Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival International Benicàssim 2008
The National - Moriarty - Leonard Cohen - Death Cab For Cutie - Micah P. Hinson - Calvin Harris - Morente Omega con Lagartija Nick - Richard Hawley - Justice - Morrissey - The Courteeners - Yelle - Siouxsie - Vive la fête - David Duriez - Joakim - Superma  (Benicàssim, province de Castellón)  dimanche 20 juillet 2008

Retrouvons-nous pour la toute dernière journée du FIB 2008.

18h40 : Les New-Yorkais de The National ont apparemment conquis la scène Fiberfib avec leur rock indé mélancolique et celà, malgré l’horaire "matinal".

Leurs prestations étaient habituellement un peu trop molles à mon goût mais d’après les personnes ayant assisté à celle-ci, la patate était au rendez-vous.

19h20 : Les membres de Moriarty jouent sur la petite scène, toujours dans un décor de théâtre, ambiance salon londonien de 1900 à tendance petite maison dans la prairie. Leurs titres pop-folk sont mignons et chaleureux, mais en live c’est tout de même un peu mou et pas énormément expressif au regard des moyens mis en œuvre ; et on sent une mise en scène assez travaillée qui ne rend pas le spectacle très naturel.

L’intro et le final sont un peu plus agités avec solos d’harmonica entraînants et tapage dans les mains. Le single "Jimmy" et la reprise acoustique (pas essentielle) de Depeche Mode "Enjoy the silence" sont joués au milieu du set pour un public qui se disperse de plus en plus pour se placer sur la grande scène.

20h00 : L’Escenario Verde est bien garni pour accueillir Leonard Cohen. Il est accompagné d’un backing band assez bluesy (pedal steel et orgue hammond) avec trois choristes et de temps en temps un bouzouki.

Tous ses tubes dancefloors sont passés en revue comme "Suzanne" (sur lequel il prend la guitare), "Everybody knows", "Bird on the wire", "I’m your man"… "Hallelujah" est forcément repris en chœurs par plus de 20000 personnes les bras en l’air, avec applaudissements après chaque refrain. La bonne ambiance retombe parfois, notamment sur "First we take Manhattan" (heureusement joué sans les synthés de l’album), où on entend davantage le public discuter au fond de la scène. En gros, l’émotion n’est peut-être pas submergeante mais le moment est joli. C’est surtout bon d’entendre en live Léo, ses 73 ans et sa voix inimitablement profonde.

Pendant ce temps-là, le groupe de rock indé from Seattle Death Cab For Cutie ferait presque oublier qu’il y a un mythe sur la grande scène en remplissant presque la tente Fiberfib. J’arrive vers la fin de leur set. Ils ont déjà joué l’excellent "I will possess your heart", "The new year", "Title and registration", "Cath"… Le public est enthousiaste ; l’atmosphère est excellente et chaleureuse. Le final est envoûtant avec le superbe titre à rallonge "Transatlanticism" et son refrain lancinant ("I need you so much closer…"); Ben Gibbard passe du piano à la guitare et relance le morceau de plus belle : le public tape en rythme dans ses mains et offre une véritable ovation au groupe.

20h30 : Micah P. Hinson, et sa country-folk du Texas, a fort à faire pour lutter contre Leonard Cohen sur la scène d’à-côté. Pourtant, le charme opère malgré un public clairsemé. Le set deviendra de plus en plus rock avec guitares distos et riffs de banjos entraînants. Les personnes étant restées tout le concert ont, d’après elles, passé un super moment.

21h30 : La pop-dance du jeune anglais Calvin Harris fait onduler la scène Fiberfib. Malgré des mélodies simplettes et un jeu de scène banal, il est adulé par ses compatriotes qui n’arrêtent pas de danser, surtout sur le tubesque "Acceptable in the 80’s", dont les notes de synthé rigolo sont effectivement salement entêtantes...

Pendant que sur la grande scène une expérience est tentée avec le projet Omega alliant un groupe de flamenco dirigé par la star locale Enrique Morente, accompagné par un groupe de rock indé, Lagartija Nick.

Même de loin, on peut entendre le public espagnol ovationner la prestation.

