Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Broadcast 2000
Interview  (Paris, La Flèche d'Or)  6 octobre 2008

Rencontre à la Flèche d’Or avec le talentueux Joe Steer de Broadcast 2000, responsable de l’excellent EP Building Blocks, quelques heures avant sa prestation live prévue le soir même.

Il est accompagné pour l’occasion de Tom Andrews au glockenspiel, de Chris Banner à la batterie minimaliste et de Kelly Underdown au violon. Une joyeuse bande de potes tout à fait sympathique et pas avare de confessions… même si le temps nous a manqué pour débattre pleinement de tous les noms de groupe ridicules !

Est-ce la première fois que vous jouez à Paris ?

Joe : En fait non, c’est la deuxième fois. Nous étions déjà venus pour jouer en première partie de Merz, un artiste du même label que le nôtre. Mais la dernière fois, nous étions seulement trois. Entre temps, nous avons recruté Kelly qui joue du violon.

Chris : Ca a été une super soirée, un très bon concert.

Tom : Ouais, on a adoré l’ambiance. On a dit à tous nos amis que Paris était un super endroit où jouer.

Chris : Oui les français écoutent la musique. Contrairement aux anglais qui sont très dissipés et discutent tout le temps.

Joe, peux-tu nous expliquer pour quelles raisons tu as choisi le nom de Broadcast 2000 ? (Il se met à souffler, a priori ce n’est pas la première fois qu’on lui pose la question.) Désolée, pour la question redondante !

Joe : Non pas de problème ! Mais en fait, c’est une histoire tout à fait ennuyeuse ! Je ne voulais pas que le nom du groupe soit mon nom, Joe Steer, parce que je savais que j’allais jouer avec d’autres musiciens. J’avais chez moi ce calendrier Broadcast de l’année 2000, du magazine du même nom. A l’époque, je ne savais pas qu’un autre groupe s’appelait déjà Broadcast. Mais je crois qu’on fait des choses très différentes. Je ne pense pas qu’il y est de confusion possible.

Chris : Oui, Broadcast est un très bon groupe.

Joe : Trouver un nom a été très fastidieux pour moi. J’ai passé deux mois à essayer de trouver quelque chose qui m’allait…J’avais pas mal d’idées mais en fait tout sonnait assez mal. Broasdcast 2000, c’est un nom assez neutre, on ne se dit pas c’est du folk ou autre chose.

Tom : Les gens ne se souviennent pas bien des noms des groupes. Quand tu penses à tous ces noms de groupes ridicules, Arctic Monkeys, ce nom est nul ! Radiohead aussi, ça ne veut rien dire ! Lynyrd Skynyrd, c’est horrible !

Chris : Led Zeppelin, par contre, est un fantastique nom de groupe.

A propos de votre titre "Get Up And Go", il a été utilisé pour habiller une publicité en Angleterre.

Joe : Ah oui, c’est très embarrassant.

A ce point là ? Parce que c’est tout de même une formidable façon de se faire connaître d’un public plus large… même si la question éthique peut effectivement se poser.

Joe : En fait, c’est une pub pour une entreprise qui vend de l’énergie. Et récemment cette entreprise a fait les gros titres pour avoir ouvert une nouvelle usine très polluante… ce qui en faisait en fait le pire des annonceurs à qui vendre sa musique. Alors c’était ça ou continuer de bosser dans mon bureau sans ne jamais pouvoir vivre de ma musique.

Chris : On a été critiqué par certains magazines d’avoir fait ce choix, paradoxalement ces magazines continuent de nous supporter. Mais c’est difficile actuellement de vivre de sa musique et de se faire connaître vraiment, avec le téléchargement illégal. L’industrie de la musique ne se porte pas très bien et pour nous, cela a été malgré tout une chance de se faire découvrir et de se faire signer, ce qui nous permet par conséquent aujourd’hui de jouer à Paris et dans d’autres villes aussi incroyables.

Joe : Il me semble que les gens font la part des choses. C’est-à-dire qu’ils imaginent bien que ce n’est pas parce que ta musique passe sur une pub que tu supportes l’annonceur.

Et puis, c’est aussi grâce à ça que Kelly a découvert le groupe.

Kelly : Oui, j’ai découvert le groupe comme ça et je les ai contactés sur Myspace.

