Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival International Benicàssim 2008
Aldo Linares - Krakovia - Nada Surf - Single - Dj Mamarracha - Sigur Rós - Mates of States - Facto Delafé y Las Flores Azules - Black Lips  (Benicàssim, province de Castellón)  jeudi 17 juillet 2008

Et voilà, la 15ème édition du "Festival International de Benicàssim" (le FIB pour les intimes) organisé par la S.A Maraworld et sponsorisé par Heineken a pris fin. Il me faut vous raconter notre périple.

Je dis "notre" car je suis accompagnée d'Emmanuel Deniaux, photographe toulousain qui nous gratifie des superbes clichés associés à cet article. L'histoire qui suit est racontée à travers les yeux neufs d'une donzelle aux oreilles vierges (sacré concept).

Tout commence le jeudi 17 juillet au matin. Arrivée sur Benicàssim, mission première du festivalier qui s'y prend au dernier moment et qui ne veut pas aller à l’excellent camping proposé par le festival : trouver un hôtel. Tous sont bondés et on a tôt fait de se retrancher sur l'hôtel le plus cher du coin... soit disant 4 étoiles : "L'Orange Intur". Un petit conseil, si un jour vous voulez le tenter : abstenez-vous ! Chambre sale, minuscule, odeur nauséabonde de poisson pourri, le jus de fruit n'y existe pas et vous boirez votre bière dans un gobelet en carton Coca-Cola. Sacrilège ! Votre humble serviteur étant enceinte de 5 mois, j'ai moyennement goûté leur prestation (ou comment prendre conscience du "luxe" à la française…).

Jeudi 17, c'est également le premier jour de festival.

15h : Il nous faut entrer sur la zone pour récupérer les pass presse... Ah oui, mais pour accéder à ladite zone, il faut présenter le fameux pass. Devant le zèle du service de sécurité, on fait donc le tour de toute l’immense zone sous un soleil de plomb, tragédie. Nous récupérons enfin le sésame et l'accréditation pour se garer. Cela nous aura pris à peine… 2h.

19h30 : Début des festivités. Trois scènes sur quatre fonctionneront ce soir. L'escenario verde (scène principale), la Vodafone FIB club et la Samsung pista POP. Le service d'ordre est impressionnant et tout est très bien organisé.  Juste à coté de l'assistance médicale, des tribunes sont prévues pour les détenteurs de pass presse, VIP, handicapé…

Des commodités sont installées un peu partout sur le site pour le bien-être de la foule. Des stands de ravitaillement (liquides (alcoolisés ou non) et solides (de la petite salade au hot dog en passant par la case taboulé) sont disséminés pour parer à toutes les envies.  En cherchant bien, on trouve même des capotes gratos. C'est le mélange détonnant de tout festival réussi. Ça et bien entendu, la bonne musique !

D'ailleurs, il est 20h, le soleil décline, et les premières notes s'élèvent sur la scène principale. Peu de monde dans l'assistance. C'est Aldo Linares qui ouvre le bal, comme depuis quelques années apparemment. Malheureusement pour le DJ electro/pop, personne ne semble se rendre compte qu'il a fini ses balances… Moi non plus d'ailleurs.

A 20h30, Krakovia prend le relais pour 50 minutes de Punk/Rock entraînant ! La foule s'amasse et accueille un chanteur à la crête rousse accompagné d'une pin-up décolorée et tatouée pour apporter la touche de Glam du groupe. Les rythmes sont énergiques et rapides, et allez savoir pourquoi j'y décèle comme un air de Béruriers Noirs et de Panthère Rose (oui oui vous avez bien lu !). La bimbo accumule les danses aguicheuses s'effeuillant petit à petit pour finir en body. Le show prend fin lorsque son punk de partenaire l'enlève. Le public est conquis.

Pendant les changements de plateau, des écrans géants retransmettent les éditions précédentes du FIB. Pas de temps mort !

21h40, Nada Surf récupère un public échauffé, prêt à écouter son pop/rock aux relents de romantisme, la trompette aidant à l'ambiance.

Le bassiste, quant à lui, est déchaîné et le jeu avec les festivaliers est bien présent.

