Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Françoiz Breut
A l'aveuglette  (T Rec)  novembre 2008

Nous avons toujours eu du mal avec la notion de "muse" ou d’"égérie" : ces interprètes qui se contentent d’être de pauvres petites choses sans volonté, créatures malléables aux mains d’un Pygmalion plus ou moins inspiré. Parmi les figures "historiques", Jane Birkin ne nous a intéressé que pour ce qu’on y retrouvait de Gainsbourg ou Doillon. Plus récemment (exemples pris parmi nos dernières chroniques), une Coralie Clément nous permet surtout d’avoir des nouvelles de son frère Benjamin Biolay ; ou Les Vedettes, un instantané (ré)créatif de Katerine entre deux albums personnels.

De fait, si nous avons toujours aimé ses disques, nous n’avions jusque-là jamais vraiment pris Françoiz Breut très au sérieux, et visitions surtout son "œuvre" pour y retrouver un air familier : celui de Dominique A, qui non content de "lancer" la belle en lui faisant enregistrer quelques voix sur ses chansons des années 90, lui avait écrit quasi-intégralement ses deux premiers albums (Françoiz Breut et 20 à 30.000 Jours), et signé les deux plus beaux titres du troisième ("Une Saison Volée").

Toutes ces années durant, la discographie de la jeune femme ressemblait donc à une extension de celle de son mentor, un projet parallèle arpentant à peu près les mêmes territoires musicaux ; y compris (et c’est là le plus étrange) après que leurs routes aient divergé et que la chanteuse se soit ouverte à d’autres collaborations.

Ces derniers temps, son statut de simple interprète (à de rares exceptions près : quelques co-signatures de musiques ici ou là) semblait devenu intenable, dans un créneau où sévissent des artistes autrement plus complets : Bertrand Betsch, Mansfield-Tya, Superflu, ou (la regrettée) Natacha Tertone… Un sentiment d’injustice à voir ces gens, plus créatifs et oeuvrant peu ou prou dans la même "niche" musicale (la chanson rock neurasthénique, pour faire vite), bénéficier d’un écho autrement moins important que les disques de Françoiz Breut écrits par des collaborateurs de luxe…

Dieu merci, il semble que la cherbourgeoise ait entendu nos admonestations : avec ce quatrième album, elle ose ENFIN s’émanciper et propose un opus dont elle signe TOUS les textes (!) et co-signe TOUTES les musiques (!!), en compagnie de ses fidèles Luc Rambo et Boris Gronemberger, qui officiaient déjà aux instrumentations d'"Une Saison Volée" et en concerts.

Mis en sons par la même fine équipe, la transition s’effectue donc en douceur : les ambiances n’ont guère évolué, toujours au croisement sonique entre Dominique A, Yann Tiersen et Calexico, spleen électrique et grands paysages sonores désolés. Textuellement, on retrouve le bel onirisme urbain et ce sentimentalisme glacial qui, malgré la voix plutôt accueillante, a toujours fait de Françoiz Breut une chanteuse hivernale.

Globalement réussies, les chansons ne se livrent pas aisément (guère de refrains à se mettre sous la dent), mais distillent assez d’images fortes pour marquer durablement l’esprit. Parmi les plus réussies, citons "Terre d’Ombre", évocation rêveuse d’un paysage vu du ciel (par une femme qui perd pied ?) ; "Mouchoir de poche", qui paraît ironiser sur l’étroitesse du pré-carré artistique de la chanteuse. "Mots Croisés", traitant de l’incommunicabilité et des mots durs à rattraper. "L’Etincelle", avec la participation de la chanteuse du groupe Mansfield Tya, qui permet de varier le registre vocal et d’éviter la monotonie inhérente au (trop ?) bel organe breutien.

Sur un mode plus revêche, "Dunkerque", qui fait suite aux "Tarifa", "Portsmouth" ou "Une Ville Allongée Sur Le Dos" des disques précédents, propose la description d’une ville ou d’un paysage (en perdition, cette fois), qui semble métaphoriser l’évolution d’une relation amoureuse. [Note : il y a quelques années, la chanteuse évoquait l’idée d’un album-concept entièrement constitué de ce genre de "chansons-villes"… Un genre en soi, dont le modèle idéal pourrait bien être "Je suis Une Ville", de Dominique A].

Inévitablement, le temps qui passe et la quarantaine à venir (tout ce que cela suppose en termes de renoncements, ventres mous et seins qui tombent), suscitent aussi leur lot de titres mélancoliques : "2013", ou le programmatique "Automne Avant l’Heure".
Enfin, dans un registre plus castagneur, "Nébuleux Bonhomme" et "Les Jeunes Pousses" assènent un coup de fouet bienvenu à cet univers qui, sans eux, risquerait parfois de s’étioler dans l’excès de joliesse brumeuse.

Au final, il s’agit (encore une fois) d’un très beau disque… mais notre bémol principal vient de ce que la révolution annoncée (l’écriture personnelle, ENFIN !) ne se soit pas entièrement produite. L’auteur naissante demeure fidèle à un idiome précédemment développé par d’autres, et ne propose pas encore de réelle singularité.

Le fan pépère sera donc flatté de se lover à nouveau dans le même univers familier, encore approfondi. Mais l’auditeur exigeant (ou un peu aigri) pourra regretter l’absence de rupture réelle, déplorer le fait que l’écriture longuement attendue de Françoiz Breut n’ose encore se démarquer de son encombrant Pygmalion.

C’est donc une révolution à demi réussie : selon que l’on préfère voir le verre à demi plein ou à moitié vide… on sera donc assez satisfait ou un peu déçu.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album La chirurgie des sentiments de Françoiz Breut
Francoiz Breut en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (mercredi)
Francoiz Breut en concert au Nouveau Casino ( 15 mai 2009)
Francoiz Breut en concert au Café de la Danse (lundi 18 février 2013)
Francoiz Breut en concert au Trianon (mardi 15 décembre 2015)
La conférence de presse de Françoiz Breut (20 avril 2005)
L'interview de Francoiz Breut (3 janvier 2009)

En savoir plus :
Le site officiel de Françoiz Breut
Le Myspace de Françoiz Breut


Nicolas Brulebois         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=