Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pocket Bastard - Son Lux - Why ?
Le Fil  (Saint Etienne)  23 octobre 2008

Aujourd'hui, et d'une manière relativement exceptionnelle, je m'abstiendrai de vous proposer une quelconque introduction à cette chronique! En effet, Le Fil nous ayant une nouvelle fois programmé une soirée dense et complète, subtile et variée, je n'aurai aucune minute à perdre afin de vous relater les perfomances des formations croisées lors de cette session du 23 Octobre dernier...

Le premier groupe, Pocket Bastard, arrive sur scène. Cette formation composée de deux membres (pour ce soir-là), nous suggère quelques morceaux dont les paroles sont rédigées en anglais, soutenues par des mélodies simples mais très agréables. L'aura est bonne, et je trouve leur petit jeu de scène très drôle. Le chanteur s'adresse au public, prend à partie son acolyte, le charrie et, le manque de répartie ainsi que la nonchalance du "souffre-douleur" apportent un côté comique et convivial réussi à leur tour de chant!

Musicalement, Pocket Bastard oscille entre punk et électro. Mais c'est pas tout! Car le point commun entre les groupes proposés ce soir-ci (hihi!) est bien la tentation de créer de nouvelles sonorités, d'explorer de nouveaux univers musicaux, d'éventrer leurs instruments pour en exploiter toutes les capacités! Concernant ce duo-là, c'est assez réussi et l'on se laisse volontiers glisser dans leur faille musico-spatio-temporelle!

Vient ensuite la formation électro new yorkaise de Son Lux. On passe dans l'univers décalé et épileptique de ce duo, qui nous gratifie d'une entame dans laquelle le chanteur n'a de cesse de nous rappeler "Don't be afraid"... Alors voilà, moi je veux bien ne pas avoir peur, mais peur de quoi? De qui? Où ça?!... Il n'empêche, il nous rassure sur ce fait, et je ne le remercierai jamais suffisamment de cette insistante empathie vis-à-vis de nous... Mais moi, ça m'a fait peur d'avoir peur, tout de même!

Le concert se déroule bien, les morceaux sont travaillés en profondeur, grâce aux nombreuses évolutions mélodiques ainsi qu'au travail sur des sonorités variées et originales. La façon dont l'interprète pose une main sur son ventre lorsqu'il chante me rappelle Julio Iglésias... Mais la comparaison (vous vous en doutez) s'arrête ici! Effectivement, Son Lux vit pleinement sa musique et est physiquement marqué par cette dernière. Le terme à la mode pour décrire son attitude serait la transe. Et c'est bien vrai qu'il y est complètement ! Son corps marque presque tous les coups de batterie de son compère, et les différentes expressions de son visage déformé nous invitent au partage, nous laisse succomber à la tentation de "souffrir" avec lui!

Et puis, il y avait la cerise sur le gâteau! (Ca, c'est pour celles et ceux qui adorent les phrases toutes faites!) Why?

On m'avait dit des trucs dans le style : "Houlala! Why? c'est très bon! Super groupe! Très bonne réputation dans l'milieu Underground! Tu vois?... Du genre!..." (Mais, je suis une personne qui retranscrit très mal les On dit !) Etc, etc...

Alors, étant donné que je n'avais jamais entendu parlé d'eux, ni même du chanteur-compositeur en provenance directe du Hip hop, et pour ne pas me sentir totalement ringard au cours du concert, j'avais consciencieusement et fermement décidé d'écouter leur dernier album quelques jours avant la date fatidique de leur show.

Un show très statique, mais étonnement et paradoxalement, très énergique ! Leur jeu de scène consiste à se mouvoir chacun le moins possible ! Toute leur concentration paraissant être condensée dans leurs prestations, respectives et collectives. Les origines diverses et apparentes des différents membres du groupe se font ressentir. Mais le mélange est réussi. La sensation d'étouffement liée au son des basses omniprésentes est doucement relevée par la clareté enchanteresse des mélodieuses notes de clavier ou de xylophone. Le rythme du chant propre au Hip hop est proposé à travers une voix cassante, à la limite agaçante! Simplement à la limite... En effet, Why?, c'est bon ! En résumé, désormais j'écoute leur dernier "33 tours" fréquemment!

Voilà! Voyant le bas de page arrivé à grands "clics de souris", certains d'entre vous s'attendent certainement, à cet instant de la chronique, à une belle conclusion qui résumerait la soirée et ouvrirait vos esprits vifs et alertes sur une reflexion musicale et (ou) existentielle... (Pourquoi pas?)

Ouais... Le soucis c'est que... Là, tout de suite, je n'ai aucune idée de la sorte! Alors...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Why there are mountains de Cymbals eat guitars
La chronique de l'album Several Shades of Why de Jay Mascis
La chronique de l'album Why Do the Heathen Rage ? de The Soft Pink Truth
La chronique de l'album eponyme de They Make Money So Why Don’t We
La chronique de l'album Sélection singles & EP de Why Elephant - Louise Thiolon - Cyril Adda
La chronique de l'album Why hasn't everything already disappeared ? de Deerhunter
Why en concert au Festival Art Rock 2006 (Vendredi)
Why en concert au Festival La Route du Rock 2006 (vendredi)
Articles : B R OAD WAY - Jerri - Pocket Bastard - Projet SI - Matru - Les Sainté Sessions (partie 1)
Articles : Projet SI - Jerri - Pocket Bastard - B R OAD WAY - Matru - Les Sainté Sessions (partie 2)
Articles : Pocket Bastard - Projet SI - Jerri - B R OAD WAY - Matru - Les Sainté Sessions (partie 3)
Pocket Bastard en concert au Triomphe (16 octobre 2008)
L'interview de Pocket Bastard (6 janvier 2009)
La chronique de l'album Lanterns de Son Lux
La chronique de l'album Bones de Son Lux
Son Lux en concert au Café de la Danse (lundi 26 mai 2014)
Son Lux en concert au Festival Rock en Seine 2015 - vendredi 28 août
Son Lux en concert au Festival Le Cabaret Vert #11 (édition 2015) - Jeudi 20 août
L'interview de Son Lux (mercredi 3 juin 2015 )

En savoir plus :
Le Myspace de Why ?
Le Myspace de Pocket Bastard
Le site officiel de Son Lux
Le Soundcloud de Son Lux
Le Myspace de Son Lux
Le Facebook de Son Lux

Crédits photos : Sébastien Barriol (Retrouvez la série complète sur Taste of Indie)


17         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Pocket Bastard (6 janvier 2009)


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=