22h00 : Le vieux pote de Jarvis Cocker, Richard Hawley, attire pas mal de monde sur la petite scène. Le public est assez attentif et l’ambiance n’est pas transcendante mais Richard semble heureux d’être là.

Le petit moment de concert que j’ai vu m’a paru moins intéressant que l’écoute du disque, mais son mélange de country, folk, rockabilly et pop (tout ça, oui) mérite vraiment qu’on s’y attarde, surtout à l’écoute de morceaux comme "Tonight the streets are ours" (gros succès au FIB).

23h00 : Plus d’une demi-heure avant le début du live de Justice, environ 15000 personnes essaient de s’entasser sous la tente de la scène Fiberfib. C’est un peu trop ; des milliers de spectateurs suivront ce concert en dehors de la tente. Cela arrive souvent mais cette année, j’ai l’impression que l’on a affaire à la plus grosse densité de foule. Les Frenchies sont donc très attendus. Parmi l’audience, nombreuses sont les croix tentant avec plus ou moins d’humour de représenter le symbole du groupe.

Leur fameux décor prend place sur la scène : un mur de synthés analogiques, de vieux racks d’effets, des patchs, un crucifix laser… au-dessus desquels siègeront les stars, Xavier et Gaspard, entourés par 2 murs de baffles Marshall (dix-huit en tout).

Ok, c’est du fake mais ça a de la gueule ; car des baffles sans micros devant, ça ne peut servir qu’à faire joli ou montrer qu’ici, on aime les ambiances rock’n roll. Et le matos analogique ne sert pas au live non plus. Mais bon, il y a quand même un effort de déco ici par rapport aux autres sempiternels groupes qui tournent quelques boutons sur une console et dont le son sort de notebooks (éternelle question : pourquoi pas passer un cd, alors ?).

De toute façon, ce qu’on demande à Justice, c’est de foutre le feu, et comme les morceaux ont des enchaînements parfaitement préparés et que le public est conquis d’avance, l’ambiance est à chaque fois énorme ; ce soir ne déroge pas à la règle, surtout que l’ambiance de base d’un public bénicassimois est supérieure à la moyenne (merci aux Anglais et Espagnols).

Les deux Parisiens entrent en scène tous spots éteints sur l’intro de "Genesis", et tout le monde est déjà à donf. Surtout que les premières notes de "Phantom" surgissent juste derrière : hystérie collective.

Absolument rien n’arrête le public de sauter les bras en l’air. Juste une phrase lancée au milieu d’un break pour que la folie s’accentue encore : "Do the dance". L’intro du tube sera jouée en boucle plusieurs minutes sans aucun beat ; forcément, tout le monde chante en hurlant : "You were such a P.Y.T, Catching all the lights, Just easy as A.B.C. That's how you make it right !" ; avant que le morceau n’explose vraiment dans un fracas indescriptible.

Les nombreux breaks comme l’intro du morceau classique "Une nuit sur le mont chauve" (qui sert lui-même d’intro au titre "Stress" dont le clip est tant controversé) ne sont qu’un moment de répit pour se déchaîner de plus belle.

Le très distordu et saccadé "Waters of Nazareth" y passe aussi et sur la fin, les paroles "We are your friends, you’ll never be alone again !" résonnent.

Rebelote : tout le monde chante le refrain du premier tube de Justice a cappella pendant 5 minutes, avant de laisser place à un tremblement de terre quand le morceau part vraiment.

Jamais je n’aurais autant sué de ma vie ; au début du live, je suis compressé entre de grands anglais torses nus bourrés et les gros seins d’une jolie blonde nordique, mais je m’aperçois qu’à la fin du live, j’ai dû bouger de 15 mètres et les gens sont totalement différents. Quelques groupes de Français sont d’ailleurs présents : une fille en maillot de bains tricolore danse sur les épaules d’un mec, quelques drapeaux bleu blanc rouge s’agitent.

Fin du live : beaucoup sortent épuisés, torses nus ; tous dégoulinent de sueur, dégueulasses mais heureux.

23h30 : Contrairement à l’édition 2004, Morrissey est cette fois-ci bien venu sur la grande scène du FIB : belle performance (il était toutefois revenu se faire pardonner en 2006).

Forcément, l’ambiance est bonne, tant les Anglais sont présents en nombre et tant il est aimé en Espagne.

