Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Florent Marchet
Café de la Danse  (Paris)  10 décembre 2008

Chez Froggy, nous aimons bien Florent Marchet, ce n'est pas un secret et nous avions d'ailleurs profité de l'actualité de ce concert pour vous proposer un entretien avec lui, assorti d'une fort jolie session acoustique.

Le concert de 10 décembre aura une forme assez particuliere puisqu'il s'inscrit dans le cadre des soirées Ouvrez les Guillements et offre donc une Carte Blanche au maître de cérémonie d'un soir, en l'occurrence Florent Marchet.

Le Café de la Danse se remplit vite ce soir, en partie parce que le lieu est connu pour ses concerts qui commencent tôt pour se finir tôt, aussi parce que le public présent ce soir ne voudrait rien manquer du spectacle.

On sent une ambiance de théâtre plus que de festival rock et des tapis ont même été disposés au sol afin que tout le monde assis ne gène personne.

Le public se prêtera plutôt bien au jeu de l'immobilisme et du silence, malgré quelques trublions qui ne savent pas tenir deux petites heures en place et se sentent obligés d'aller chercher bière sur bière, sans doute pour se rechauffer, la température n'étant pas très élevée dans la salle. Ceci étant dit, parlons un peu de ce qui nous occupe présentement, autrement dit ce qu'il s'est passé sur scène plutôt que dans la salle.

Or, donc sur scène se trouve le berrichon Marchet. Savamment décoiffé, t-shirt blanc, gilet, jean slim et chaussures vernies et pointues. Une inquiétude nous glace le sang un instant : aurait-il invité Les Shades ? Quelle horreur ! Heureusement, cela paraît suffisamment improbable pour finalement trouver ce nouveau look plutôt décalé au moins aussi étonnant et amusant que, disons les maillots de l'équipe de foot de Rio Baril.

A peine sur scène, Florent commence son numéro et le voilà qui donne le ton en nous indiquant que nous sommes chez lui ce soir, avec ses amis et que s'il ne nous met pas dehors, c'est surtout à cause du froid. On sait donc à quoi nous attendre, sans grande surprise d'ailleurs, Florent et ses amis vont se faire plaisir, à nous de profiter de ce moment privilégié.

D'abord au piano puis à la guitare électrique, accompagné de Erik Arnaud et Bertrand Perrin, il nous offrira deux titres inédits ou presque qu'il a d'ailleurs joués lors de sa Froggy's session (à écouter ici).

Et sa tenue vestimentaire plus rock qu’à l’accoutumée s’accorde parfaitement avec l’ambiance de ses nouveaux titres, il faut le voir arcbouté sur la Fender… Florent Marchet se lâche et la scène devient plus que jamais un terrain de jeu, la suite du concert confirmera ces premières impressions.

La suite, c’est une série de petits entractes ludiques pendant lesquels Marchet et ses invités se laissent aller à maintes plaisanteries et moqueries bon enfant sur l’attitude des uns, l’absence de vrai entracte pour aller se désaltérer au bar, quelques guitares mal accordées par l’un ou mal employées par l’autre… des plaisanteries d’amis mais qui n’enferment pas les musiciens dans leur petit monde de copinage.

Au contraire, les musiciens communiquent beaucoup avec le public qui se réjouit de partager ce moment d’intimité scénique avec eux.

S’enchaineront donc sur scène, dans le désordre et pour interpréter leur propre répertoire ou celui de Florent, le très décontracté JP Nataf, la charmante Barbara Carlotti, la très appliquée Valérie Leulliot, le discret Julien Ribot, le drôlatique et talentueux Nicolas Martel, l’étonnant Arnaud Cathrine, la toute jeune La Fiancée pétrie de trac, la remarquable Clarika, Erik Arnaud pour une fois, sur le devant de la scène…

Mais si chacun y va de sa petite anecdote et péripétie, il est clair que tout est carré dès lors que la musique démarre (passons sur les ennuis de guitare de JP Nataf, ou le ukulélé patraque de Florent) et c’est un réel plaisir que de (re)découvrir les chansons de Marchet dans un autre contexte, chantés par d’autres ou joués bien différemment.

On découvrira ainsi des titres des albums à paraitre de Clarika et de La Fiancée, toutes deux ayant travaillé avec Marchet sur leurs albums, des reprises de Gérard Manset et de Jean-Louis Murat pour le moins originales et réussies.

On aura surtout vu des artistes venus défendre l’idée même de l’art plutôt que venus vendre un produit. Ce soir, rien n’était à vendre si ce n’est le plaisir partagé d’avoir été présents à ce moment musical rare, intimiste et atypique comme on aimerait en voir plus souvent.

Merci Florent, merci à tes amis et merci aux organisateurs des soirées Ouvrez les Guillemets, sans lesquelles ces soirées n’existeraient pas et que l’on espère voir perdurer encore longtemps au Café de la Danse.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Gargilesse de Florent Marchet
La chronique de l'album Rio Baril de Florent Marchet
La chronique de l'album Frère animal de Arnaud Cathrine - Florent Marchet
La chronique de l'album Courchevel de Florent Marchet
La chronique de l'album Bambi Galaxy de Florent Marchet
La chronique de l'album Frère Animal (Second Tour) de Arnaud Cathrine & Florent Marchet
Florent Marchet en concert à La Cigale (5 novembre 2004)
Florent Marchet en concert au Festival des Vieilles Charrues 2005 (dimanche)
Florent Marchet en concert à ACB Scène Nationale (dimanche 16 décembre 2012)
L'interview de Florent Marchet (29 novembre 2004)
L'interview de Florent Marchet - première partie (13 décembre 2006)
L'interview de Florent Marchet - deuxième partie (13 décembre 2006)
L'interview de Florent Marchet (avril 2007)
L'interview de Florent Marchet (2 décembre 2008)
L'interview de Florent Marchet (dimanche 16 décembre 2012)
L'interview de Arnaud Cathrine & Florent Marchet (septembre 2016)

En savoir plus :
Le site officiel de Florent Marchet
Le Soundcloud de Florent Marchet
Le Myspace de Florent Marchet
Le Facebook de Florent Marchet

Crédits photos : Diane Hion (Toute les séries sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Florent Marchet (2 décembre 2008)


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=