Pour en revenir à la musique, avez-vous ce sentiment que le folk est en train de vivre une seconde jeunesse via tous ces groupes originaux, tels que Bon Iver, Tunng, Devendre Banhart même si lui est présent depuis un peu plus longtemps ?

Unanimement : Oui absolument !

Chris : Devendra, j’adore ce qu’il fait, ce mec est complètement barré !

Joe : Oui il y a vraiment beaucoup d’artistes issus de cet univers folk qui font des choses incroyables et aussi différents, comme Laura Marling, Noah And The Whale, Beirut, Final Fantasy, Grizzly Bear…

Oui, il y a d’ailleurs tout un tas d’appellations qui apparaissent ou ressortent pour décrire tous ces courants créatifs : folktronica, northen folk, neo-hippie folk, dark folk, brit folk… Quelle serait selon vous votre "folk description" ?

Joe : Assez simplement, folk-pop, c’est d’ailleurs de cette manière qu’on nous décrit le plus souvent.

Chris : Le terme pop est souvent connoté de manière péjorative, tout bêtement parce que cela signifie populaire et par extension "radiophonique". Mais peu importe, folk-pop nous convient bien !

Joe, Building Blocks est un album que tu as produit en total DIY. Pourquoi as-tu décidé de fonctionner de cette manière ?

Joe : Oui, j’ai tout fait tout seul dans ma chambre. Mais c’est parce qu’au départ, c’était un projet parallèle. Je jouais de la basse dans une autre formation et je voulais faire quelque chose pour moi. Et puis quand tu fais ça tout seul, tu es le patron ! Il n’y a personne pour te dire ce que tu dois faire ou ce qu’il serait mieux de faire.

Par contre, il y avait quand même une chose que tu avais prévu de déléguer, c’était la partie de chant.

Joe : Oui parce qu’en fait, dans mon autre groupe, j’écrivais les chansons mais je ne les chantais pas, on avait un chanteur pour ça ! Du coup, pour moi, ça paraissait normal de déléguer cette part. Je n’avais pas non plus un instinct naturel de frontman. Aussi bien sur scène que lors des interviews ! A vrai dire, j’avais demandé à une amie chanteuse de faire des essais, le résultat était très bon ! Mais elle faisait partie d’un groupe de jazz et elle n’aurait pas été disponible pour les tournées.

Joe, que penses-tu des comparaisons faites par la presse quant à ton timbre de voix ? J’ai pu lire Sufjan Stevens, "early" Paul Simon ou encore Chris Martin… ce qui me paraît complètement à côté de la plaque concernant ce dernier !

Joe : Pour Paul Simon, ce doit être plutôt rapport aux harmonies de Simon and Garfunkel et pas nécessairement rapport à mon timbre de voix. Quant à Sufjan Stevens, je ne vois pas bien. Pour moi, ce chanteur a un accent américain très prononcé.

Quelles ont été tes sources d’inspirations pour l’écriture des titres de Building Blocks ?

Joe : A vrai dire des choses très ennuyeuses comme le fait d’aller travailler dans un bureau dans Londres…

Tom : Oui mais il y aussi cette histoire avec le proprio de l’appartement !

Joe : Oh non, c’est très embarrassant ! En fait, une des chansons est inspirée de cette histoire. Il était mon proprio et par conséquent, il avait la charge de réparer les petites choses qui ne fonctionnaient pas dans l’appartement, mais évidemment il n’a jamais rien fait ! Voilà, comme j’avais dit c’est ennuyeux, ce sont les petits désagréments du quotidien ! Evidemment, mes textes ne racontent pas exactement la réalité parce que ce n’est pas ce qui est important.

Sur Youtube, on peut facilement trouver votre vidéo "Get Up And Go". Elle est assez géniale et perturbante en même temps (ndlr : dans un pub, le temps a l’air de s’être arrêté, les gens sont figés dans leur mouvement. C’est grâce à quelques détails seulement que le spectateur se rend compte que l’image n’est pas vraiment arrêtée).

Joe : Oui c’était une idée simple et géniale. On avait peu de temps et peu d’argent pour cette vidéo donc c’était parfait !

Pour le prochain album, as-tu l’intention de travailler de nouveau tout seul ou souhaites-tu impliquer d’autres personnes ?