Mais, vu la foule présente sur la scène Fiberfib pour Justice, Morrissey ne devait pas faire scène comble, en tout cas pas au début de son set. Justice terminant avant lui, pas mal de festivaliers pas spécialement fans de Morrissey vont voir par curiosité la fin de son concert (eh oui, comme moi, désolé).

Toujours aussi cynique entre certains morceaux, Morrissey critique allègrement la bouffe du FIB, la pop anglaise et espagnole. Parmi la setlist : "First of th gang to die", "Irish blood, english heart", une chanson des Buzzcocks, des chansons des Smiths comme "Vicar in a tutu" , "What she said", "Death of a disco dancer", "How soon is now" (en conclusion).

A signaler que pendant Justice et Morrissey, les Mancuniens de The Courteeners ont tout de même joué devant près de 2000 personnes sur la petite scène ; sans doute un public n’aimant pas les rois de la pop et la musique électronique, mais préférant la power-pop.

01h00 : Encore du frenchy au FIB avec sur la petite scène : Yelle. En fait, quand j’avais vu la prog il y a quelques mois, j’avais un peu rigolé en pensant à ce que pouvait donner "Je veux te voir" ou "A cause des garçons" chantés à Bénicassim.

Et bien, je peux maintenant dire que ça fait un carton. Ok, la scène Fibclub contient environ 6000 personnes, mais elle est pleine à craquer et tout le monde tape dans ses mains. De toute façon, ceux qui s’en foutent de Yelle sont restés sur les autres scènes.

Sans doute quelques uns du millier de Français présents au Fib se retrouvent ici (quelques drapeaux tricolores s’agitent), et les Anglais et les Espagnols présents s’éclatent à fond.

On sent bien que Yelle a un vrai public. Pas étonnant qu’elle fasse une carrière internationale avec tournée mondiale à l’appui et diffusions sur des radios du monde entier.

Pour faire le spectacle, elle harangue la foule en s’agitant dans sa robe à paillettes Castelbajac tandis que son complice GrandMarnier assure vraiment pas mal à la batterie.

Je pense que quand on n’aime pas (légitimement) ce son criard et ce chant simplet pour teenage girl fluo, il y a quand même moyen de se marrer si on est complètement bourré. En tout cas, tout le monde danse ; et heureusement, pas de tektonik en vue, ouf…

01h15 : Siouxsie a délaissé les Banshees et les Creatures pour sortir l’album Mantaray l’an dernier et partir en tournée mondiale.

Tenue noir et argent proche de celle d’Iron Man, crinière longue et noire en arrière, maquillage outrancier : le voyage dans le temps vers le post-punk peut commencer sur la grande scène, pas énormément remplie.

Beaucoup de morceaux de son album sont interprétés, puis quelques morceaux mythiques des Banshees, comme les entêtants "Happy House" ou "Israël". Dans le public, bien plus âgé qu’à Justice, quelques bras bougent langoureusement dans les airs ; ça tape des mains mais ce n’est pas vraiment la folie.

03h00 : Les belges de Vive la fête tentent de mettre un peu le feu pour le dernier concert sur la grande scène. Pour ma part, difficile d’y aller et surtout de rester à cause de leurs lives pas extraordinaires, de la musique que je trouve peu motivante (alors que c’est censé devoir vous faire groover), du chant stressant de la (belle) blonde, des paroles premier degré, mais peut-être est-ce la faute du chant en Français…

Autant aller s’agiter sur les deux autres scènes, désormais vouées aux nombreux dj’s, dont la pointure house-club David Duriez, un de mes chouchous des dancefloors, et Joakim (de Versatile et Tigersushi) ; encore des Français. Présents également : Supermayer (projet électro-pop rigolo de Superpitcher et Michael Mayer du label allemand Kompact), Radio Slave et Ewan Pearson, dans un style un peu plus minimal.

Finalement, cette édition du Fiberfib sera juste dans la moyenne, peut-être une des moins intéressantes de par sa programmation. Attention, ça veut surtout dire que plus on remonte dans le temps et plus la prog était énorme, selon moi.

