Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hugh Coltman
Stories From The Safe House  (Podis)  octobre 2008

An Englishman in Paris.

Un Britannique exilé à Paris, ce n’est pas si fréquent. Alors que London reste la mecque et le nec pour la plupart des musiciens, ce british-là a décidé d’aller à contre sens et de venir s’installer chez nous pour faire son premier album solo, Stories From The Safe House. Rien que cela le rend forcément sympathique et flatte notre égo chauvin (même s’il faut avouer qu’il n’y a pas une once d’influence française dans ce disque !).

Originaire d’un village près de Bristol, Hugh Coltman n’est pas né de la dernière pluie et a été dans les années 90 chanteur de The Hoax, groupe clairement orienté blues. En près de 7 ans d’existence, le combo en a d’ailleurs profité pour sortir quatre albums, faire des concerts à travers les Etats-Unis, le Canada et l’Europe et assurer des premières parties de légendes du blues tel Buddy Guy. Rien de moins !

Mais, à l’aube du nouveau millénaire qui s’annonçait, le groupe s’est séparé. Alors Hugh Coltman a pris le temps de la réflexion (près de huit ans !) pour se chercher musicalement et a fait remonter à la surface ses influences jazziques. Parisien d’adoption depuis quelques temps déjà, il s’est entouré de musiciens locaux (Thomas Naim à la guitare et Aurélien Calvel à la basse) pour monter son projet solo Stories From The Safe House, melting pot de ses influences.

Le bon ton est donné d’entrée. L’album s’ouvre sur "All the lovers come and go these days", porté par un rythme de bossa et la voix molletonnée de Hugh Coltman. L’album se veut un mélange de genres. On passe alors de la ballade piano "The ballad of the sad young man" où l’anglais accentue son côté crooner à "Could you be trusted" petite ritournelle pop, assortie de quelques harmonies vocales beach boysiennes, qu’un Ed Harcourt n’aurait pas renié. "Something wicked this way come", quant à lui, sonne comme un (bon) générique de James Bond façon Shirley Bassey et le jazzique "Where did the day go" côtoie le sautillant et léger "As the crow files".

Essentiellement acoustique, piano et guitare en avant, le tout est agrémenté d’arrangements subtils, tout en délicatesse. Ainsi s’invitent des cordes, du hautbois ("On my hands"), des flûtes, mais aussi de la guitare électrique pour des soli intelligents ou même un ukulélé sur le roublard "Sixteen" ou sur "Magpie" qui, avec son rythme chaloupé, tourne à la Caribbean Party.

Un joli album, tout en douceur, qui visite des styles feutrés mais reste au final très homogène. La voix de Hugh Coltman élève l’ensemble et survole ce disque. Suave par moment, crooner assurément, Hugh Coltman joue sur du velours et étale son talent. D’une facilité sans éraflure, il prodigue des compositions classieuses, sans excès ni cabotinage. Mélange de jazz, folk, pop avec une pointe de rythmes exotiques aux entournures, Stories From The Safe House se déguste élégamment et s’apprécie à chaque écoute.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Shadows, Songs of Nat King Cole de Hugh Coltman
La chronique de l'album Who's happy ? de Hugh Coltman
Hugh Coltman en concert à L’Alhambra (11 mars 2009)
Hugh Coltman en concert à Paléo Festival #34 (2009)
L'interview de Hugh Coltman (21 novembre 2008)

En savoir plus :
Le site officiel de Hugh Coltman
Le Facebook de Hugh Coltman


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=