Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce 1984, Big Brother vous regarde
Théâtre de Ménilmontant  (Paris)  novembre 2008

Comédie dramatique de Alan Lyddiard, mise en scène de Alan Lyddiard et François Bourcier, avec Cyril Anthony, Alexis Bouchacourt, Caroline Felices, Sébastien Jeannerot, Florence Nilsson, Lionel Pascal et Jean Terensier.

"1984", ce livre de science-fiction hors du commun qu’a écrit Georges Orwell après la seconde guerre mondiale, s’invite sur une scène sous forme de pièce de théâtre en version française. Un défi pas si facile à relever quand on connaît toute la puissance et le poids de ces écrits. Au Théâtre de Ménilmontant, c’est un pari tenu et admirablement tenu.

Dès les premières minutes, le parti pris d’une mise en scène alliant à la fois théâtre et cinéma donne le ton de ce monde totalitaire décrit par George Orwell avec la projection de vidéos sur de grands écrans style modules que les comédiens déplacent tout au long de la pièce. Dans "1984", George Orwell imagine le monde des années 80 plongé dans le totalitarisme. Trois Etats totalitaires concurrents constamment en guerre se partagent la planète : l'Océania dirigée par Big Brother, l'Eurasia et l'Estasia.

Winston Smith, alias Sébastien Jeannerot, travaille aux Archives du Ministère de la Vérité, en tant que membre du parti extérieur. Afin d’éviter les regards indiscrets, il se réfugie dans un coin de son appartement pour écrire des notes dans son journal dans lequel il condamne le Parti, Big Brother et la société totalitaire dans laquelle il vit. Sébastien Jeannerot par son jeu de comédien est complètement époustouflant. Il nous transporte littéralement dans cet univers déroutant.

Dans cet univers où l’on se sent en permanence épié, où tous nos faits et gestes sont minutieusement décortiqués. Quand il a mal, on a mal, quand il a peur, on a peur, il arrive à transmettre au public toutes ses émotions.

Jean Terensier, alias O’Brien, a non seulement une "gueule" et une prestance sans égal ; transparait une classe dans son rôle de tyran, on sent bien toute la sagesse d’un comédien qui a du métier… Sans oublier Florence Nilsson, Alexis Bouchacourt, Lionel Pascal, Caroline Felices, et Cyril Anthony qui donnent, pour chacun d’entre eux, une mesure d’excellence à cette adaptation théâtrale.

Ils ne négligent rien, tout est calé au millimètre prêt, ils connaissent leur personnage à la perfection et ne font qu’un avec eux. Il y a une véritable symbiose et une cohérence dans ce casting. Ils sont complémentaires et donnent tous ensemble un extrême puissance à "1984".

L’adaptation ainsi que la mise en scène de Alan Lyddiard sont somptueuses. Le climat d’inquiétude permanente est là grâce à ce mélange réussi de vidéos et de théâtre. Il y aussi cet aspect saccadé entre chaque tableau dans le but d’insister sur les passages d’un temps à un autre. Le travail esthétique, avec la scénographie de Neil Murray, est à l’image de l’oeuvre d’Orwell : les décors très sombres minutieusement conçus, les costumes et les accessoires qui remémorent tant les années d’après guerre que le futur glacial, terrifiant que propose "1984, Big Brother vous regarde".

D’autre part, l'objet contemporain, envahissant et omniprésent que sont les écrans géants de tailles diverses dispersés partout sur scène, projettent des films réalisés pour cette occasion donne également tout son sens à ce concept qu’est Big Brother. Le sentiment de traque est démultiplié grâce à ce rapport entre le réel du théâtre et le virtuel de l’écran. Un somptueux mélange qui donne aussi toute sa force à cette adaptation.

Pari donc bien tenu ! Adaptation très proche et très fidèle au roman d’Orwell. C’est une occasion formidable de rappeler que les intuitions, les pressentiments d’Orwell sont aussi ancrés sans conteste dans notre actualité, dans notre vie à tous !

De toute évidence on ne ressort pas indemne de cette expérience, l’heure de l’interrogation est arrivée, de la remise en cause de tout ce qui fait notre monde aujourd’hui… parce que quelque part on se sent tous un peu comme un "Winston".

 

TB         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 mai 2018 : Un temps à sortir les palmes

Le Festival de Cannes se termine déjà, sans grandes envolées mais avec une belle palme d'or tout de même et surtout le soleil qui devrait vous donner envie de sortir les vôtres, palmes, histoire d'aller piquer une tête pour vous rafraichir les idées au milieu de tout ce marasme ambiant. Quoi qu'il en soit, pour vous changer les idées, voici comme chaque semaine notre sélection culturelle.

Du côté de la musique :

Glenn Branca, une vie dissonnante
"Quieter" de Carla Bozulich
Rencontre avec Romain Guerret autour de son projet solo Donald Pierre dont voici 3 titres live enregistrés au bar Le Planète Mars
"Free the prisoners" de Andrew Sweeny
"The sound like a tank even if they are a duo" de Archi Deep
"Liszt : Athanor" de Beatrice Berrut
"Lost and found" de En attendant Ana
"Les larmes d'or" de Frédéric Bobin
"Le courage des innoncents" de Olivier Savaresse
et toujours :
"Lion in bed" de Lion In Bed
"Take me away" de Andréane Le May
"JS Bach Inventions & Sinfonias" de Julien Lheuillier
"Lost memory theatre" de Jun Miyake
"Advertisement EP" de MNNQNS
"All inclusive" de Shaggy Dogs
"Bernstein : Mass" de Yannick Nézet Séguin & le Philadelphia Orchestra
"Ain't that mayhem ?" de Zëro

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Limbes" au Théâtre du Rond-Point
"4.48 Psychosis" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Strange Love" au Cirque Electrique
"17 fois Maximilien" au Studio Hébertot
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Soulmates" au Théâtre du Marais
"Le Cirque Alfonse - Tabarnak" à Bobino
"Scud" au Théâtre Clavel
"Cabaret chinois et autres farces" au Théâtre Clavel
les reprises avec :
"Les Patissières" au Théâtre Trévise
"King KongThéorie" à La Pépinière Théâtre
"Les Petites Reines" au Théâtre La Bruyère
"Eric Boschman - Ni Dieu, ni Maître mais du Rouge !" à la Scène Thélème
"Légendes d'une vie" au Théâtre Le Lucernaire
"Warren Zavatta - Ce soir dans votre ville" au Théâtre Michel
et les chroniques des autres spectacles de mai

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête" de Ilan Klipper
"Bienvenue en Sicile" de PIF
et les chroniques des autres sorties de mai

Lecture avec :

"La symphonie du hasard, livre 3" de Douglas Kennedy
"Les diables de cardona" de Matthew Carr
"Les invisibles" de Antoine Albertini
"Transit" de Rachel Cusk
et toujours :
"L'écrivain public" de Dan Fesperman
"Le chien de Shrodinger" de Martin Dumont
"Les saltimbanques ordinaires" de Eimear McBride
"Passage des ombres" de Arnaldur Indrioason
"Prison house" de John King

Froggeek's Delight :

"A way out" sur PS4, Xbox One et Windows
"Rétro lazer" Tome 1, magazine trimestriel
Le Google Home, enceinte intelligente

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=