De plus, d’année en année, le festival Summercase de Barcelone est devenu bien plus qu’un concurrent du FIB. Et comme par hasard, il a maintenant lieu le même week-end. Rappelons qu’il y avait au Summercase, des groupes de live fabuleux comme Primal Scream ou Grinderman ; il y avait également Mogwaï (qui jouait mon album préféré, aaargh !), sans parler des Kings of Leon, des Breeders, Blondie, Sex Pistols, Midnight Juggernauts et beaucoup d’autres que j’adore (mais la liste est vraiment trop longue).

Le Fib devrait aussi faire attention à ne pas trop se retrouver dans la boucle du marché anglais du disque car une brèche "variétés" s’ouvre de plus en plus. On a l’impression que les maisons de disques anglaises prévoient dans leur plan media un passage obligé par Benicássim, quel que soit le type de groupe d’ailleurs. Comme désormais les Anglais sont les festivaliers les plus nombreux, ils sont également un marché très juteux.

Mais on retiendra toujours de ces Fiberfib l’éternelle ambiance de maboul du public (peut-être grâce aux Anglais et aux Espagnols car c’est assez rare en France) et cette atmosphère particulière, mi-plage mi-concerts.

Longue vie, donc.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
Jeudi 17 juillet au Festival International de Benicàssim
Vendredi 18 juillet au Festival International de Benicàssim
Samedi 19 juillet au Festival International de Benicàssim

Jeudi 17 juillet du FIB vu par Mathilde
Vendredi 18 juillet du FIB vu par Mathilde
Samedi 19 juillet du FIB vu par Mathilde
Dimanche 20 juillet du FIB vu par Mathilde

La chronique de l'album Sad songs for dirty lovers de The National
La chronique de l'album Cherry Tree de The National
La chronique de l'album Kicking the national habit de Grand National
La chronique de l'album Alligator de The National
La chronique de l'album Boxer de The National
La chronique de l'album High Violet de The National
La chronique de l'album The National Health de Maximo Park
La chronique de l'album Trouble Will Find Me de The National
La chronique de l'album Sleep Well Beast de The National
The National en concert à La Guinguette pirate (22 juin 2003)
The National en concert à Mains d'Oeuvres (3 novembre 2003)
The National en concert au Nouveau Casino (11 juin 2004)
The National en concert à Bowery Ballroom (3 octobre 2004)
The National en concert à Bowery Ballroom (3 octobre 2004) - 2ème
The National en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (jeudi)
The National en concert au Café de la Danse (25 avril 2005)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2005 (vendredi)
The National en concert au Trabendo (24 novembre 2005)
The National en concert à La Guinguette Pirate (13 décembre 2005)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
The National en concert au Festival Furia Sound 2008
The National en concert au Festival International Benicàssim 2008
The National en concert au Festival La Route du Rock 2010 (dimanche)
The National en concert au Festival Pukkelpop 2010 (samedi 21 août 2010)
The National en concert au Festival BIME Live! 2014 (édition #2) - samedi 1er novembre
L'interview de The National (22 juin 2003)
L'interview de The National (3 novembre 2003)
L'interview en VO de The National(11 juin 2004)
L'interview de The National (11 juin 2004)
L'interview de The National (5 mai 2007)
L'interview de The National (avril 2010)
La chronique de l'album Gee whiz but this is a lonesome town de Moriarty
Moriarty parmi une sélection de singles (octobre 2011)
Moriarty en concert à La Maroquinerie (15 octobre 2007)
Moriarty en concert au Festival GéNéRiQ 2008 (6 mars 2008)
Moriarty en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Jeudi)
Moriarty en concert à Hey Hey My My - Moriarty - Deportivo - Beat Assailant (21 juin 2008)
Moriarty en concert à l'Olympia (lundi 13 octobre 2008)
Moriarty en concert à Théâtre Sébastopol (lundi 8 novembre 2010)
Moriarty en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - samedi
Moriarty en concert au Fil (samedi 24 novembre 2011)
L'interview de Moriarty (16 octobre 2007)
La chronique de l'album The John Byrd Ep de Death Cab For Cutie
La vidéo de Drive Well, Sleep Carefully par On The Road With Death Cab For Cutie
La chronique de l'album Micah P. Hinson and the Red Empire Orchestra de Micah P. Hinson
La chronique de l'album Micah P. Hinson and the Pioneer Saboteurs de Micah P. Hinson
La chronique de l'album Micah P. Hinson and the Nothing de Micah P. Hinson
Micah P. Hinson en concert au Café de la danse (17 septembre 2009)
Micah P. Hinson en concert à Théâtre Marigny (dimanche 17 octobre 2010)
L'interview en VO de Micah P. Hinson(29 avril 2008)
L'interview de Micah P. Hinson (vendredi 25 mars 2016)
La chronique de l'album Cole's Corner de Richard Hawley
La chronique de l'album Lady's Bridge de Richard Hawley
La chronique de l'album Truelove’s Gutter de Richard Hawley
Richard Hawley en concert à La Maroquinerie (12 octobre 2005)
Richard Hawley en concert à Glee Club (15 novembre 2005)
Richard Hawley en concert au Nouveau Casino (25 octobre 2007)
Justice parmi une sélection de singles (décembre 2007)
Justice parmi une sélection de singles (mai 2008)
Justice en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
Justice en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Justice en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Samedi)
Justice en concert à Main Square Festival 2012 - Programmation
Justice en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012
Justice en concert à Main Square Festival 2012 - Vendredi
Justice en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi
Justice en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi & dimanche
Justice en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2017 - du vendredi au dimanche
La conférence de presse de Justice (15 août 2007)
L'interview de Justice (octobre 2007)
La chronique de l'album You are the Quarry de Morrissey
La chronique de l'album Live at Earls Court - Who put the M in Manchester ? de Morrissey
La chronique de l'album Ringleader of the tormentors de Morrissey
Morrissey parmi une sélection de singles (juin 2006)
La chronique de l'album Tomorrow will be beautiful de Flo Morrissey
Morrissey en concert à La mutualité (28 octobre 2002)
Morrissey en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (samedi)
Morrissey en concert au Zénith (vendredi 13 novembre 2009)
Morrissey en concert au Grand Rex (27 octobre 2014)
The Courteeners en concert au Festival International de Benicàssim #16 (dimanche 18 juillet 2010)
Yelle en concert au Festival Art Rock 2007 (Samedi et Dimanche)
Yelle en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Yelle en concert au Festival Art Rock #25 (2008)
La chronique de l'album The Seven year Itch Live DVD de Siouxsie & the Banshees

