Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Datsuns - Four dead in Ohio - El Guapo Stuntteam
La Maroquinerie  (Paris)  6 novembre 2008

Gros son ce soir à la Maroquinerie. The Datsuns viennent une nouvelle fois faire transpirer les foules parisiennes. En guise d’apéro rock, deux premières parties.

Four Dead In Ohio démarre leur set dans l’obscurité quasi totale. Seul un vieil appareil à diapo fera office de light system… trop peu de luminosité pour notre photographe maison ! Dès les premières notes, la perplexité fait place à la curiosité. Le son des quatre morts dans l’Ohio dénotent dans la programmation de ce soir. Leur univers musical se rapproche plus de Kasabian que d’AC/DC. Les applaudissements sont polis, les compositions se ressemblent, l’ennui s’installe.

Heureusement, les flamands de El Guapo Stuntteam rassure le public qui commençait sérieusement à se demander s’il ne s’était pas gouré de concert. Les ingrédients font mouche, un peu de Motorhead, un peu de Led Zep, un peu d’AC/DC, un peu de Raconteurs… toutes ces influences évidentes et correctement digérées, font de El Guapo Stunnteam une valeur sure de la scène rock chevelu/couillu. Les crinières s’envolent enfin, les "yeah !!" sont lâchés… Dans la foule, un "c’est vachement mieux que le groupe d’avant" se fait entendre, récoltant l’approbation du reste de la salle. Mission accomplie pour les belges, le public est in the mood for The Datsuns.

De retour dans la salle, cheveux et moules burnes sont dans la place : pas de doute possible, les Datsuns vont bientôt faire leur apparition. Cinq ans qu’on ne les avait pas vu et force est de constater que les australiens n’ont guère changé. Seul Dolf arbore maintenant une fine moustache noire. Tout à fait discutable visuellement et pas très AC/DC tout de même … "Sittin Pretty"  fera office de catalyseur pour lancer les hostilités. Dans la fosse, poètes et enfants de chœurs se voient rassemblés dans un pogo intergénérationnel … assez impressionnant vu de dessus.

Avec les Datsuns, impossible de faire dans la dentelle, les deux guitaristes tricotent sur leurs instruments de petits riffs bien gras, le batteur malmène ses fûts comme si sa vie en dépendait. Ne manque plus que les rugissements de Dolf pour compléter un tableau déjà bien chargé. Mais voilà exactement la raison pour laquelle on les adore ! Les tubes des trois albums se voient passés à la moulinette. Les enceintes déglutissent des décibels à pleine bouche. Les photographes se régalent. Parce ce que visuellement, nos petits australiens en jettent. C’est pas Spinal Tap quand même mais l’esprit y est. Comme un fils de pute de l’enfer ! Tiens, la fin est proche, ils viennent d’attaquer l’orgiaque "MF From Hell". Chassez le naturel, il revient au galop, les australiens auront comme toujours un peu de mal à terminer leur concert (sans pour autant atteindre les longueurs de cet Elysée Montmartre 2003). Après une telle recharge des batteries rock’n roll, chaque auditeur est maintenant préparé à s’enchaîner une semaine de concerts privés de Florent Pagny au Paris Paris.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Outta sight/Outta Mind de The Datsuns
The Datsuns en concert à l'Elysée Montmartre (24 février 2003)
The Datsuns en concert au Festival Les Nuits de l'alligator 2007 (mercredi)

En savoir plus :
Le Myspace de Four dead in Ohio
Le Myspace de El Guapo Stuntteam
Le Myspace de The Datsuns

crédits photos : Monsieur Var (Toute la série sur Taste of Indie)
Merci à Syx pour sa collaboration à cette chronique.


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=