Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Resistenz
Bal Folk Moderne  (Autoproduit / Le Thermogène)  Octobre 2008

A l'origine du projet Resistenz, il y a la poétesse Ana Igluka et le guitariste-compositeur Erwan Foucault. De performances en mises en scènes, projections vidéos et captations en direct, jeux d'éclairages, poèmes chantés et mis en musique, le duo nantais bientôt constitué en collectif promène son univers, centré autour de l'idée de résistance, depuis 2004.

Plus qu'un album au sens auquel l'entend le monde du rock, Bal Folk Moderne, paru en 2008, est l'objet-témoin de quatre années de maturation, d'évolution, d'affutage (plutôt que de "production", comme on pourrait le dire vulgairement). Bien entendu, on y trouvera de la musique, près de 80 minutes de compositions oscillant entre poésie contemporaine, chantée ou récitée, post-rock et illustration musicale aux vrais-faux airs de bande originale de film. Mais on trouvera également, sur un deuxième disque, tout un ensemble de vidéos et photos qui, loin d'être de simples bonus, touchent bien à l'âme de ce qu'est Resistenz.

Pas un groupe. Pas de combo basse-batterie-guitare. Resistenz, comme d'autres cousins montréalais illustres, est un collectif. On y trouve des musiciens, certes, une chanteuse-poétesse, on l'a dit, mais aussi des chiens, des vidéastes, des photographes et des kilomètres de mots-militants.

Quelque part à la confluence entre Meanwhile Back In Communist Russia, les Cranes (pour leur adaptation des Mouches de J.P. Sartre), les compositions post-rock de Sylvain Chauveau et Arca, les ambiances réjouissantes d'une introduction de Godspeed You Black Emperor (souvenez-vous : "the sewers are all muddied with a thousand lonely suicides"), Resistenz sait très facilement créé un univers très personnel, exigeant, et parfois déroutant.

Les amoureux de musique allégée, écervelée et nourrie d'une pop anglaise plus stupide qu'insouciante, auront d'ailleurs certainement beaucoup de mal à entrer dans cet univers, où ils ne percevront que grandiloquence et pessimisme, fascination pour la noirceur. Certes, la musique du collectif ne s'épargne pas le détour par certaines considérations (intempestives, inactuelles, comme celles de cet autre grand résistant-révolté célèbre), ce qui est l'âme même de son projet : se cabrer, ruer, aboyer, avec une certaine rage animale, un bel instinct de survie appliqué à l'animal-humain dans ses sociétés-tanières.

Pourtant, ni les textes ni les images ni les ambiances ne s'autorisent jamais à la résignation, gardent toujours une certaine légerté. L'espoir enragé de la lutte, plutôt que la colère de la soumission, de la résignation. On saura également gré au collectif d'avoir éviter de sombrer dans une musique arty-artificielle, auto-référencée, gratuite, facile et absconse, pour privilégier des compositions toujours abordables, des textes dans lesquelles l'auditeur peut encore trouver ses repères -  pour autant que l'on puisse s'orienter en poésie.

Bal Folk Moderne se pose ainsi en objet-disque à part, d'une grande qualité, objet d'art plutôt qu'album de plus produit par l'industrie musicale pour satisfaire même ceux que l'industrie ne satisfait plus ; il s'adresse à ceux pour qui "alternatif"  et "indépendant" ne sauraient être des rayons dans les mégamarchés de la culture de masse. Enregistré à la maison, comme en famille, par ce collectif humain, très humain qui fait de la résistance, toutes les résistances, un mode d'action artistique, un mode de vie, peut-être. Un univers à découvrir, de toute urgence, pour sa richesse inouïe ; et à faire passer, sous le manteau. "Nous sommes des barbares", Resistenz. Notre anti-propagande sera artistique. Le roi est nu, résistons.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Nos reflets égarés de Resistenz

En savoir plus :

Achetez l'album de Resistenz sur Le Thermogène
Le Myspace de Resistenz


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 Avril 2019 : 365 jours par an

Ce week end c'était le Disquaire Day, l'occasion de rappeler que vos disquaires, comme vos libraires ont une santé fragile et qu'il est important de les soutenir tout au long de l'année. Alors allez acheter vos disques et vos livres dans vos commerces de proximités, leurs bons conseils valent mieux que les frais de port offerts.

Du côté de la musique :

"A thousand voices" de Yules
"Dernier voyage" de Accident
"Avancer" de Tarsius
"Partitions" de Orouni
"Sola" de Dziedot Dzimu, Dziedot Augu
Laurent Montagne en interview, autour de "Souviens-toi" à retrouver pour une session acoustique de 4 titres
"Homme demain" de Monsieur et tout un Orchestre
Rencontre avec Le Bal des Enragés
"Free" de In Volt
"Macadam animal" de Guillo
"Replica" de Cassia
et toujours :
"Soleil, soleil bleu" de Baptiste W. Hamon
"Whoosh !" de The Stroppies
"Vonal Axis" de Steeple Remove
"Moderniste" de Les Vents Français
"Requiem" de AqME
"Hand it over" de Hat Fitz & Cara
"François Couperin : Concerts royaux" de Christophe Rousset & Les Talens Lyriques
"Journey around the truth" de Andy Emler & David Liebman
A l'occasion du concert de Novatom et des Sheriff à Montbrison nous les avons rencontré :Interview de Novatom,Interview des Sheriff
"Ce qui nous lie" de Mes Souliers sont rouges

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"JR" à la Grande Halle de La Villette
"Je suis Fassbinder" au Théâtre du Rond-Point
"Dieu habite Dusseldorf" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Amour en toutes lettres" au Théâtre de Belleville
"Cinq ans d'âge" au Théâtre Essaion
"Tchekhov à la folie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Célébration" au Théâtre de Belleville
"Lewis Furey - Haunted by Brahms" au Théâtre du Rond-Point
"Close"
"Into the little hill" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
des reprises:
"Matka" au Théâtre-Laboratoire Elizabeth Czerzuk
"La petite fille de Monsieur Lihn" au Théâtre de l'Epée de Bois
"L'Autre fille" au Studio Hébertot
"Voyage au bout de la nuit" au Théâtre Tristan Bernard
"Laura Laune - Le diable est une gentille petite fille" au Trianon
"Gainsbourg For ever" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en avril

Expositions avec :

"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Seule à mon mariage" de Marta Bergman
Oldies but goodies avec"Paris qui dort" de René Clair dans le cadre de sa rétrospective à la Cinémathèque française
et la chronique des autres sorties d'avril

Lecture avec :

"Vindicta" de Cédric Sire
"Mujurushi, le signe des rêves, Vol. 1 & 2" de Naoki Urasawa
"La guerre des autres, rumeurs sur Beyrouth" de Bernard Boulad, Paul Boan, Gael Henry
"Je ne sais rien d'elle" de Philippe Mezescaze
"En lieu sûr" de Ryan Gattis
"Deux femmes" de Song Aram
"3 minutes " de Anders Roslund & Borge Hellstrom
"1793" de Niklas Natt Och Dag
et toujours :
"Barracoon" / "Article 36" de Zora Neale Hurston / Henri Vernet
"C'est aujourd'hui que je vous aime" de François Morel & Pascal Rabaté
"Ce que cela coûte" de Wilfred Charles Heinz
"L'enquête Hongroise, le tour du monde 1" / "Vous êtes de la famille ?" de Bernard Guetta / François Guillaume Lorrain
"La cartographie des Indes boréales" de Olivier Truc
"La guerre des scientifiques" de Jean Charles Foucrier
"Mémoire brisée" de E.O. Chirovici
"Parasite" de Sylvain Forge

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=