En savoir plus :
Le site officiel du festival

Crédits photos : ManuD (retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


Spud         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Micah P. Hinson (25 mai 2010)


# 23 juin 2019 : Un festival de festivals

On vous parle bientôt du Hellfest, on vous parle déjà du Magnifique Society, on va partir au festival de Beauregard... bref, c'est l'été, la saison des festivals et on va vous tenir compagnie tout l'été, histoire de vous rafraichir les idées pendant que votre corps suera à grandes eaux sous le soleil caniculaire. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Une clairère" de Jérôme Minière
"Cheval fou" de Marie Claire Buzy
"Le pas de côté" de Matthieu Malon
"Trust in the Lifeforce of the Deep Mystery" de The Comet Is Coming
"Years to burn" de Calexio & Iron and Wine
"Tutto va vene" de Alex Rossi
"The coffin train" de Diamond Head
"Black Haze" de Lloyd
Compte rendu du Magnifique Society à Reims :
- Vendredi avec Delgrès, Franz Ferdinand, The Fat White Family...
- Samedi avec Pond, Bagarre, Sebastian etc.

et toujours :
"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Why ?" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Evaporés" au Théâtre de la Tempête
"Elle voit des nains partout !" au Café de la Gare
"Nous deux et personne d'autre" au Lavoir Moderne Parisien
"Roger, Roger et Roger" au Café de la Gare
"Olympicorama - Epreuve n°2 : Le disque" à la Grande Halle de La Villette
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Natan, le fantôme de la rue Francoeur" de Francis Gendron
Oldies but Goodies avec "L'Age d'or" de Luis Bunuel
et la chronique des films à l'affiche en juin

Lecture avec :

"Avis de décès" de Zhou Haohui
"L'évasion du siècle" de Brendan Kemmet
"La lame" de Frédéric Mars
"La solitude Caravage" de Yannick Haenel
"Malamorte" de Antoine Albertini
et toujours :
"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=