Joe : En fait, je suis déjà en train de travailler sur les nouveaux morceaux… seul ! Tom et Chris ont de toute façon des projets parallèles et puis les choses fonctionnent bien comme ça !

Kelly : Oui pour nous aussi ça fonctionne bien comme ça ! En ce qui me concerne j’aime seulement jouer et tourner. Je n’ai pas de souci avec le fait que Joe apporte un titre et que je doive le jouer comme il l’a pensé, au contraire.

Chris : Oui moi aussi j’aime penser que nous sommes simplement un groupe de live.

Vous jouez dans quelques heures maintenant. Pouvez-vous me dire, chacun d’entre vous, quel est le titre que vous aimez particulièrement jouer ?

Tom : Pour moi, c’est "Run".

Kelly : Moi j’aime "Everybody and Me".

Joe : "Get Up And Go".

Chris : Pour moi aussi, mais elles sont toutes amusantes à jouer.

La soirée se finit donc sur un show enthousiasmant de Broadcast 2000. Une énergie nouvelle se dégage du live, naturellement apportée par la qualité des musiciens qui entourent Joe Steer. Broadcast 2000, définitivement une belle découverte.

Retrouvez Broadcast 2000
en Froggy's Session
pour 2 titres acoustiques en cliquant ici !

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Building Blocks EP de Broadcast 2000

En savoir plus :
Le site officiel de Broadcast 2000
Le Myspace de Broadcast 2000

Crédits photos : Froggy's Delight


Syx         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Broadcast 2000 (6 octobre 2008)


# 15 septembre 2019 : Life in Vain

Cette semaine Daniel Johnston nous a quitté, mais aussi Philippe Pascal de Marquis de Sade. Merci à eux pour tout ce qu'ils ont apporté à la musique mondiale pour l'un et hexagonale pour l'autre.
Pour ce qui est du reste de l'actualité culturelle de la semaine, c'est parti pour le sommaire :

Du côté de la musique :

"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold
et toujours :
"L'horizon" de Manu
"Twelve nudes" de Ezra Furman
"Spleen 1" de Fleur du Mal, chronique assortie d'un entretien
Rencontre avec Le Flegmatic autour de son nouvel album "Ruine nouvelles" Le Flegmatic
"Echoplain Ep" de Echoplain
"Michel on my mind - Tribute to Michel Petrucciani" de Laurent Coulondre

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Pompiers" au Théâtre du Rond-Point
"La Vie de Galilée" à La Scala
"Suite française" au Théâtre La Bruyère
"The ways she dies" au Théâtre de la Bastille
"La Fin de l'Homme rouge" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Pour un oui ou pour un non" à la Manufacture des Abbesses
"Louise au parapluie" au Théâtre du Petit Gymnase
"La Réunification des deux Corées" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Ecoutez leur silence" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Naufragés" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Vive Bouchon !" au Théâtre du Splendid
"Marie-Antoinette" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tempête en juin" au Théâtre La Bruyère
"Aux rats des paquerettes" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Pas vue, Ni connue" au Théâtre Essaion
des reprises
"L'homme à tête de chou" au Théâtre du Rond-Point
"Fables" au Studio Hébertot
"Le Défunt" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Dom Juan ou les limbes de la mémoire" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Une leçon d'Histoire de France - De l'An mil à Jeanne d'Arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France - De 1515 au Roi-Soleil " au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Karine Dubernet - Souris pas !" au Point Virgule
"Sandra Colombo - Instagrammable et cervelée" à la Comédie des Trois Bornes
"Marion Mezadorian - Pépites" à la Nouvelle Seine
"Carla Bianchi -Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Le Monde selon Roger Ballen" à la Halle Saint-Pierre

Cinéma avec :

"Les Fleurs amères" de Olivier Meys
Oldies but Goodies avec "Les Idoles" de Marc'O
et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits
et toujours :
"Autoportrait d'une vie heureuse" de Ingo Schulze
"Conversations entre amis" de Sally Rooney
"Le dernier grenadier du monde" de Bakhtiar Ali
"Le siècle des dictateurs" Sous la direction d'Olivier Guez
"Les opérations extraordinaires de la seconde guerre mondiale" de Claude Quétel
"Les réfugiés" de Viet Thanh Nguyen

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=