Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les femmes savantes
Théâtre du Nord-Ouest  (Paris)  janvier 2009

Comédie de Molière, mis en scène de Colette Teissèdre, avec Bérengère Dautun, Julie Desmet, Emilie Dûchenoy, Guillaume Bienvenu (ou William Beaudenon), Nessym Guetat, Remy Oppert, Françoise Rigal, Yves Berthiau, Margareta Bluet et Gil Geisweiller.

Encore une comédie de mœurs pour Molière dans "Les femmes savantes", et une histoire de famille bourgeoise que la vogue de l'intellectualisme a divisé en deux clans. D'un côté, les rationalistes raisonnables qui veulent vivre selon leur cœur et leurs moyens. De l'autre les assoiffés de savoir qui, instrumentalisés par de petits maîtres intéressés, s'érigent en tyranneaux de la culture.

Les deux qui vivent somme toute en relatif bon entendement qui passe par une certaine tolérance de façade, jusqu'au jour où le désir de mariage d'amour d'une des filles avec un prétendant qui n'appartient pas au cercle des élus donne l'occasion d'une bataille rangée qui ramènera le bon sens et la raison au sein de la maisonnée.

Cette comédie délicieusement drôle, mais de critique néanmoins virulente, tout n'étant pas tant une charge antiféministe contre l'éducation des femmes et leur autorité au sein de famille que la dénonciation du snobisme culturel et du diktat des salons dans lesquels sévissent des pédants qui sont les pendants bourgeois des courtisans du roi, et de facture très classique, si on osait une telle tautologie, décline le thème de la préciosité déjà exploité dans "Les précieuses ridicules", pièce dont elle est l'écho en alexandrins.

Qui dit alexandrins entend vite la tragique déclamation des vers scandée par la métrique des vers qui tue le verbe de l'auteur et éprouve l'oreille du spectateur. Mais divine surprise, tel n'est pas le cas avec "Les femmes savantes" programmées cette saison au Théâtre du Nord-Ouest dans le cadre de son cycle Molière.

Dans ce de par l'économie de qui y préside, point de décors somptuaires, de scénographie pharaonique ou de mise en scène expérimentale. Dès lors, lieu idéal pour entendre le texte mais qui ne pardonne pas le défaut de technique et de jeu des officiants qui, même s'ils portent des costumes d'époque, ne peuvent se dissimuler derrière les velours, les fauteuils Louis XIV, les micros HF et la dramaturgie exploratoire du corps.

Pour le cycle Molière, Colette Teissèdre monte avec intelligence et brio "Les femmes savantes", et ce, de manière classique - ce qui ne veut pas dire, à la lumière de la connotation péjorative contemporaine attachée à ce terme, qu'il s'agit d'une mise en scène sclérosée pour matinée scolaire - avec une judicieuse distribution particulièrement homogène. Et c'est à peine si on devine les rimes tant le naturel et l'évidence président à la délivrance des répliques.

Par ailleurs, elle imprime à cette comédie de mœurs, un peu statique sur le plan dramatique, un rythme volontairement soutenu et le traitement de certains personnages, comme celui de la tante - vieille fille confite dans la chasteté et la pruderie qui fantasme sur son pouvoir de séduction universel à laquelle la subtile Françoise Rigal, légère et papillonnante, donne une couleur fantasque - y distille un peu de folie qui la tonifie.

Une réussite qui permet au spectateur de se mettre - ou remettre en oreille - la belle langue tout en finesse et en stylisation de cet opus qui ne comprend pas de grosses ficelles farcesques même si les scènes avec la servante au franc parler, interprétée rondement par Margareta Bluet, créent des pauses rieuses.

Les deux trissotins, puisque que le nom de l'un est passé dans le langage courant, sont interprétés avec mesure par Nessym Guetat et Arnaud Arbessier qui n'ont nul besoin de forcer le trait tant le discours fat de leurs personnages suffisent à en établir la vacuité.

Le trio juvénile est tout à fait convaincant et a le texte bien en bouche qu'il s'agisse de Emilie Duchênoy, jeune pécore pincée et sèche, de Guillaume Bienvenu, épatant galant, et de Julie Desmet, rayonnante dans le rôle de la pétulante sœur qui veut suivre les inclinaisons de son cœur et choisir les plaisirs des sens.

Entouré de Gil Geisweiller, en frère fidèle et sensé et de Yves Berthiau, Rému Oppert, qui excelle dans les rôles à double face, est un patriarche parfait, fanfaron plastronnant, vaniteux et pleutre filant doux devant sa moitié. Force est de constater qu'il s'agit d'une moitié péremptoire qui bénéficie en l'occurrence de la magistrale interprétation de Bérengère Dautun, grande comédienne sociétaire de la Comédie Française, bien évidemment en terrain connu.

De la belle ouvrage.

 



MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=