Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L’Homme qui marchait sur la lune
Howard McCord  (Editions Gallmeister)  2008

Il aura donc fallu attendre une décennie pour voir L’Homme qui marchait sur la lune faire son apparition sur la scène littéraire française. Il était temps. Et cette heureuse idée, cette lumineuse initiative, c’est aux éditions Gallmeister qu’on la doit. Cette jeune maison d’édition, créée en 2005 par Olivier Gallmeister et ayant pour créneau principal le "Nature Writing" , n’a pas manqué l’occasion d’acquérir les droits pour l’édition française du roman de Howard McCord, auteur inconnu en France, mais dont le livre serait déjà devenu culte en Amérique.

Á ce stade de la chronique, je sens poindre chez l’ami internaute une certaine forme de perplexité, et que cette histoire de "Nature Writing" le laisse, disons, dubitatif. Je me permettrai donc une légère digression.

Non, le "Nature Writing"  n’est pas une apologie de la pêche à la mouche ou de l’isolement voulu, recherché et expérimenté, deux années durant, dans une cabane en plein milieu d’une forêt avec, pour seule compagnie, soi-même et quelques sympathiques rongeurs ; non, il ne s’agit pas de cela. Ou plutôt, pas seulement. Petite définition prise sur le site de Gallmeister : "Le Nature Writing est un courant littéraire majeur aux États-Unis dans lequel la Nature trouve toute sa place. Cette littérature du Grand Dehors, au parfum d’aventure et au goût de voyage, s’exprime sous les formes les plus diverses (romans, récits, nouvelles, policiers) […]." Et si, en plus de cette courte définition, l’on mentionne quelques uns des représentants d’hier et d’aujourd’hui de ce courant – de Henry David Thoreau et John Muir à Annie Proulx et Alan Tennant, en passant par Edward Abbey, Norman Maclean et Jim Harrison (d’ailleurs, en passant, mention spéciale aux deux derniers auteurs cités, et ce, respectivement, pour leurs livres La Rivière du sixième jour et Légendes d’automne, lesquels, une fois adaptés en films, auront permis à Brad Pitt de démontrer ses étonnantes capacités capillaires – eh oui, c’est aussi ça, le "Nature Writing") –, on comprendra que ce genre littéraire a de nombreux thèmes et moyens d’expression récurrents, dont, dans le désordre : les grands espaces, l’observation, le silence, l’aventure, le retour aux sources et les rapports entre l’Homme et la Nature, le questionnement perpétuel de la condition humaine, et parfois, tout de même, l’action. Bref, tout un programme.

Auquel semble d’ailleurs souscrire assez volontiers Howard McCord dans L’Homme qui marchait sur la lune, premier roman de ce sexagénaire américain par ailleurs auteur de plusieurs recueils de poésie. Et j’avoue, n’étant pas forcément porté sur ce type de littérature, j’étais assez sceptique au moment d’entamer le livre de McCord. Après tout, de quoi parle-t-il, ce roman, sinon d’un homme qui marche, marche encore, et parfois court (et ce parfois nu – eh oui, c’est encore ça, le "Nature Writing"), le tout dans un paysage lunaire hostile donnant davantage envie de rester chez soi au fond de sa couette, ou bien affalé dans un hamac en train de siroter une bonne bière fraîche, que de courir ? De plus, la forme – un monologue d’environ 125 pages sur 130 –, me faisait craindre un livre monotone, barbant, très premier degré, et bardé de poncifs et de lourdeurs. Erreur.

Dès les premières pages, McCord instaure une étrange, envoûtante et mystérieuse ambiance, laquelle dérive aussi bien du lieu où se situe l’action que du narrateur et personnage principal de ce roman : William Gasper. Ce dernier, marcheur solitaire invétéré et ascète convaincu (attendez seulement de voir où et comment il dort, ainsi que ce qu’il mange…), semble vouloir fuir la compagnie de ses semblables, ceci pour son bien …et pour le leur. On apprend par exemple que, dans un passé pas si lointain que cela, Gasper fut militaire et tueur à gages ; il est donc possible que notre ami William connaisse une ou deux personnes, peut-être d’anciens employeurs, qui, probablement, aimeraient s’assurer que sa langue ne s’agite de trop. Ainsi, comme on le découvre dès les premières pages du livre, William Gasper ne laisse pas tout le monde indifférent, et lors d’une énième marche dans cette partie aride et pas franchement amicale du Nevada qu’il nomme affectueusement « la lune », il va rapidement se rendre compte que quelqu’un, ou quelque chose, voire les deux, le suit et lui prépare un mauvais coup. Le chassé, tout en se racontant et en méditant sur les aléas de la vie et la face obscure de l’Homme, va dès lors jouer au chat et à la souris et se muer en chasseur, le tout avec calme, patience et professionnalisme.

Le tout est admirablement servi par une langue qui sait être simple, crue et efficace à certains moments, et qui, sans être pour autant absconse, se fait plus abstraite et métaphorique à d’autres. Et c’est là l’un des points forts de ce livre : on ne sait jamais vraiment si William Gasper est fou, paranoïaque, illuminé, mythomane, ou « simplement » doué de sens et d’une intelligence au-dessus de la norme. Certainement un peu tout cela à la fois. Gasper – et le lecteur avec lui – semble constamment baigner entre réel et imaginaire, onirisme et perception ultra-sensible de ce qui l’entoure. Certes, avec ce surprenant narrateur à la fois sombre, froid et mystique, le lecteur risque de ne pas toujours savoir sur quel pied danser, et aura peut-être par moments le sentiment de perdre le fil de l’histoire ; cette impression ne dure généralement pas, Howard McCord sachant parfaitement casser le rythme de son récit en faisant se succéder, chez son personnage, pensées, actions et anecdotes simples et primaires, et atermoiements "métaphysiques" complètement barrés. En d’autres termes, on peut parfois être dérouté, voire perdu, par les pensées de Gasper, mais l’intrigue est efficace, et l’on a tout simplement envie de tourner les pages pour la connaître, l’issue de cette fichue partie de cache-cache ! Et puis, cette fin, ces quinze dernières pages venues de nulle part et plus que surprenantes (les mauvaises langues diront : "improbables"), eh bien moi, j’en redemande !

Au final, c’est un livre qui ne laisse pas indifférent, vous savez, le genre de roman qu’on lit presque d’une traite ou bien qu’on arrête au bout de quelques pages, le genre de roman qu’on trouve génialissime ou tout bonnement ridicule, le genre de roman que l’on défend corps et âme ou qui donne envie d’insulter le libraire et ses conseils à la mords-moi le nœud et de lui jeter son livre à la figure, bref, typiquement le genre de roman délicat et excitant à conseiller. Je ne sais pas ce que vous en ferez, mais moi, ce livre sombre un chouïa barré, surprenant et parfois déroutant, mais au final écrit avec une sacrée maîtrise, je ne le rendrai pas au libraire.

 

Nicolas         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=