Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Je tremble 1 et 2
Théâtre des Bouffes du Nord  (Paris)  septembre 2008

Texte et mise en scène de Joël Pommerat, avec Saadia Bentaïeb, Agnès Berthon, Hervé Blanc, Gilbert Beugniot, Lionel Codino, Eric Forterre, Ruth Olaizola, Jean-Claude Perrin et Marie Piemontese.

C’est dans un cabaret que quelques individus, étranges et troublants, viennent se livrer, sous la direction d’un maître de cérémonie aux allures de prestidigitateur.

À la minute où le spectacle commence le ton est donné : le présentateur, ultra charismatique et chic annonce qu’il mourra avant la fin de la représentation. La tension est alors presque palpable. Ce moment nous annonce la mort, une fatalité qui sera présente tout au long de la pièce. Une mort étrangement pleine rage, une rage d’envie, de désir et finalement de vie.

Joël Pommerat redonne le premier épisode de "Je tremble" et poursuit l’œuvre avec "Je tremble 2" où l’on suit le parcours d’un personnage principal, évolue à ses côtés, sur son chemin semé d’embûches.

"Le sens de la vie vous a échappé jusqu’à ce jour, le monde qui vous entoure apparaît plutôt confus (…) Vous voyez l’avenir de façon incertaine ? La politique vous intéresse et pourtant vous ne la comprenez pas toujours (…) Alors écoutez bien ce qui va suivre est pour vous".

Le spectacle balaye le monde qui nous entoure à travers des tranches de vies, sous forme de saynètes. Les personnages sont plus lugubres les uns que les autres. Il y a d’abord la "jeune femme au T-shirt" qui explique le calvaire de sa mère, devenue ouvrière par conviction et abîmée après plusieurs accidents de travail. Ensuite arrive une femme dépressive, anorexique et défoncée, peut-être même malade. Elle cherche un peu de réconfort auprès de sa famille. "L’homme qui n’existait pas" rencontrera "l’homme le plus riche du monde", et recevra en cadeau un fusil chargé… dramatique. Tueur d’enfant, femme tronçonnée, battue. Ces sombres tableaux se suivent comme des flashs sur du Beethoven, du Sinatra ou encore du Sinead O’Connor.

Dans la deuxième partie, l’infamie des invités qui s’entretuent ou du corrupteur qui triomphe à son procès est effacé par une scène d’amour avec une sirène et l’apparition d’un clown. Les impressions et sentiments se mélangent, tourbillonnent. On nous offre des images, puis du noir et encore des images pour finalement nous conduire à la folie. Complètement déroutant. Sur scène, le rideau pailleté tantôt rouge, argent, bleu ou rose contraste avec la noirceur des discours.

Joël Pommerat exploite ici tous les genres scéniques : le music hall, le cabaret, le récital la danse et propose un spectacle poétique. Il utilise la musique, la lumière et la vidéo pour créer des atmosphères, sa spécialité. Il se joue des confidences des personnages mutilés et torturés par la vie pour toucher les failles, ouvrir les blessures humaines et aborder le lien social, le genre humain dans son ensemble. Il conduit à penser et à douter à travers ces morceaux de destin qui, au premier abord, nous semblent lointains.

Pourtant ils nous sont si proches. Ces existences, les leurs et les nôtres, se posent dans le fond les mêmes questions, connaissent les même obstacles. Il fait de la scène un lieu d’interrogations sur les sentiments, les liens sociaux et la politique.

Les comédiens n’interprètent pas, ils vivent les personnages dans les gestes, les regards. Leur corps tout entier éprouve les textes et offre une infinie présence. Grâce à eux, ces tranches de vies, aussi belles que misérables, prennent force et bouleversent.

Drôle, émouvant et effrayant à la fois, "Je tremble" ne laisse pas insensible. Joël Pommerat offre une création au terme de laquelle il est impossible de sortir indemne. Pendant deux heures, le temps se suspend et se glace. Mais finalement, comme le conclut le maître de cérémonie, "tout est question d’interprétation".

 

EB         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 novembre 2018 : En route pour l'hiver

Quoi de plus triste qu'un jour férié un dimanche pluvieux ? Pas grand chose mais il est temps de se remonter le moral avec le sommaire de notre petite sélection culturelle hebdomadaire.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Olivier Brion, complétée par une session 5 titres
"Au dessus" de Au Dessus
"Terrain à mire. Une maison rétive. Contrainte par le toit" de Bégayer
"Rojo vivo" de Borja Flames
"Alaska" de Eryk.E
"Envol" de Joulik
"La boîte de pandore" de Karin Clercq
"Pur sang EP" de Pur Sang
"Grazyna Bacewicz : The Two Piano Quintets - Quartet for four violins - Quartet for four cellos" de Silesian Quartet and Friends
"Songs for a city" de Victoire Oberkampf
et toujours :
"Tempérance #2" de Dominique Dalcan

"Thomas Pesquet : 16 levers de soleil, BOF" de Guillaume Perret
"In the street" de Laurent Fickelson
"Buenos Aires 72" de Marina Cedro
"Caribbean stories" de Samy Thiébault
"Black honey" de Black Honey
"Nulle part" de Daisy Driver
"Ancient majesty" de Portier Dean
"Chimie vivante" de Féloche

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Love" aux Ateliers Berthier
"Ivanov" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Demi-Véronique" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Stück Plastik, une pièce en plastque" à la Manufacture des Oeillets
"La Vie devant soi" au Théâtre Jean Arp à Clamart
"L'Avalée des Avalés" au Théâtre Les Déchargeurs
"Les Filles du Trois et demi" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Fourberies de Scapin" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Autre fille" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie lente" au Théâtre de La Reine Blanche
"Pauline Cariou - Chroniques d'une vie décalée" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"My Ex-step-in-law" au Théâtre Dunois
"Les Louvres and/or Kicking the dead" au Centquatre
"Retour à Lemberg" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
les reprises :
"Berlin Kabarett" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Ex-Anima" au Théâtre Zingaro
"Le Joueur d'échecs" au Théâtre de l'Epée de Bois
"En couple" à La Folie Théâtre
"Les Divalala - Femme, Femme, Femme" au Palais des Glaces
et la chronique des autres spectacles de novembre

Exposition avec :

"Grayson Perry - Vanité - Identité - Sexualité" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Carmen & Lola" de Arantxa Etchevarria
"High Life" de Claire Denis
"Un amour impossible" de Catherine Corsini
Oldies but Goodies avec "L'Adieu aux armes" de Frank Borzage en version restaurée
et la chronique des sorties d'octobre

Lecture avec :

"Prisonniers de la géographie" de Tim Marshall
"Le peuple contre la démocratie" de Yascha Mounk
"Le complexe d'Hoffman" de Colas Gutman
"La croisière charnwood" de Robert Goddard
"Haute société / Frank et Billy" de Vita Sackville / Laurie Colwin

et toujours :
"Ce qui t'appartient" de Garth Greenwell
"Et j'abattrai l'arrogance des tyrans" de Marie-Fleur Albecker
"Infirmière" de Christie Watson
"Le camp de la goutte d'eau" de Baniel Bililian
"Qaanaaq" de No Malo
"Treize jours" de Arni Thorarinsson

Froggeek's Delight :

"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows

et toujours :
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=