Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Luxembourg
Success is never enough  (Luxembourg)  octobre 2003

C'est sur "Success is never Enough" que démarre ce EP du même nom d'un nouveau groupe d'outre manche du nom de Luxembourg. Titre évocateur qui affiche directement les prétentions du groupe : le succès certes mais de toute façon on fera toujours mieux la prochaine fois (enfin c'est une lecture parmi d'autres, j'espère avoir la réponse dans une prochaine interview ...).

Ce nouveau groupe, pas encore distribué dans nos contrées hostiles, remet vite les pendules à l'heure avec ces quatre titres. A savoir que l'Angleterre c'est encore pour un bon moment le pays de la pop musique, et de la bonne qu'on se le dise.

Alors bien sûr je vous entend déjà me susurer à gorge déployée dans l'oreille que les Smiths, cela fait belle lurette qu'ils sont rangés dans notre boîte à souvenirs, que Suede vient de rendre les armes, que Strangelove n'est plus qu'un groupe culte à ranger au panthéon des superstars défuntes comme Gene et ses quelques chansons indispensables. Certes, factuellement vous avez raison mais LA pop est un phénix et c'est sans compter sur Luxembourg qui réussit sur quatre titres un parcours sans faute pour incarner un de ses nouveaux avatars.

Tout commence sur "Success is never enough", qui démarre sur une intro de tube disco/pop (si si ca existe maintenant) imparable, mélodie parfaite, rythme endiablé, guitares incisives et un duo basse/batterie percutant souligné par une ligne de synthé omniprésente sans être dévorante. Et puis une voix très prégnante, chaleureuse, ample et troublante de la famille de celle de Morrissey mais aussi, par sa grande amplitude, de celle de Jimmy Summerville (rien à voir avec le genre, juste les intonations dans les aigus).

"(I need) a little bit more (than you can give me)" nous emmène du côté de Love and Other Demons de Strangelove avec une plus belle tessiture de voix.

En revanche sur "Making Progress" David, le chanteur, "parle" dans un registrre stylistique proche de Divine Comedy et My life story et plus précisément de celui d'un groupe américain (presque) oublié The Blue aeroplane, avec cette musique très péchue et ce texte parlé d'une voix parfaitement ferme et assurée. Une réussite, que dis je un tube, voire même déjà un classique.

"Raised" termine ce disque dans un relatif apaisement. Titre sur lequel la part belle est faite une fois encore à la voix, superbe dans ses couleurs de Morrissey crooner.

On pourra bien entendu regretter un peu la production, le son est assez faible et un peu "étouffé" mais cette critique disparait dès qu'on pousse un peu le volume. Et puis si à la première écoute on regrette un peu l'omniprésence des synthétiseurs, il faut reconnaitre que cela participe grandement à l'ambiance générale sans les conséquences musiennes dommageables. Luxembourg possède un potentiel non négligeable, manifestement du talent et une voix charismatique qui devrait les mener loin.

De la passion, de la douceur, de la hargne et de la sensualité chez Luxembourg, voilà qui laisse décidément présager de bien beaux jours à la pop anglaise.

A part réécouter ce disque en boucle, il ne nous reste qu'àespérer une distribution rapide sur un vrai label et surtout un album qui, s'il est à la hauteur de ce 4 titres devrait compter dans les albums de l'année... 2004.

Luxembourg serait-il visionnaire quand il annonce au verso de la pochette, à la fin d'un court texte sur la ville qui devient un alien : "Meanwhile, noses pressed up against the glass, Luxembourg write and perform apocalytically good pop (Thank fuck)" ?

Suede is dead, viva Luxembourg !

 

David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=