Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Neimo - Music Is Not Fun
Boule Noire  (Paris)  8 décembre 2008

Pfiou. Pour tous ceux qui voudraient aller à la Boule Noire à pied depuis la Gare du Nord, prenez bien garde de ne pas confondre la rue Rouchechouart avec le boulevard du même nom… Les déambulations supplémentaires ainsi engendrées pourraient vous causer quelques désagréments, comme celui d’arriver stressé à l’entrée, pour lâcher tout essoufflé : " J’aimerais récupérer 2 pass au nom de Froggy Delight s’il-vous-plaît… ".

Après dépôt du manteau au vestiaire (un chouilla onéreux tout de même mais que voulez-vous, c’est Paris…), j’entre (pour ne pas dire que je me rue, cela rendrait le mouvement brutal alors que je suis tout de même entrée dans un calme relatif), je disais donc, je rentre dans la chaleureuse salle de la Boule Noire et oh, miracle ! Bien que le concert soit complet, je me faufile sans peine aux 1ers rangs (bien plus pratique pour les photos vous admettrez). J’avais oublié que l’habituel guest (ou première partie) ne déclenche pas toujours l’enthousiasme des foules, ou tout du moins celui du public venu pour Néïmo. Personnellement, je n’ai connu le nom du groupe que lors de son entrée sur scène…

Ce soir ce sont les 4 membres du groupe MINF (Musique Is Not Fun pour les non-initiés) qui ont la tâche de mettre la salle dans l’ambiance, si tant est qu’il y ait besoin de chauffer les fans de la tête d’affiche… Un jeune groupe "in the wind " comme qui dirait, pour s’exprimer dans la langue de leur style musical, "so british". Un groupe que j’avais eu l’occasion de découvrir dans un bar dijonnais l’an passé, et qui parvient petit à petit à se faire sa place dans le paysage pop-rock français.

Surfant sur la vague des BB Brunes et autres jeunes artistes grands et minces option jean slim (ce dont je ne suis pas spécialement fan), le show est sympa. Juste sympa. Se laisse écouter, on hoche un peu de la tête. Mais l’ambiance est loin d’être follement endiablée. Une voix sans vraiment de personnalité, un manque de punch, un manque d’un je ne sais quoi qui m’aurait permis de vraiment accrocher. Fatigue du groupe ce soir-là peut-être ? Je ne suis pas difficile pourtant, mais je me fonds avec le public qui ne fait pas non plus preuve d’un enthousiasme débordant. Un style pop agréable, mais là en concert ça le fait moins… la sensation de ne pas pouvoir apprécier la qualité de leur musique à sa juste valeur. Je ne m’étalerai pas sur un des morceaux où le batteur se fait chanteur, pour entonner "HP Please" : typiquement british peut-être, mais, pardonnez-moi l’allusion, j’ai l’impression d’écouter le générique de Tom Sawyer… Lorsqu’ils annoncent Neïmo, c’est sans regret et sans rappel que le public les laisse quitter la scène puis ranger leur matériel.

Neïmo. Tout de suite la différence est palpable, avec une nette et dynamique réaction du public poussant irrésistiblement vers la scène. Entrée dans le noir, seule la lumière de la caméra guide les musiciens. Camille à la guitare, Matthieu aux claviers, un nouveau à la batterie, Vincent, et Bruno au chant… Démarrage sur les chapeaux de roues avec le très dynamique "Echoing Pixels". Ca y’est, j’y suis. Pur bonheur. J’avais eu l’occasion de rencontrer ce groupe pour une interview et une session acoustique (liens en bas), la qualité musicale et le timbre de voix chaleureux et travaillé de Bruno m’avaient déjà bluffée.

En concert c’est… comme sur le CD, mais en mieux, avec les sonorités et la puissance du live, et surtout le jeu de scène du charismatique chanteur. Là le terme se justifie pleinement, vous allez comprendre… "Carsick", "Deceit", "The Hourglass": il fait chaud, ôtons donc le blouson en cuir. Du style oui, mais pas au dépend du confort. "Something in Common", "The Story Of", "Blow My Mind", puis "Hot Girl", titre soit dit en passant représentatif du public à forte représentation féminine. "Strip For Me" : je ne suis plus tout à fait sûre, mais cela ne m’étonnerait pas que ce soit à  cet instant que le T-shirt est allé rejoindre le manteau par terre… (note de la photographe : un joli corps musclé est bien plus photogénique qu’un T-shirt noir, aucun doute là-dessus). "Poison The Chalice", sans doute un futur tube, "Peter and The Wolves", petit moment calme, un peu de répit n’est pas de refus !

Mais le calme est de courte durée, cette musique redevient vite dynamique. Je parlais du jeu de scène tout à l’heure… Le strip-tease est loin d’être la seule gestuelle du chanteur… Bruno évolue en totale liberté : tantôt à genoux, tantôt allongé, ou rampant par terre, appuyé sur le clavier, murmurant/chantant à l’oreille de Camille, puis un petit tour de l’autre côté pour un éclat de rire avec Matthieu, Vincent le batteur n’est pas non plus épargné. Sans parler de quelques incursions sur l’avant et les côtés de la scène pour être au plus proche du public. Le fil du micro s’enroule, Bruno se lâche et ne se prive pas de jouer avec le pied de celui-ci, le public est littéralement transporté. "The Loving Dead", "Johnny Five" (tube incontournable), pour finir avec "Lines", excellent aussi.

De toute façon chaque morceau de l’album Moderne Incidental est une petite perle... L’heure du rappel sonne déjà, bien trop tôt à mon goût. On aura noté auparavant le passage de Sacha de Second Sex pour une participation saxophoniste s’intégrant à merveille dans un titre de Neïmo (ne me demandez pas lequel, j’étais trop concentrée dans mes manœuvres spatiales parmi les autres photographes pour vous offrir de nombreuses vues variées). Un petit incident a troublé la fête quelques instants, une chute d’ampli qui s’est débranché, ce fut l’affaire de 30 secondes. 10 secondes après l’incident avait déjà quitté les mémoires. "Friends Of Mine", "Can You Call Me ?" (une dynamique que j’adore dans ce morceau, tout en subtilité) et enfin "Frustrated".

Frustrée je le serais presque tellement la soirée est passée vite. Scotchée à l’interprétation musicale des talentueux musiciens, au timbre de voix de Bruno, ou peut-être à ses pectoraux qui sait… Trop de show ? Non, Bruno n’est pas tombé dans le piège du too much. Il vit ses musiques, se donne juste à fond, comme ses compères. Tant mieux, on ne demande que cela.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Nuit et jour de Music is not fun
La chronique de l'album Moderne Incidental de Neïmo
Neimo en concert au Phare (lundi 23 novembre 2009)
L'interview de Neïmo (17 septembre 2008)

En savoir plus :
Le Myspace de Music is not Fun
Le Myspace de Neimo

crédits photos : Vanessa Bureau (Toutes les séries sur Taste of Indie)


Vanessa Bureau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Music Is Not Fun (2 octobre 2009)
Neimo (17 septembre 2008)


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=