Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival des Inrocks iDTGV 2008

Wild Beasts - The Virgins - Seasick Steve - Soko - Zack Laughed - Friendly Fires - Foals  (La Cigale, Paris)  15 novembre 2008

De retour à la Cigale pour une troisième soirée de concerts, avec en tête d’affiche les très attendus Foals. La programmation de ce soir est particulièrement alléchante et fournie (la plus fournie du festival en fait avec 6 groupes), même si j’émets quelques craintes quant à l’accueil que réservera la Cigale au doyen de ce festival Seasick Steve. Wait and see…

En entrant dans la salle, celle-ci est déjà plongée dans l’obscurité avec sur scène, les anglais de Wild Beasts. Il ne faudra pas plus de quelques morceaux pour comprendre que nous faisons face à des musiciens vraiment audacieux.

Leurs compositions pop sont parfaitement originales et surtout le chanteur a cette impressionnante capacité de passer d’une voix de ténor à celle d’un castrat. Celui-ci joue d’ailleurs au ping-pong vocal avec un bassiste aux faux airs de Paul Simonon. Folle et belle découverte, Wild Beasts, un nom à retenir absolument.

Les new-yorkais de The Virgins prennent la suite. Ces derniers mois, les quatre ont fait parler d’eux grâce à leur single Rich Girl et surtout à leur prestation en première partie de Patti Smith ou encore Sonic Youth, excusez-les du peu. On s’attend donc à une petite révolution musicale qui justifierait le buzz, mais très franchement, il n’en est rien.

L’unique originalité de leur son réside dans la mise en avant de la basse, donnant ainsi à leur rock indé un petit côté funky. Pas désagréable mais pas suffisamment bouleversant pour retenir l’attention du public plus de trois morceaux. Un dernier soubresaut quand même avec le tube "Rich Girl" joué en fin de set.

Seasick Steve et son batteur au look capillaire à la J.Mascis investissent la scène de la Cigale. Le vieux bluesman barbu enfourche sa gratte et l’accueil qui l’accompagne est incroyable.

Mes craintes sont ainsi dissipées et c’est avec bonheur qu’on assiste tous à une leçon de blues-country-rock divinement old school. A 60 ans tapés, le monsieur a une énergie de jeune homme et surtout, il transpire la joie de jouer live. Pas blasé, il envoie ses tubes avec le sourire et ponctue son set d’anecdotes croustillantes.

L’une d’elle étant l’histoire de charmantes bestioles qui auraient pour habitude de pondrent dans les chairs des personnes sur lesquelles elles élisent domicile.

Ça sent étrangement le vécu. L’ex-taulard tatoué invitera une demoiselle à venir jouer du tambourin à ses côtés le temps d’une chanson.

Pas de doutes possibles, Seasick Steve a conquis la Cigale et quittera la scène en héros.


J’aurais la chance d’échanger quelques mots avec le bonhomme peu de temps après son set et il confirmera mon ressenti quant au bonheur de jouer sa musique et de pouvoir en vivre : "You know it’s so good to have a job !".

Transition plutôt difficile pour Soko, après une telle énergie et une telle ovation. Heureusement la demoiselle dispose de compositions folk-pop tout à fait sympathiques. Sa voix, un brin cassée, vaut aussi le détour.

Malgré tous ces bons points, la jeune femme agace un poil. Elle se comporte en petite fille et minaude à chaque prise de paroles.

A priori je ne suis pas la seule à être dérangée par cette attitude, puisqu’elle se fera gentiment bousculer par un public qui préfère l’écouter jouer plutôt que de la regarder poser.

A l’entracte, c’est un jeune homme de tout juste 14 ans qui vient passer la dure épreuve du rideau. Après les baby rockeurs, voici donc le blédina rockeur (comme l’ont qualifié les Inrocks, dans un article récent).

Zack Laughed, un auvergnat comme son nom ne l’indique pas, nous joue quelques charmantes compos folk, à la guitare sèche ou au ukulélé (instrument désormais indispensable à tous les folkeux et anti-folkeux de la planète… merci Herman Dune et The Wave Pictures).

Sur son dernier morceau, il arrive de manière surprenante à capter l’attention d’une foule dissipée et carrément à lui faire reprendre en chœur le titre en question. Un vrai pro !

Passons maintenant aux choses sérieuses. C’est au tour de Friendly Fires de nous montrer de quoi ils sont capables. En ce qui me concerne, j’étais restée sur une impression mitigée après leur dernière prestation à la Flèche d’Or il y a peu. J’espère donc me réconcilier pleinement avec les anglais ce soir.

