Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Black Lips - Cheveu - Mark Sultan
La Boule Noire  (Paris)  24 septembre 2008

Les trois Cheveu débutent la soirée, eux qui ont l’habitude de tourner avec les Black Lips. Ils n’entraînent pas de gros mouvements de foule, comme s’ils n’étaient perçus que comme des amuse-bouche. Pourtant, le chanteur épileptique est toujours aussi ouf, et est fort bien servi par un Jean-François Stévenin très en verve ce soir à la guitare (bon, ok, c’est pas lui, mais c’est pas loin). En tout cas, Cheveu nous sert un bon psychogarageinduscore (oui, je n’arrive toujours pas à les classer), assaisonné d’une voix saccadée gueularde multi-effectisée sur son coulis de boite à rythme au son dégueulassement cool. Personnellement, il me fait toujours autant flipper ce chanteur, tellement il a l’air barge ; je reste loin de la scène, brrr…

C’est au tour du one-man band canadien de Mark Sultan aka BBQ, de chanter, assis, ses morceaux rockab-vénère. Grosse caisse, caisse claire, tambourin aux pieds, guitare dans les mains, il est accompagné sur certains morceaux par un autre guitariste et un bassiste. Ca sonne bien gras mais c’est pas encore la teuf dans le public, peut-être un peu trop djeuns. A mon avis, à réserver plutôt pour ceux qui aiment les Français Fredovitch (présent en spectateur) ou Magnetix.

Les quatre coquins de Black Lips entrent en scène dans une ambiance sombre et des spotlights psychédéliques : Jared, le bassiste-chanteur, est toujours fidéle à sa moustache style brigades du tigre ; Ian, le gratteux aux dents en ferraille, arbore un t-shirt de leur ville, Atlanta ; Cole, l’autre guitariste, est une nouvelle fois déguisé (cette fois-ci on dirait Harry Potter, avec son grand chapeau pointu rigolo) ; Joe, le batteur, semble à peu près humain.

D’entrée, le public gueule pas mal mais l’ambiance n’est pas encore des plus folles. Trois ou quatre morceaux seront nécessaires pour que le concert prenne la tournure qu’en fait tout le monde attendait.

Les premières notes à la basse de "O Katrina !" déclenchent ce qui va maintenant être, comme on dit dans le jargon technique, "un beau bordel".

Non pas que le groupe se laisse aller à jouer punk n’importe comment, mais il subit désormais les multiples assauts d’un public désireux de foutre le boxon et de s’emparer de cette soirée.

Les Black Lips sont maintenant devancés par leur réputation de fouteurs de merde et semblent même être déçus du comportement de certains spectateurs plus que provocateurs (ce n’est pas sans rappeler une certaine époque récente du Brian Jonestown Massacre…). Autre tube pogoïsant très attendu : "Bad Kids" ; pogos et slams à gogo depuis la scène sont légion, tout comme les fans improvisés gogo-dancers hurlant dans les micros à la place des chanteurs toutefois assez enclins à accepter ces chœurs improvisés.

On ne compte plus les gobelets de bière s’envolant telles des colombes de la paix dans le public, mais ça reste traditionnel pour un concert du genre.

En parlant des traditions ancestrales du garage-punk, les musiciens ont un peu moins craché qu’à l’accoutumée et Jared a parfois fait lui-même la sécurité pour vider certains malotrus de la scène. L’un d’eux a même montré son gros cul dégueulasse ; j’en suis encore fort choqué.

Parmi les bonnes blagues du public, on pourra citer celle du pied de micro qui descend lentement dans les premiers rangs pendant que le bassiste chante, et qui remonte tranquillement à sa place mais sans micro. Le groupe s’arrête ensuite de jouer et demande qu’on rende l’objet du larcin sous peine d’arrêt du concert.

A noter : toujours un nombre incalculable de petites teenages à franges et à slims, mimant le mouvement des vagues avec leurs bras en avant, bref, pétassant juste devant la scène, voire dessus, histoire de se faire remarquer par les rockers car c’est extrêmement valorisant.

Question son et ambiance, on reste donc sur la même lignée que leur concert d’avril à la Maroquinerie, avec cette fois un envahissement total de la scène par le public vers la fin du set, sur "Cold Hands".

Les Black Lips finissent tout même le morceau comme ils peuvent, carrément noyés par le public. D’ailleurs, on ne voit même plus les musiciens.

Ah, au fait, à ce concert j’ai appris un nouveau mot : "slam policier". Définition : un membre de la sécurité déboule des loges et slame depuis la scène sur la foule pour choper un mec par le colback et le foutre dehors.

