Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Messager
Éric Bénier-Bürckel  (L'Esprit des Péninsules)  septembre 2008

Éric Bénier-Bürckel a écrit tout d’abord Un prof bien sous tout rapport (2000), ouvrage qui s’inspirait grandement de American Psycho de Bret Easton Ellis. Or, dès ce premier roman, Bénier-Bürckel s’affirme déjà : il développe une misogynie et un contexte qui permettent de donner une dimension nouvelle à son personnage, sorte d’alter ego de Patrick Bateman. Puis, après un livre moins stimulant et intitulé Maniac (2002), sort sans doute son roman le plus réussi : Pogrom (2005). Hélas, Pogrom qui fait beaucoup penser à Mammifères de Pierre Mérot et aurait dû, par la même occasion, assurer un succès identique à son auteur est stigmatisé à cause d’un passage de violence gratuite où une jeune juive est sodomisée par un chien. Ce passage qui pourtant était l’un des moins bien écrits du livre fit complètement oublié par la critique le reste de l’œuvre. Ils furent, par conséquent, peu nombreux ceux qui remarquèrent cette véritable orgie verbale. Celle-ci classait Bénier-Bürckel parmi les plus grands prosateurs de la littérature française actuelle. D’autant qu’il poursuivit avec un essai littéraire Un peu d’abîme sur vos lèvres (2007) dans lequel il apostrophe constamment le lecteur, et qui impressionne encore une fois par sa vigueur stylistique, faisant songer au Salut par les Juifs de Léon Bloy.

C’est donc avec un plaisir réel que je découvris, bien entendu, le dernier livre de Éric Bénier-Bürckel. Le Messager (2008) est un conte qui relate le voyage d’un personnage appelé le mollusque (ce nom peu flatteur rappelle celui de l’homme surnommé l’inqualifiable dans Pogrom). On ne sait d’où il vient, pourquoi il se promène transportant une pile de livres sous chaque bras et vêtu d’un costume en lambeaux. Il erre, en effet, dans un monde vidé de toute civilisation, de toute humanité. Suivant la même route, ne se nourrissant qu’avec les pages de ses livres (comme des graines, le mollusque enfouit ceux-ci dans le sol pour obtenir, peu après, des arbres dont il cueille les fruits qui sont justement des livres), il s’écrase souvent sur le sol, perclus par la faim et par la fatigue : "Il avait dû tomber car il gisait au sol parmi les livres, le nez dans la poussière, les cheveux en broussaille, le blanc de l’œil injecté de sang, la gorge sèche et les lèvres enflées et gercées par la soif, abominable apparition nocturne meurtrie et disloquée souffrant d‘un mal inconnu et inexplicable". Il est peut-être encore un homme. En tout cas, il ne peut parler, et, quand il ouvre un de ses livres, il le feuillette sans comprendre la signification des caractères inscrits sur les pages blanches. Parfois, il trouve une illustration le montrant en train de consulter le livre. Oui, le livre est un miroir qui reflète l’humanité de chacun. Mais cela, le mollusque ne le sait pas. Il continue à marcher sans but ; il est un être primitif qui, après s’être frotté corporellement à une créature qui pourrait être une femme, la tue. Bref, il est ravalé au rang de l’individu à la fois frêle et simple des origines de l’humanité.

