au Grand Mix ( 11 mai 2009)
Tahiti 80 parmi une sélection de singles (janvier 2011 )
La chronique de l'album Ballroom de Tahiti 80
Tahiti 80 en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
L'interview de Tahiti 80 (jeudi 7 janvier 2016)
La chronique de l'album 11 :11 de Rodrigo y Gabriela
Rodrigo y Gabriela en concert au Festival Les Transmusicales 2007 (Vendredi)
Rodrigo y Gabriela en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Rodrigo y Gabriela en concert à L'Aéronef (vendredi 13 novembre 2009)
Rodrigo y Gabriela en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi
La chronique de l'album A Thousand Shark's Teeth de My Brightest Diamond
My Brightest Diamond en concert au Point Ephémère (22 avril 2008)
My Brightest Diamond en concert au Festival Fargo All Stars 2008
My Brightest Diamond en concert au Grand Mix (mardi 27 mars 2012)
L'interview de My Brightest Diamond (juin 2008)
La chronique de l'album Live in Paris de Birdy Nam Nam
Birdy Nam Nam en concert au Festival Les Trans 2005 (Samedi)
Birdy Nam Nam en concert au Festival de Dour 2006 (jeudi)
Birdy Nam Nam en concert au Festival Les Transmusicales 2008 (Vendredi)
Birdy Nam Nam en concert au Festival Rock en Seine 2009 (samedi 29 août 2009)
Birdy Nam Nam en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Vendredi
Birdy Nam Nam en concert à L'Aéronef (mardi 20 mars 2012)
Birdy Nam Nam en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - vendredi
Birdy Nam Nam en concert au Festival Le Cabaret Vert #8 (vendredi 24 août 2012)
Birdy Nam Nam en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Vendredi 26 août

En savoir plus :
Le site officiel du festival

Crédits photos : Fabrice Delanoue (retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


G@ët'         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 21 janvier 2018 : En attendant les beaux jours

Il pleut partout, il fait moche, il fait froid. Qu'à cela ne tienne, voici notre sélection de la semaine qui devrait pouvoir occuper vos jours gris et vos soirées au coin du feu avec moultes choses à écouter, à lire, et à voir. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Thanks for listening" de Chris Thile
"Moondog new sound" de Ensemble Minisym
"Mossy Ways" de Eric Le Lann
"MOR" de Marcel Kanche
"Mille excuses" de Misska
"Essais, volume 2" de Pierre de Bethmann Trio
"Songs of praise" de Shame
et toujours :
Aftermath" de Alex Stuart
"Kili kili" de Black Bones
"Jean Baptiste Lully : Alceste, ou le trimphe d'Alcide" de Christophe Rousset & les Talens Lyriques
Interview de Pierre autour d'une session live de 5 titres
"Girl's ashes" de Dirty Work of Soul Brothers
"Infernu" de Hifiklub
"Trio 30YearsFrom" de Théo Girard
"Destination overground : the story of Transglobal" de Transglobal Underground
"Classe moyenne" de Vincent Touchard

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Maladie de la Mort" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Schatten ( Eurydike sagt)" au Théâtre de la Colline
"Les Bacchantes" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Tertullien" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Le Menteur" au Théâtre de la Tempête
"Concertos de Passions" au Théâtre Les Déchargeurs
"Céline, derniers entretiens" au Théâtre Les Déchargeurs
"Après le tremblement de terre" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Paysages intérieurs" au Théâtre Le 13ème Art
"Les Fils prodigues" au Théâtre Le Maillon à Strasbourg
"J'arriverai par l'ascenseur de 22h43 (chronique d'un fan de Thiéfaine)" aux Docks à Lausanne
les reprises à ne pas rater:
"Trahisons" au Théâtre Le Lucernaire
"Gauthier Fourcade - Liberté !" au Studio Hébertot
"Constance - Gerbes d'amour" au Théâtre Apollo
"Mon meilleur copain" au Grand Point Virgule
et les chroniques des autres spectacles de janvier

Expositions :

dernière ligne droite pour "Irving Penn" au Grand Palais

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"La Douleur" de Emmanuel Finkiel
et les chroniques des sorties de janvier

Lecture avec :

"Assad" de Régis Le Sommier
"Celui qui disait non" de Adeline Baldacchino
"Etienne de silhouette" de Thierry Maugenest
"Fausses promesses" de Linwood Barclay
"Le pouvoir" de Naomi Alderman
"Mille soleils" de Nicolas Delesalle
"Itinéraire d'un enfant maltraitée" de Liliane Zylbersztejn
et toujours :
"L'infinie comédie" de David Foster Wallace
"La femme qui ment" de Hervé Bel
"La friction du temps" de Martin Amis
"Les oiseaux morts de l'Amérique" de Christian Garcin
"Massacre des innocents" de Marc Biancarelli
"Un homme doit mourir" de Pascal Dessaint

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=