Je retrouve sans conteste cette folle énergie dont ils avaient fait preuve, voire même décuplée. C’est indéniable, leur électro-pop survoltée met rapidement la salle en transe. Le chanteur est dans tous ses états et sa patate est communicative.

Malgré tout, je leur reproche une nouvelle fois leurs compositions répétitives même si l’ambiance dans laquelle ils ont transporté la Cigale semble me donner tort. Surtout lorsque le groupe entame leur hymne "Paris", idéal dans le contexte.

Le public est donc chauffé à blanc au moment où Foals entrent sur scène. Découverts l’année dernière lors de ce même festival, mais à la Boule Noire, les britons avaient alors, dans un anonymat quasi total, enflammé la petite salle en sous-sol.

Leur prestation de ce soir prouvera leur légitimité de se retrouver cette année plusieurs étages au-dessus, en tête d’affiche de la plus grosse soirée du festival. Comme leurs confrères anglais de Friendly Fires, ils ont cette même énergie incroyable et cette même envie d’en découdre, mais avec ce plus qui fait toute la différence, une réelle originalité d’écriture.

Leur prestation est également un véritable show visuel. Le chanteur, Yannis Philippakis paraît complètement possédé. Il n’arrivera pas à se retenir de se jeter dans la foule, ni de grimper absolument partout. Les amateurs de dance-punk en ont pour leur argent, la prestation est démente et les compos tubesques… Antidote, leur album étant déjà culte. Avec des titres aussi inventifs et dansant que "Cassius" ou "Balloons", il n’est clairement plus possible d’ignorer les cinq Foals.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Hooting & Howling EP de Wild Beasts
La chronique de l'album Two Dancers de Wild Beasts
L'interview de Wild Beasts (12 otobre 2009)
The Virgins en concert au Grand Mix (jeudi 15 otobre 2009)
La chronique de l'album You Can't Teach An Old Dog New Tricks de Seasick Steve
La chronique de l'album Keepin’ The Horse Between Me And The Ground de Seasick Steve
Seasick Steve en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Seasick Steve en concert au Grand Mix (21 novembre 2009)
Seasick Steve en concert au Festival Pukkelpop 2010 (jeudi 19 août 2010)
Seasick Steve en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du vendredi
Seasick Steve en concert à L’Alhambra (vendredi 18 octobre 2013)
Seasick Steve en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - dimanche
Seasick Steve en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #27 (édition 2015) - Samedi 4
Seasick Steve en concert au Festival Lollapalooza Paris #1 (édition 2017) - Dimanche
Seasick Steve en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2017 - du vendredi au dimanche
La chronique de l'album I Thought I Was An Alien de Soko
Soko en concert au Festival We Love Green #1 (édition 2011)
Soko en concert au Festival We Love Green 2011 (1ère édition) - dimanche 11 septembre
La chronique de l'album eponyme de Friendly Fires
Friendly Fires en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Friendly Fires en concert au Festival International de Benicàssim #17 (vendredi 15 juillet 2011)
La chronique de l'album What Went Down de Foals
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du vendredi - Minus The Bear - All Time Low - Roken is Dodelijk - Band of
Foals en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Foals en concert au Festival Summercase 2008 (Samedi)
Foals en concert au Festival Le Rock Dans Tous ses Etats 2008
Foals en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Foals en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009) - 2ème
Foals en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (samedi 17)
Foals en concert au Festival International de Benicàssim #16 (dimanche 18 juillet 2010)
Foals en concert au Festival La Route du Rock 2010 (samedi)
Foals en concert au Festival Pukkelpop 2010 (vendredi 20 août 2010)
Foals en concert au Festival Rock en Seine 2010 (vendredi 27 août 2010)
Foals en concert à Splendid (mardi 16 novembre 2010)
Foals en concert au Festival Art Rock 2014 - 6, 7 et 8 juin
Foals en concert au Festival La Route du Rock #25 (samedi 15 août 2015)
Foals en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #28 (édition 2016) - samedi 2
Foals en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Dimanche 28 août
Foals en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017)
Foals en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - Dimanche 9 juillet

En savoir plus :
Le site officiel du Festival des Inrocks iDTGV 2008

Crédits photos : Stéphanie Rophille


Syx         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Wild Beasts (12 octobre 2009)


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=