Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Spleen
Comme Un Enfant  (Mercury)  septembre 2008

Surprenant. C'est peut-être l'adjectif qui le caractérise le mieux. Car depuis ses débuts, du moins depuis sa récente médiatisation, et le concours CQFD qu'il remporte en 2005, Spleen ne cesse d'étonner.

D'abord par ses prestations scéniques (toujours généreuses et festives), mais aussi par sa propension à s'entourer des bonnes personnes alors qu'il n'est encore qu'un inconnu. On le voit notamment aux côtés de Devandra Banhart lors d'un concert-happening place de la Bourse et sur la scène du Festival Indétendances. Là il chante, là il danse, là il joue. En tutu, ou torse-nu. Peu importent les conditions dans lequelles il évolue, il est là, il en impose. Allez, lâchons le mot : il en jette. Il donne tout, avec toujours autant d'entrain et de passion.

Mais assez parlé de la scène. Car ce qui nous intéresse ici est sa musique et elle seule. Le revoici donc, trois ans après le confidentiel et non moins brillant She was a girl, avec une petite perle, belle surprise de cette rentrée maussade : Comme Un Enfant.

Si de rares morceaux peuvent décevoir (le pourtant remarqué et second single "Love Dilemme"), la grande majorité de l'opus séduit. Et c'est peu de le dire. A son omniprésent beat box (répéré notamment sur "Tu l'aimeras" ou "Le roi"), il mêle balades nostalgiques et envolées lyriques (le magnifique "Peter Pan" avec Cocorosie), jazz groovy ("Yaoundé"), flow hip-hop, choeurs et mélodies.

L'album est ici encore hanté par l'amour (Cf. la première piste), que ce soit celui de l'écriture et plus généralement de la création ("Stylo et stereo"), de la mère ("Mama capella"), du pays ("Yaoundé") mais aussi par l'amour déchu ("Tu l'aimeras", premier single dans la veine d'un Arthur H, dont il faut absolument voir le clip, tout en stop-motion) ou encore l'enfance.

Son timbre se fait tantôt léger, tantôt profond, suave ou rugueux, rappelant parfois celui de Marco Prince (chanteur de FFF). Il jongle entre frivolité et balades maussades ("My lie.f"), atteignant des sommets de grâce avec le superbe "Don't look back".

Une maturité, une sensualité et un vrai brassage musical qui font toute la richesse d'un disque qu'on ne se lasse pas d'écouter. Spleen expérimente, mêle toutes les influences qui l'animent et, surtout, se fait plaisir. C'est peut-être ça la clé du succès ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Spleen et Ideal de Beni Snassen
Spleen parmi une sélection de singles (mai 2008)
Spleen en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Spleen en concert au Festival Les Inrocks 2005
Spleen en concert au Festival FNAC Indétendances 2008
Spleen en concert à La Maroquinerie (28 octobre 2008)
Spleen en concert à Denfert Rochereau (dimanche 21 juin 2009)
L'interview de Spleen (8 septembre 2008)

En savoir plus :
Le site officiel de Spleen
Le Myspace de Spleen


MarieG         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=