Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Italics - L'art italien entre tradition et révolution, 1968-2008
Palazzo Grassi  (Venise)  Du 27 septembre 2008 au 11 janvier 2009

Après "Sequence 1", exposition autour de la collection François Pinault, le Palazzo Grassi présente, en collaboration avec le Musée d’art contemporain de Chicago, une exposition ambitieuse organisée

En effet, "Italics - L'art italien entre tradition et révolution, 1968-2008" veut embrasser l'évolution de l'art italien depuis 40 ans.

Cette exposition, conçue par un curateur très controversé, Francesco Bonami, critique d’art, ex-directeur de Biennale de Venise, ancien conservateur honoraire du Musée d'art contemporain de Chicago, s'avère elle-même très critiquée.

Francesco Bonami, qui veut y voir "une proposition de réconciliation culturelle avec le monde international, en faisant écouter les voix rarement entendues", celles des artistes italiens qui n'ont pas eu la visibilité et la médiatisation qu'ils méritaient, précise ainsi sa démarche : "Italics n'a pas l'ambition de réécrire quarante d'ans d'histoire de l'art italien, mais essaie d'en faire un autre récit" .

Par ailleurs, il évoque en ces termes, et à la troisième personne, son rôle de curateur :

"Le commissaire de l'exposition dans ce cas n'est ni un historien de l'art ni un critique, mais un explorateur, un anthropologue, un archéologue du présent, un astronome qui étudie une galaxie pratiquement inconnue".

L'exposition est introduite par l'exposition, en façade du Palazzo Grassi, sur le Grand Canal, de la fontaine autoportrait de Alighiero Boetti, artiste de l'avant garde italienne qui s'interrogeait sur le statut de l'artiste.

Une exposition en forme d'inventaire à la Prévert

L'exposition résiste au didactisme et à la démarche synthétique dans la mesure où elle multiplie les points d'entrée s'abstenant de tout parcours chronologique ou thématique.

Dans l'atrium hiératique et imposant, marbre sur marbre, une sculpture de Maurizio Cattelan, superstar de l'abstraction hyperréaliste : "All", neuf cadavres sous un drap en marbre blanc.

Ensuite, suivent des appariements, des juxtapositions, des filiations et des représentants des grands courants artistiques du 20ème siècle depuis le futurisme et le surréalisme.

Au fil des salles, le visiteur trouvera la photographie documentaire avec Luigi Ghirri ("Rimini"), l'art brut de Carlo Zinelli, le nouveau réalisme avec Maria Lai 1968 ("Il telaio del mattino" et "Il telaio della terra"), l'arte povera avec Marisa Merz ("Fontana") et Luciano Fabro ("L'italia d'oro"), le mouvement spatial avec Lucio Fontana ("Anbiante bianco"), le néo-dadaisme avec Alberto Burri ("Nero cretto"), la figuration libre avec Valerio Adami ("Le docce pubbliche"), l'art cinétique avec Getulio Alviani ("Interelazione cromospeculare") et bien évidemment la "transavanguardia" avec entre autres Nanni Balestrini

Des dialogues inattendus entre la peinture réaliste et sociale et l'arte povera avec "I funerali di Togliatti" de Renato Guttuso et la "Vedova blu" de "Pino Pascali sous le regard de l'autoportrait d’Alighiero Boetti, retenu comme visuel de l'exposition.

Des regroupements thématiques, autour du corps, de l'autoportrait vu par le peintre réaliste Pietro Annigoni, Francisco Clemente et Giuseppe Penone, figure majeure de l'arte povera avec "Essere fiume", ou des objets en faisant voisiner le surréalisme onirique de Fabrizio Clerici ("Il labirinto"), la fixité métaphysique du quotidien de Domenico Gnoli ("Chair") et l'arte povera avec Michelangelo Pistoletto ("Le trombe del giudizio").

Des filiations, comme les fesses carroyées de Gabriele Basilico et les postérieurs "habités" de Paola Pivi, ou "La fusione della campana" de Diego Perrone et le "Ciclo lacrerazione" de Emilio Vedova.

La démarche archéologique du curateur, dont les choix sont obligatoirement emprunts d'une certaine subjectivité, tel est le lot de l'exercice au demeurant, implique un décryptage champollionesque. A défaut, le visiteur néophyte y verra un panorama de l'art italien qui ne le laissera sans doute pas indifférent.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Palazzo Grassi

Crédits photos :Santi Caleca (sauf 1 : MM)
avec l'aimable autorisation du Pazazo Grassi


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=