On remarquera les superbes baguettes "tunées" du batteur avec leur embout vert lumineux. Nada Surf nous sert là un petit concert plaisant et bien propret, comme il sait faire. Les fans apprécieront…

Changement de lieu, direction la scène sponsorisée par Vodafone !

A 22h, le groupe Single est le premier à chauffer les planches ! Je reste le temps de trois chansons. Mais c'est quoi ça ? De la musique tahitienne ? Non… un groupe de pop espagnol. Ah…

Je fuis alors vers la scène Samsung qui, aux mêmes horaires, nous laisse découvrir  Dj Mamarracha. C'est la dure loi du festival, plusieurs programmations pour un même horaire… Le choix est parfois cornélien. Mamarracha a l'air de se demander ce qu'il fait là… L'ennui total, mais les amateurs de DJ's n'en ont cure et s'éclatent sur la piste.

C'est l'heure de faire une petite folie et de s'acheter de quoi manger. Comptez 4€ la part de pizza et 2,5€ la petite bouteille de flotte. Mais ils sont malins et on y reviendra car la pizza, garnie et cuite au four devant nos yeux émerveillés (et oui, il m'en faut peu) est délicieuse !

Coup d'œil à la montre, déjà 22h50 et Sigur Rós n'attend pas. D'ailleurs, je fais bien de ne pas en manquer une miette car c’est une pure révélation à mes yeux !

Cette formation qui nous vient tout droit de Reykjavík en Islande nous offre 1h30 de pur bonheur.

Lorsque le chanteur entame sa première chanson armé de sa guitare qu'il caresse d'un archer (voire des dents !), le public se tient la tête et plonge droit en plein rêve. C'est tout simplement surnaturel !

Le décor nous invite au voyage, on se voit bien flotter dans ces grosses bulles de savon servant de décor. Les larmes des fans jaillissent lorsqu'il se met à tenir une  note durant ce qui semble une éternité. On voudrait ne jamais le voir s'arrêter.

La deuxième chanson retentit et le changement d'ambiance est total. Nous voilà face à Edward aux mains d'argent, en costume de Tsar, baigné dans la lumière bleue crue des projecteurs. Tout est si futuriste, jusqu'au maquillage du chanteur.

Les trompettistes m’évoquent le film Orange Mécanique coiffés de leur chapeau melon blanc et du costume associé. Violons et violoncelle s'élancent, flûte et batterie accompagnent tandis que le clavier se joue en quatre mains.

La voix cristalline du chanteur nous emporte et la fin du concert n’est que plus frustrante tant le show était planant. La foule en redemande mais l’organisation minutée du FIB ne peut se permettre un rappel.

Il est 00h20 et ma grosse tendance "poule" m'entraîne à rentrer à l'hôtel. Je laisse alors Manu continuer la soirée seul.

Une demi-heure de changement de plateau pour déposer ma douce à l’hôtel situé à 5 minutes et essayer d’être de retour pour le début du concert des Mates of State.

Honnêtement, depuis le début du festival, mis à part Sigur Rós et Nada Surf, je ne connais personne. Vous me direz, pour un festival à l’étranger qui plus est, qui axe sa programmation pour plaire à un public anglophone, ce n’est pas forcément étonnant. Ce n’est pas non plus pour me déplaire car avide de découvertes, c’est l’occasion de me dégourdir les oreilles.

La pop-rock  du duo américain des Mates of State continue donc la soirée de fort belle manière.

Une formule simple : un orgue, une batterie et la jolie voix de Kori Gardner. Les morceaux sont joyeux, poppy à souhait et les mélodies fraîches et simples.

Les voix se croisent et sont parfaitement agencées. Un peu de fraîcheur à découvrir, vous ne serez pas déçus.

Hélas, je ne peux rester plus longtemps car le concert de Facto Delafé y Las Flores Azules est sur le point de commencer. Je ne me suis pas encore fait aux trajets optimaux pour aller d’une scène à l’autre et je rate les premières minutes du concert. Le chapiteau qui les accueille est bondé et je suis quelque peu étonné de voir autant de monde pour ce groupe "inconnu" dans notre contrée. Devant les nombreux fans qui scandent les paroles du groupe, je commence alors  à comprendre le principe de la scène Vodafone. En effet, il semble que les petits groupes à la mode vont défiler sur cette petite scène durant les quatre jours que dure le festival. Cela se confirmera d’ailleurs avec les concerts qui suivront sous ce chapiteau.

