Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Thirteen
Catherine Hardwicke  sortie décembre 2003

13, chiffre porte bonheur ou l’inverse, qui se conjugue aujourd'hui avec la "girl attitude" des pré-adolescentes en quête d'identité et de reconnaissance.

Le choc de l'adolescence rien de nouveau direz-vous. Certes, mais quand vous voyez la gamine, dans le contexte d'une famille éclatée de condition modeste en banlieue urbaine américaine, jeter avec détermination ses peluches et barbies à la poubelle vous pouvez raisonnablement penser que la dérive n'en sera que plus brutale et violente.

Premiers plans : deux gamines shootées se donnent claques et coups de poing. En quatre mois, menant quasiment une double vie, Tracy a basculé de l’enfant studieuse à la petite pouff au bord de l’hystérie, amorale, perverse, qui fume, boit, sniffe, ment, vole, suce, chaque minute devant être consommée et consumée avec rage, qui à force de vouloir paraître et être reconnue se marginalise aussi bien socialement qu'affectivement alors qu'elle est en recherche permanente d'amour.

Mais Tracy n’était pas tout à fait aussi lisse et heureuse qu’il y paraissait. Le mal de vivre prééxistait chez cette gamine d’une famille décomposée, une mère, ex-droguée, jeune encore qui a envie aussi de vivre une vie personnelle et qui a du mal à joindre les deux bouts, un père remarié et lointain, qui s’inflige des blessures quand la douleur est trop intense, automutilation pour tenter d’évacuer hors de soi la douleur mentale et pour que la souffrance physique prenne le pas sur cette dernière.

L’envie de sortir de l’anonymat, de rendre jalouses les filles de son bahut, d’exciter la convoitise des garçons et l’attirance équivoque qu’elle éprouve pour Elviza, jeune lolita délurée et provocatrice, enfant livrée à elle-même et qui navigue sans complexe en parasite s’affranchissant d’autant plus facilement de toute règle dès lors qu’elle n’est intégrée dans un aucun milieu ni social ni familial l’entraîne aux confins de l’horreur, horreur recherchée par une fille qui entretient un rapport tout particulier avec la douleur physique (automutilations, piercing…).

C’était peut être cela la descente aux enfers inexorable, le voyage initiatique pour quitter l’enfance. Quatre mois pour se rendre compte que cet affranchissement excessif n’est pas si libérateur que cela et qu’il ne résoud pas ses véritables problèmes.

A noter que cette histoire se déroule dans une société qui brille par la détresse des femmes, divorcées, laissées pour compte, vivant d'expédients, et l’absence des hommes. Non pas l’absence physique mais morale, des mecs complètements impuissants, perdus, obéissants ou démissionnaires.

Catherine Hardwicke nous offre un film brutal qui montre les choses avec la rigueur presque froide d'un documentaire tout en ne cédant ni au voyeurisme ni au systématisme à partir d'une histoire vraie, l'adaptation du roman autobiographique de Nikki Reed, l’interprête du rôle d’Elvie, tout en laissant entrevoir une lueur d’espoir en laissant aux parents un rôle à jouer face à ces fausses adultes qui sont encore des enfants.

Le film est servi par une excellente interprétation : Holly Hunter en mère aimante qui passe par toutes les étapes de l’inquiétude à la démission, du désarroi à la colère, Nikky Reed en Lolita infernale et surtout, dans le rôle principal, Evan Rachel Wood dans un rôle tout en nuances.

Rien d’étonnant dès lors que ce film ait obtenu de nombreux prix dont le Prix du jury du 29e Festival du cinéma américain de Deauville.

 

 

Drame de Catherine Hardwicke avec Holly Hunter, Nikki Reed, Evan Rachel Wood, Jeremy Sist et Brady Corbet
Film américano-britannique (2002). Durée : 1h 35mn.

