Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce 1984, Big Brother vous regarde
Théâtre de Ménilmontant  (Paris)  novembre 2008

Comédie dramatique de Alan Lyddiard, mise en scène de Alan Lyddiard et François Bourcier, avec Cyril Anthony, Alexis Bouchacourt, Caroline Felices, Sébastien Jeannerot, Florence Nilsson, Lionel Pascal et Jean Terensier.

"1984", ce livre de science-fiction hors du commun qu’a écrit Georges Orwell après la seconde guerre mondiale, s’invite sur une scène sous forme de pièce de théâtre en version française. Un défi pas si facile à relever quand on connaît toute la puissance et le poids de ces écrits. Au Théâtre de Ménilmontant, c’est un pari tenu et admirablement tenu.

Dès les premières minutes, le parti pris d’une mise en scène alliant à la fois théâtre et cinéma donne le ton de ce monde totalitaire décrit par George Orwell avec la projection de vidéos sur de grands écrans style modules que les comédiens déplacent tout au long de la pièce. Dans "1984", George Orwell imagine le monde des années 80 plongé dans le totalitarisme. Trois Etats totalitaires concurrents constamment en guerre se partagent la planète : l'Océania dirigée par Big Brother, l'Eurasia et l'Estasia.

Winston Smith, alias Sébastien Jeannerot, travaille aux Archives du Ministère de la Vérité, en tant que membre du parti extérieur. Afin d’éviter les regards indiscrets, il se réfugie dans un coin de son appartement pour écrire des notes dans son journal dans lequel il condamne le Parti, Big Brother et la société totalitaire dans laquelle il vit. Sébastien Jeannerot par son jeu de comédien est complètement époustouflant. Il nous transporte littéralement dans cet univers déroutant.

Dans cet univers où l’on se sent en permanence épié, où tous nos faits et gestes sont minutieusement décortiqués. Quand il a mal, on a mal, quand il a peur, on a peur, il arrive à transmettre au public toutes ses émotions.

Jean Terensier, alias O’Brien, a non seulement une "gueule" et une prestance sans égal ; transparait une classe dans son rôle de tyran, on sent bien toute la sagesse d’un comédien qui a du métier… Sans oublier Florence Nilsson, Alexis Bouchacourt, Lionel Pascal, Caroline Felices, et Cyril Anthony qui donnent, pour chacun d’entre eux, une mesure d’excellence à cette adaptation théâtrale.

Ils ne négligent rien, tout est calé au millimètre prêt, ils connaissent leur personnage à la perfection et ne font qu’un avec eux. Il y a une véritable symbiose et une cohérence dans ce casting. Ils sont complémentaires et donnent tous ensemble un extrême puissance à "1984".

L’adaptation ainsi que la mise en scène de Alan Lyddiard sont somptueuses. Le climat d’inquiétude permanente est là grâce à ce mélange réussi de vidéos et de théâtre. Il y aussi cet aspect saccadé entre chaque tableau dans le but d’insister sur les passages d’un temps à un autre. Le travail esthétique, avec la scénographie de Neil Murray, est à l’image de l’oeuvre d’Orwell : les décors très sombres minutieusement conçus, les costumes et les accessoires qui remémorent tant les années d’après guerre que le futur glacial, terrifiant que propose "1984, Big Brother vous regarde".

D’autre part, l'objet contemporain, envahissant et omniprésent que sont les écrans géants de tailles diverses dispersés partout sur scène, projettent des films réalisés pour cette occasion donne également tout son sens à ce concept qu’est Big Brother. Le sentiment de traque est démultiplié grâce à ce rapport entre le réel du théâtre et le virtuel de l’écran. Un somptueux mélange qui donne aussi toute sa force à cette adaptation.

Pari donc bien tenu ! Adaptation très proche et très fidèle au roman d’Orwell. C’est une occasion formidable de rappeler que les intuitions, les pressentiments d’Orwell sont aussi ancrés sans conteste dans notre actualité, dans notre vie à tous !

De toute évidence on ne ressort pas indemne de cette expérience, l’heure de l’interrogation est arrivée, de la remise en cause de tout ce qui fait notre monde aujourd’hui… parce que quelque part on se sent tous un peu comme un "Winston".

 

TB         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 mai 2017 : Black Hole Sun

Cette semaine nous avons appris le départ prématuré de Chris Cornell, qui ne se souvient pas de ce célèbre titre, "Black Hole Sun". Paix à son âme et à nos jeunes années.
Quoi qu'il en soit le beau temps est enfin là. Soleil, festivals, largement de quoi contenter votre soif de cultures et de loisirs. Pour vous aider, voici notre petite sélection hebdomadaire, de la musique au jeu vidéo en passant par le théâtre, la littérature et le cinéma. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Life is cheap, death is free" de Nadia Tehran
"Tigreville" de Pierre Lebas
"Libre voyage dans les musiques des Balkans" de Quintet Bumbac
"Volcan" de Volin
"Hedonism" de Cakes Da Killa
"A l'ombre du coeur" de Contrebrassens
"Dirt buzz" de Dallas Frasca
"Fast forward" de Federico Casagrande
"Growing old" de Grand March
"A close land and people" de Julien Vinçonneau Quartet
Xiu Xiu, Le Prince Harry et Delacave à Petit Bain
Concert de Erik Arnaud à Petit Bain en intégrale
Bientôt, la deuxième édition du Download Festival
et toujours :
"Rock'n'Roll consciousness" de Thurston Moore, "Slowdive" de Slowdive. Retrouvez également Neil Halstead de Slowdive en interview, "Empire of nights" de BLVL, Jorge P, EP chez Microcultures, "Animal" de Nirman, "Someone is missing" de Payne, "Sympathetic magic" de Peter Von Poehl, "Pinky pinky EP" de Pinky Pinky, "Let me be gone" de Slow Joe & The Ginger Accident, "Take off" de Théo Cormier

Au théâtre :

"Le froid augmente avec la clarté" au Théâtre de la Colline
"Le Songe d'une nuit d'été" à la Manufacture des Oeillets à Ivry
"Il Bugiardo" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Les Flottants" au Théâtre Le Lucernaire
"Français, encore un effort si vous voulez être républicains" à la Manufacture des Oeillets à Ivry
"Les Célèbres Amours de Nohant" au Théâtre Le Ranelagh
"La guerre au temps de l'amour" au 100ECS
"L'Ombre de Stella" au Théâtre du Rond-Point
"Ajax" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
et la chronique des autres spectacles de mai

Exposition avec :

"Grand Trouble"à la Halle Saint Pierre

Cinéma :

Ciné en bref avec :
"De toutes mes forces" de Chad Chenouga
"Les fantômes d'Ismaël" de Arnaud Desplechin
"Get Out" de Jordan Peele
"Alien : Covenant" de Ridley Scott
Oldies but Goodies avec "Pluie de juillet" de Marlen Khoutsiev dans le cadre de sa rétrospective à la Cinémathèque française
les chroniques des autres sorties de mai
et les chroniques des sorties d'avril

Lecture avec :

"J'ai choisi d'être libre" de Henda Ayari
"La fille du fossoyeur" de Joyce Carol Oates
"La vie sexuelle des soeurs siamoises" de Irvine Welsh
et toujours :
"La vie de Norman" de Stan Silas
"Little girl gone" de Alexandra Burt
"Minuit en mon silence" de Pierre Cendors

Froggeek's Delight :

3 mois avec la Nintendo Switch
"101 jeux Amiga" de David Taddei

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=