Une bonne baston entre djeuns bourrés sortant du concert a lieu juste après celui-ci, devant la Boule Noire, au beau milieu du Boulevard de Rochechouart. Les flics raboulent et chopent un des protagonistes. Peu discret, la gueule pleine de sang, il hurle à la mort qu’il va tuer son adversaire ; ce dernier avait pourtant la tête toute gentille d’un "fils de" du 7ème allant danser aux Planches. Et à ce moment-là, Harry Potter débarque sur le boulevard, une bière à la main, et tape la discute avec la foule pas encore dispersée, puis se dirige vers les flics. Curieux tableau, entre totale loose et ambiance déglinguée. C’est peut-être aussi pour ça que j’aime les Black Lips…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album BUM de Cheveu
La chronique de l'album Dakhla Sahara Session de Group Doueh & Cheveu
Cheveu en concert au Fil (vendredi 16 otobre 2009)
Cheveu en concert au Point Ephémère (mercredi 19 octobre 2011)
Cheveu en concert au Festival Rock en Seine 2014 (samedi 23 août 2014)
Cheveu en concert au Festival La Route du Rock #24 (samedi 16 août 2014)
La chronique de l'album Good Bad Not Evil de Black Lips
La chronique de l'album 200 Million Thousand de Black Lips
La chronique de l'album Underneath The Rainbow de Black Lips
Black Lips en concert au Festival International Benicàssim 2008
Black Lips en concert au Festival GéNéRiQ 2009
Black Lips en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (vendredi 6)
Black Lips en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (lundi 9)
L'interview de Black Lips (10 février 2009)

En savoir plus :
Le site officiel de Black Lips
Le Soundcloud de Black Lips
Le Myspace de Black Lips
Le Facebook de Black Lips
Le site officiel de Cheveu
Le Bandcamp de Cheveu
Le Myspace de Cheveu
Le Facebook de Cheveu
Le site officiel de Mark Sultan
Le Myspace de Mark Sultan

Crédits photos : Outini


Spud         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 juin 2019 : Bientôt l'été

On approche de l'été à grands pas, comme toujours pas d'interruption des programmes sur Froggy's Delight. Alors continuez de venir profiter de nos sélections culturelles chaque semaine avec leurs doses de festivals, de spectacles, de livres pour la plage et de musique à écouter partout !

Du côté de la musique :

"Appareil volant imitant l'oiseau naturel" de Boule
"Hypersensible" de Cat Loris
"Strange creatures" de Drenge
Petit tour à Beauregard, qui approche, pour y parler des découvertes. Nous avions déjà évoqué le reste de la programmation
"Strome" de Martin Kohlstedt
"Arrivals & Departures" de The Leisure Society
"Attack of the giant purple lobsters" de Washington Dead Cats
et toujours :
"Walter & Lavergne" de Walter & Lavergne
"Solstice EP" de Alma Forrer
"L'hiver des poètes" de Marianne Feder
"Le ventre et l'estomac" de Nicolas Paugam
"Ok Ok !" de Oui Oui Oui
"Chopin : 4 ballades Polonaises, Valses, Nocturnes" de Jean Paul Gasparian
"Omoiyari" de Kishi Bashi
"Moan EP" de Laura Clauzel
"Toutes choses visibles EP" de Malade[s]
"No problem" de Tristan Mélia Trio
Petit tour au festival RUSH de Rouen
Présentation du festival La Magnifique Society de Reims

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Bigre" au Théâtre du Rond-Point
"Retours - Le père de l'enfant de la mère" au Théâtre du Rond-Point
"Le Testament de tante Caroline" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Petit éloge de la nuit" à La Scala
"A ma place, vous Ferrier quoi ?" au Théâtre de l'Atelier
des reprises :
"Folie" au Théâtre Hébertot
"La petite fille de Monsieur Linh" au Théâtre Le Lucernaire
"Speakeasy" au Palais des Glaces
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

"L'Allemagne romantique - Dessins des musées de Weimar" au Petit Palais
et dernière ligne droite pour : "Thomas Schütte - Trois Actes" à la Monnaie de Paris

Cinéma :

le film de la semaine :
"Van Gogh et le Japon" de David Bickerstaff
et la chronique des sorties de mai

Lecture avec :

"Alice" de Heidi Perks
"J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi" de Yoan Smadja
"Présumé coupable" de Vincent Crase
"Une histoire de la Nouvelle France : Français et Amérindiens au XVI siècle" de Laurier Turgeon
"Vue pour la dernière fois" de Nina Laurin
et toujours :
"La vie dont nous rêvions" de Michelle Sacks
"Le chant de l'assassin" de R.J. Ellory
"Le chef du contre espionnage nazi parle" de Walter Schellenberg
"London nocturne" de Cathi Unsworth
"Par delà nos corps" de Bérengère Cournut

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC
"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=