Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Marie Modiano
Outland  (Naïve)  septembre 2008

"Il y a plus de mérite à écrire sur une œuvre de qualité moyenne que sur un chef d’œuvre", disait en substance le dramaturge Heinrich Von Kleist dans un essai consacré à la critique d’art.

Cette réflexion nous est revenue en mémoire au moment de chroniquer cet Outland, deuxième album de Marie Modiano. Un disque "moyen", donc, en ce sens qu’il nous inspire des sentiments fort mélangés, en bien comme en mal, mais qui ont le mérite de nous interroger sur l’art (délicat) de la chanson française en général, et d’une certaine tendance "folkisante" en particulier.

Autant l’avouer d’emblée : nous n’avions pas du tout été emballés par les premières écoutes, et nous apprêtions à reléguer le disque aux oubliettes, loin derrière les intouchables You Are Free (Cat Power) ou La Disparition (Keren Ann), albums ayant contribué, aux USA et en France, à renouveler l’optique de la chanson folk en la faisant entrer de plain-pied dans le XXIe siècle, débarrassée des lourds oripeaux pattes-d’eph ou vestes à franges qu’elle traînait depuis à peu près 30 ans.

Il a fallu qu’une gentille camarade, Sandrine Gaillard, nous fasse entendre l’interview qu’elle venait de réaliser avec la dite Marie Modiano, pour insinuer un début de remord : allait-on "assassiner" une artiste si douce et timide, aussi désireuse de bien faire et parlant de sa recherche musicale avec autant d’implication et de profondeur ? La parole de la demoiselle s’avérait plus intéressante et émouvante que ce à quoi l’on s’attendait, et nous a incité in extremis à replacer l’album dans le mange-disque, afin de lui accorder une deuxième chance.

Flash-back : nous avions apprécié, voici quelques années, le premier album de la chanteuse, I’m Not a Rose, qui contenait de jolies chansons mélancoliques (en particulier "Ballad of the Lonesome Circus") et au moins un tube potentiel, le somptueux "Honolulu" qui ne trouva malheureusement pas la place qu’il aurait mérité sur les ondes. Le disque, charmant et balbutiant comme tout premier essai qui se respecte, était suffisamment prometteur pour que l’on ferme les yeux sur certains défauts mineurs (notamment la tendance, fréquente chez les français écrivant en anglais, à pondre des textes sur-signifiants, où chaque vers se veut lourd de sens et parait ignorer la suggestion).

Aujourd’hui, notre premier souci avec Outland est qu’il ne précise pas assez les choses par rapport au premier disque de la chanteuse, continue sur la même lancée et se révèle à nouveau "prometteur" à défaut d’être totalement convaincant.

En d’autres termes : Marie Modiano écrit de très belles (et parfois magnifiques) chansons, mais l’on a du mal à la cerner, lui trouver une personnalité artistique encore bien affirmée. Dans le genre néo-folk, il nous semble que des filles comme Keren  Ann ou Feist sont beaucoup plus facilement "identifiables", et apportent une touche un peu plus contemporaine.

Les chansons d’Outland, au contraire, auraient pu être écrites et arrangées 30 ans plus tôt, sans que l’on fasse véritablement la différence. Cela plaide peut-être pour l’universalité ou l’intemporalité de l’inspiration… mais dénote également une (fâcheuse ?) tendance à se couper du monde et de son époque, qui ne fait pas forcément notre affaire.

Qu’est-ce qui peut bien pousser une chanteuse actuelle à répliquer aussi fidèlement la manière et les sons d’une époque glorieuse (les années fin-60 début 70, donc), mais révolue ? Une touche aussi résolument rétro et "vintage", avec tout ce que cela suppose de boisé et de crépitant comme un feu de bois crosbystillnash&youngien, est-il le véhicule idéal pour tracer sa propre voie, affirmer sa singularité ?

Marie Modiano nous paraît encore trop dissimulée derrière les somptueux arrangements "à la façon de…" concoctés par son complice Peter Van Poehl. L’on attend d’elle qu’elle apporte une contemporanéité et une personnalité originale à cette musique, au lieu de se complaire dans des tics d’époque classieux mais un peu vains.

Cette réserve exposée, il faut tout de même reconnaître à la chanteuse-auteur-compositeur une belle faculté à pondre des chansons riches et complexes, qui ne se révèlent pas forcément à la première audition (c’est ce qui a failli nous perdre !), mais exhalent tout leur sel et déverrouillent leurs multiples tiroirs après bien des réécoutes. Mélodiquement et harmoniquement, tout cela est plus riche (et de loin !) que ce que proposent les folkeuses à succès précitées, Keren Ann ou Feist, sans même parler de l’autodidacte inspirée Carla Bruni. Mais, revers de médaille : moins évident donc moins potentiellement universel et "vendeur", aussi.

Parmi les franches réussites, on recommandera le bouleversant "Last Early Spring", chanson de départ-larmes aux yeux fredonnée d’un ton faussement détaché (mais réellement ému), culminant sur un refrain à mélodie limpide sublimé en bout de course par les chœurs d’un Van Poehl en apesanteur.