D’ailleurs, le mollusque est seul face au vide du monde, seul face à l’obscurité qui tend, comme son ombre propre, à le faire disparaître. Il est aux portes de l’inexistence, et sa solitude demeure si totale qu’il peut contempler à loisir le panorama qui s’offre à ses yeux : "Il traversa des vallées rocheuses hérissées de cèdres, d’oliviers et d’aulnes et bientôt une frénétique végétation poussant sur un bassin verdoyant remplaça les montagnes, des palmiers couronnés de flammes vertes et ornés de lourdes grappes de graines oranges grimpant haut dans le ciel, des orangers, des mimosas, des lauriers-roses, des buissons de genévriers et des arbres inconnus aux fûts pâles et marbrés couverts d’odorantes fleurs violet et jaune, sur les branches desquels chantaient des oiseaux invisibles qui se cherchaient de chaque côté de la route de leurs cris répétés et cristallins […]". Les descriptions très riches des paysages offrent le moyen à Éric Bénier-Bürckel de déployer son style, à tel point que le lecteur vit, à l’instar d’Un peu d’abîme sur vos lèvres, dans un état particulier d’hypnose. On est fasciné par la beauté des mots, même si l’auteur risque, à force de répétitions, de lasser finalement. Or, malgré ce défaut, le lecteur n’est pas tout à fait oublié. Le messager se présente comme une réflexion allégorique sur le livre, et plus précisément sur la connaissance. C’est l’imagination qui pousse le mollusque à vouloir absolument voler, bien qu’il ne le puisse guère. J’éprouve de la compassion non dénuée de bienveillance devant les efforts désespérés de celui-ci. Car n’est-ce pas le désir de chacun d’atteindre la vérité ? Ce besoin inconscient de la "métaphysique" s’exprime encore, lorsque le mollusque projette de construire une tour laquelle doit rejoindre les cieux. Il réussit, cette fois, si bien dans son projet qu’il est touché par le pêché de puissance ou d’orgueil. Propriétaire d’un territoire où sont cultivés des arbres à livres, il revêt les atours d’un roi, tout en maltraitant deux créatures qui avaient dû être des hommes dans le passé et qui ne sont plus désormais que ses esclaves. Par excès d’autorité, il finit par les occire, regrettant par la suite son geste. Et c’est alors que survient le messager un saint métamorphosé en perroquet se présente devant le mollusque, et le condamne implicitement pour ses turpitudes. Plus tard, un déluge emporte la tour, ainsi que tous les arbres à livres qui servaient à la fois à consolider celle-ci et à le nourrir. On ne sait pas s’il s’agit là d’un conte de fée ou encore d’un passage imaginaire de la bible (Bénier-Bürckel avait notamment fait l’éloge du christianisme dans Un peu d’abîme sur vos lèvres).

En vérité, l’auteur donne la clef de son ouvrage, lorsque le mollusque, après avoir vu disparaître cette nouvelle tour de Babel, se réveille et a la surprise de trouver un livre qui a échappé au désastre. Dans cet ouvrage, il découvre, en regardant les illustrations, son passé : comme d’autres, il veillait sur le savoir contenu dans les livres d’une bibliothèque considérable. Des livres qui sont les témoins de l’humanité dans son imperfection : "Plus loin encore, il tombe sur une illustration où l’on voit dans une petite salle tapissée d’ouvrages de même format des hommes en costume sombre se prosterner devant un livre ouvert qui trône sur une table de livres sous les regards d’autres hommes en costume sombre et au visage fatigué qui, un peu plus loin en retrait, assis chacun sur la lunette d’un cabinet de toilette identique et les jambes de pantalon repliées sur les chevilles, penchés en avant et absorbés par la scène qui se déroule devant leurs yeux, sont probablement en train de déféquer.", et qu’il faut défendre par les processus de la lecture, et surtout de la création. En effet, alors qu’un incendie détruisait la bibliothèque, celui qui n’était pas encore le mollusque parvenait à s’enfuir en sauvant seulement quelques livres.

Je puis dire, sans crainte de me tromper, que Le Messager est tout simplement un livre sur l’invention littéraire : ses difficultés, la nécessité de la solitude, l’incompréhension d’un monde souvent hostile, ou encore l’angoisse de l’écrivain face au néant, sans oublier le crime véritablement morale que sont les mauvais livres. Mais je préfère mieux laisser la parole à Éric Bénier-Bürckel lequel a atteint avec cet ouvrage mais jamais personne, en réalité, ne peut les atteindre les cimes de la "métaphysique" : "Maintenant il incline la tête, le regard perdu, comme quelqu’un qui, écoutant une histoire dans l’obscurité et avec la terreur sacrée d’un enfant qui entend pour la énième fois le même conte qui l’effraie et le paralyse, suit le fil des événements qu’on lui raconte en se laissant porter par la voix du récitant, dont il a oublié la présence, les yeux fixés sur les furtifs éclairs d’éternité que la voix peuplée de mots lumineux fait surgir pour lui dans le supplice du temps qui passe et de la nuit qui efface tout".

 

Thomas Dreneau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=