 


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 décembre 2018 : l'empire d'essence

Pénurie d'essence peut être, mais pas de pénurie des sens avec notre sélection hebdomadaire à lire, à voir et à écouter. C'est parti sans plus attendre pour une semaine de plaisirs.

Du côté de la musique :

"L'allégresse" de DaYtona
"C'est la vie" de Phosphorescent
"Oak leaf" de Raoul Vignal
"Karl Maria Von Weber : Symphonie N 1 & concertos" de l'Orchestre Victor Hugo, Jean François Verdier, Nicolas Baldeyrou, David Guerrier et Thomas Bloch
"City walk" de Adrien Chicot
"Tribute to an imaginary folk band" de Bedmakers
Rencontre avec Emma Solal, accompagnée d'une session acoustique aux couleurs de l'Italie
"Valdevaqueros" de Fred Nevché
"Chapitres V et VI" de La Pietà
"Parallel universe blues" de Papercuts
et toujours :
"Persuasive" de Persuasive
"About Bridges" de Régis Boulard et Nico Sacco
"No tourists" de The Prodigy
"Kings and bastards" de Roberto Negro
"Tout bleu" de Tout Bleu"
Plutôt me rendre" de Anne Darban
Nicolas Vidal en interview accompagnée de sa Froggy's session live, autour de son album "Bleu Piscine"
"Il était fou" de JUR
"Young girls punk rock" de Lilix & Didi
Mokado, Clozee et Grandepolis dans une sélection singles et EP
"S/T" de The Balkanys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antigone" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Love, Love, Love" au Théâtre de Belleville
"Un Picasso" au Studio Hébertot
"Bérénice Paysages" au Théâtre de Belleville
"J'admire l'aisance..." au Studio Hébertot
"Le Double" au Théâtre 14
"J'ai des doutes" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ecole des femmes" au Théâtre Dejazet
"Kiss & Cry" à la Scala
"Dans ma chambre" au Théâtre La Flèche
"F(r)iction" au CNAC de Châlons-en-Champagne
les reprises :
"Stuck Plastik, une pièce en plastique" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Aglaé" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ombre de la baleine" au Théâtre Lepic
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Barbara amoureuse" au Théâtre Essaion
la chronique des spectacles de novembre
et la chronique des autres spectacles de décembre

Expositions avec :

"La Galerie des Sculptures" au Petit Palais
"Youssef Chahine" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Pachamama" de Juan Antin
"Utoya 22 juillet" de Erik Poppe
"Rêver sous le capitalisme" de Sophie Bruneau
"Le sous bois des insensés" de Martine Deyres
Oldies but Goodies avec :
"Le Solitaire" de Michael Mann dans le cadre de la Rétrospective James Caanà la Cinémathèque française
et "La Cousine Bette" de Max de Rieux dans le cadre du Cycle Balzac à la Cinémathèque française
la chronique des sorties de novembre
et la chronique des autres sorties de décembre

Lecture avec :

"Le coup d'état Macron, le Prince contre la nation" de Guillaume Larrivé
"Allez tous vous faire foutre" de Aidan Truhen
"Dialectique de la pop" de Agnès Gayraud
"Inconnu à cette adresse", "84, Charing cross road" et "Les heures silencieuses" de Kressmann Taylor, Helene Hanff et Gaëlle Josse
"Pierre Laval, un mystère français" de Renaud Meltz
et toujours :
"Humains dans la rue : Histoires d'amitiés, avec ou sans abri" de Jean Marc Potdevin, Anne Lorient et Lauriane Clément
"Le meurtre du commandeur, livre 2 : La métaphore se déplace" de Haruki Murakami
"Les vérités cachées de la guerre d'Algérie" de Jean Sévillia
"No society" de Christophe Guilluy
"Séance infernale" de Jonathan Skariton
"Tous les Mayas sont bons" de Donald E. Westlake

Froggeek's Delight :

bientôt Noël... pensez aux cadeaux
"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=