Plusieurs autres titres s’avèrent également assez prenants, à commencer par "Spider’s Touch" et son entêtant refrain sifflé, ou l’entraînant folk-soul "Butterfly Girl", qui évoque un croisement entre (au mieux) une Chan Marshall récemment décomplexée avec les musiciens de Memphis et (au pire) un ancien (bon) morceau de Texas.

Mais ces chansons excitantes ont aussi leurs revers : certains titres du disque s’avèrent bien trop doux et cotonneux, et véhiculent une atmosphère musicale un peu trop ouatée  pour ne pas faire retomber l’enthousiasme. Ainsi en va-t-il pour la très (trop ?) narrative "Martin" (on se demande pourquoi une nana de son époque, urbaine et moderne, éprouve le besoin de jouer à la moraliste cow-girl) ; ou les deux derniers morceaux, qui se perdent un peu en joliesses (il y est question de "castles made of sand" et d’"angels" un peu trop poétiquement démonstratifs pour être tout à fait convaincants).

Au final, ce beau disque soigné dresse le portrait d’une belle artiste en devenir, mais peinant encore à affirmer des partis-pris assez forts pour se distinguer véritablement du lot. L’option "folk boisé 70’s", même sertie avec une élégance au-dessus de la moyenne par un réalisateur au sommet de sa forme (et beaucoup plus inspiré ici que sur le troisième album de Vincent Delerm, soit dit en passant), s’avère tout de même un peu trop passéiste à nos oreilles, et le chatoiement éprouvé ne nous empêche pas de rêver à des tonalités plus rudes ou modernes, qui confronteraient enfin Marie Modiano à son époque, au lieu de la tenir enrubannée (trop) joliment dans un cocon référentiel.

De nos jours, la richesse d’une écriture ne suffit plus à définir complètement un artiste, et il faudra bien que la chanteuse ose dépasser le stade de chrysalide et s’affirmer enfin réellement. C’est tout le mal qu’on lui souhaite ; mais l’on garde tout de même bon espoir pour la suite de son œuvre et sa carrière, déjà bien engagées.

PS : L’on pourra également prolonger la découverte avec la chanson "Je Te Veux", participation de l’artiste au très joli projet D’1 Siècle à l’Autre paru l’an dernier, offrant des relectures modernes de grandes mélodies françaises signées Satie, Fauré ou Debussy. A notre connaissance, c’est le premier titre qu’elle chante complètement en français ("C’est Dur l’Amour", sur le premier disque, comptant pour du beurre), et cela lui sied à ravir.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Marie Modiano parmi une sélection de singles (mai 2011)
Marie Modiano en concert à La Cigale (30 mai 2006)
L'interview de Marie Modiano (15 septembre 2008)

En savoir plus :
Le Myspace de Marie Modiano


Nicolas Brulebois         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Marie Modiano (15 septembre 2008)


# 14 avril 2024 : En avril, de la culture tu suivras le fil

Un peu de soleil, des oiseaux qui chantent, le calme avant la tempête olympique. En attendant, cultivons-nous plutôt que de sauter dans la Seine. Pensez à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Kit de survie en milieu hostile" de Betrand Betsch
"Let the monster fall" de Thomas de Pourquery
"Etat sauvage" de Chaton Laveur
"Embers of protest" de Burning Heads
"Sin miedo" de Chu Chi Cha
"Louis Beydts : Mélodies & songs" de Cyrille Dubois & Tristan Raës
"Arnold Schönberg : Pierrot lunaire" de Jessica Martin Maresco, Ensemble Op.Cit & Guillaume Bourgogne
"C'est pas Blanche-neige ni Cendrillon" de Madame Robert
"Brothers and sisters" de Michelle David & True Tones
"Prokofiev" de Nikita Mndoyants
"Alas" de Patrick Langot, Alexis Cardenas, Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandler
"Symptom of decline" de The Black Enderkid
"Tigers blood" de Waxahatchee
"Not good enough" de Wizard
et toujours :
"Le carnajazz des animaux" de Dal Sasso Big Band"
"Deep in denial" de Down To The Wire
"Eden beach club" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Ailleurs" de Lucie Folch
"Ultrasound" de Palace
quelques clips en vrac : Pales, Sweet Needles, Soviet Suprem, Mazingo
"Songez" de Sophie Cantier
"Bella faccia" de Terestesa
"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Cach

Au théâtre

les nouveautés :
Notes de départs" au Théâtre Poche Montparnasse
"Les chatouilles" au Théâtre de l'Atelier
et toujours :
"Come Bach" au Théâtre Le Lucernaire
"Enfance" au Théâtre Poche Montparnasse
"Lîle des esclaves" au Théâtre Le Lucernaire
"La forme des choses" au Théâtre La Flèche
"Partie" au Théâtre Silvia Monfort
"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
zt toujours :
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
et toujours :
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=