Le trio de FDFA (je raccourcis le nom, vous m’excuserez) nous propose une pop paisible sur une musique calme et groovy. Mise à part les chœurs chantés par la belle Helena, les voix sont posées en rap. Le tout donne une musique bien agréable et plutôt dansante. Je ne suis pas vraiment fan mais j’admets que le tout est vraiment joli et parfaitement produit.

Black Lips sera pour moi le dernier concert de la soirée. En effet, la fatigue commence à se faire sentir et le groupe finira de me persuader que mon lit est un excellent endroit.

Black Lips est un concentré d’énergie et le surf rock du quatuor est vraiment délirant.

Par contre, le début du concert est une vraie parodie digne des plus grands humoristes. Notre cher guitariste à la dentition qui rendrait jaloux un Joey Starr, a vraiment trop abusé du sponsor (Heineken) et manque lamentablement de tomber à chaque accord.

Je ne parlerai pas du chanteur qui se prend le pied de micro tel un héros de dessin animé se prenant un râteau posé nonchalamment sur le sol. Le batteur passe un roulement sur deux. Le bassiste tire à peu près son épingle du jeu mais le tout n’est pas vraiment concluant. D’accord, le groupe ne se prend pas au sérieux mais d’arriver aussi minable sur scène pour faire "cool", désolé mais très peu pour moi.

Cette première journée fut quand même très enrichissante. Morphée m’appelle et je ne peux résister.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
Vendredi 18 juillet au Festival International de Benicàssim
Samedi 19 juillet au Festival International de Benicàssim
Dimanche 20 juillet au Festival International de Benicàssim

Jeudi 17 juillet du FIB vu par Outini
Vendredi 18 juillet du FIB vu par Outini
Samedi 19 juillet du FIB vu par Outini
Dimanche 20 juillet du FIB vu par Outini

Aldo Linares en concert au Festival International Benicàssim 2008
Aldo Linares en concert au Festival International de Benicàssim #17 (jeudi 14 juillet 2011)
La chronique de l'album Let Go de Nada Surf
La chronique de l'album Live in Brussels de Nada Surf
La chronique de l'album The Weight Is A Gift de Nada Surf
La chronique de l'album If I Had a Hi-Fi de Nada Surf
Nada Surf en concert à l'Elysée Montmartre (20 novembre 2005)
Nada Surf en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
Nada Surf en concert au Festival Art Rock #25 (2008)
Nada Surf en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (jeudi 15)
Nada Surf en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (samedi 31 juillet 2010)
La chronique de l'album A single room de Venus del Rocco
La chronique de l'album Single de Pio Pio
La chronique de l'album Cut Men Single de Mi Ami
Articles : Sons and Daughters - Des CDs single hors commerce à gagner !
La chronique de l'album Heima de Sigur Rós
La chronique de l'album Kveikur de Sigur Rós
Sigur Ros en concert au Grand Rex (13 février 2003)
Sigur Ros en concert au Grand Rex (13 février 2003) - 2ème
Sigur Ros en concert à La Villette (28 septembre 2004)
Sigur Ros en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (dimanche)
Sigur Ros en concert à Main Square Festival
Sigur Ros en concert au Festival La Route du Rock 2008
Sigur Ros en concert au Zénith (jeudi 28 février 2013)
Sigur Ros en concert au Festival Rock en Seine 2016 - samedi 27 août
Oldies : Sigur Rós - Með Suð í Eyrum Við Spilum Endalaust
La chronique de l'album Good Bad Not Evil de Black Lips
La chronique de l'album 200 Million Thousand de Black Lips
La chronique de l'album Underneath The Rainbow de Black Lips
Black Lips en concert à La Boule Noire (24 septembre 2008)
Black Lips en concert au Festival GéNéRiQ 2009
Black Lips en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (vendredi 6)
Black Lips en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (lundi 9)
L'interview de Black Lips (10 février 2009)

En savoir plus :
Le site officiel du festival

Crédits photos : ManuD (retrouvez toute la série sur Taste of Indie)


Mathilde         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=