Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Thirteen
Catherine Hardwicke  sortie décembre 2003

13, chiffre porte bonheur ou l’inverse, qui se conjugue aujourd'hui avec la "girl attitude" des pré-adolescentes en quête d'identité et de reconnaissance.

Le choc de l'adolescence rien de nouveau direz-vous. Certes, mais quand vous voyez la gamine, dans le contexte d'une famille éclatée de condition modeste en banlieue urbaine américaine, jeter avec détermination ses peluches et barbies à la poubelle vous pouvez raisonnablement penser que la dérive n'en sera que plus brutale et violente.

Premiers plans : deux gamines shootées se donnent claques et coups de poing. En quatre mois, menant quasiment une double vie, Tracy a basculé de l’enfant studieuse à la petite pouff au bord de l’hystérie, amorale, perverse, qui fume, boit, sniffe, ment, vole, suce, chaque minute devant être consommée et consumée avec rage, qui à force de vouloir paraître et être reconnue se marginalise aussi bien socialement qu'affectivement alors qu'elle est en recherche permanente d'amour.

Mais Tracy n’était pas tout à fait aussi lisse et heureuse qu’il y paraissait. Le mal de vivre prééxistait chez cette gamine d’une famille décomposée, une mère, ex-droguée, jeune encore qui a envie aussi de vivre une vie personnelle et qui a du mal à joindre les deux bouts, un père remarié et lointain, qui s’inflige des blessures quand la douleur est trop intense, automutilation pour tenter d’évacuer hors de soi la douleur mentale et pour que la souffrance physique prenne le pas sur cette dernière.

L’envie de sortir de l’anonymat, de rendre jalouses les filles de son bahut, d’exciter la convoitise des garçons et l’attirance équivoque qu’elle éprouve pour Elviza, jeune lolita délurée et provocatrice, enfant livrée à elle-même et qui navigue sans complexe en parasite s’affranchissant d’autant plus facilement de toute règle dès lors qu’elle n’est intégrée dans un aucun milieu ni social ni familial l’entraîne aux confins de l’horreur, horreur recherchée par une fille qui entretient un rapport tout particulier avec la douleur physique (automutilations, piercing…).

C’était peut être cela la descente aux enfers inexorable, le voyage initiatique pour quitter l’enfance. Quatre mois pour se rendre compte que cet affranchissement excessif n’est pas si libérateur que cela et qu’il ne résoud pas ses véritables problèmes.

A noter que cette histoire se déroule dans une société qui brille par la détresse des femmes, divorcées, laissées pour compte, vivant d'expédients, et l’absence des hommes. Non pas l’absence physique mais morale, des mecs complètements impuissants, perdus, obéissants ou démissionnaires.

Catherine Hardwicke nous offre un film brutal qui montre les choses avec la rigueur presque froide d'un documentaire tout en ne cédant ni au voyeurisme ni au systématisme à partir d'une histoire vraie, l'adaptation du roman autobiographique de Nikki Reed, l’interprête du rôle d’Elvie, tout en laissant entrevoir une lueur d’espoir en laissant aux parents un rôle à jouer face à ces fausses adultes qui sont encore des enfants.

Le film est servi par une excellente interprétation : Holly Hunter en mère aimante qui passe par toutes les étapes de l’inquiétude à la démission, du désarroi à la colère, Nikky Reed en Lolita infernale et surtout, dans le rôle principal, Evan Rachel Wood dans un rôle tout en nuances.

Rien d’étonnant dès lors que ce film ait obtenu de nombreux prix dont le Prix du jury du 29e Festival du cinéma américain de Deauville.

 

 

Drame de Catherine Hardwicke avec Holly Hunter, Nikki Reed, Evan Rachel Wood, Jeremy Sist et Brady Corbet
Film américano-britannique (2002). Durée : 1h 35mn.

 


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=