Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Keziah Jones - Krystle Warren
Le Fil  (Saint-Etienne)  29 janvier 2009

Que dire de la première partie assurée par Krystle Warren, cette jeune américaine mêlant soul et pop folk si ce n'est qu'elle fut un combat.

Tout d'abord, un combat pour moi afin d'essayer d'accéder à la salle du Fil qui était comble ce soir là, le public ayant répondu massivement à l'appel du phénomène Keziah Jones, du coup c'est à quelques mètres de l'entrée de la salle que j'ai tenté d'écouter ce concert.

Ce fut aussi un combat pour cette artiste, face au public d'un pays qu'elle affectionne pour sa langue et pour Paris, qui n'était là que pour Keziah afin de rester entière dans sa musique, bien qu'étant résignée à se traîner dans l'ombre de celui qui lui a ouvert les portes du succès outre-Atlantique. Donc un set simple, sans rappel, presque triste bien qu'intimiste pour Kryslte avec sa voix chaude et grave armée de sa guitare, qui nous rappelle bien évidement une certaine Tracy Chapman autant de part ses chansons que son apparence.

C'est ensuite au tour de Mister Jones de faire son entrée, le public est aux aguets, excité, tassé au plus près de la scène, le monsieur se fait attendre, il y a de l'électricité dans l'air... et le voilà enfin avec son sourire et son style bien particulier coiffé d'une sorte de chapka en fourrure. Ses yeux brillent lorsqu'il communique avec le public, en anglais bien que maîtrisant parfaitement le français, il enfile sa guitare et se prépare à faire opérer la magie.

Keziah une guitare entre les mains est immédiatement dans son élément. Il fait corps avec elle, elle devient un prolongement de ses membres et chaque note se lit sur son visage, chaque accord dans son sourire. Il nous offre les morceaux de son nouvel album mais tout le monde attend ses hits...

Heureusement, voilà rapidement une démonstration de "Blufunk" se servant du dos de la caisse de sa guitare de façon percussive. Ensuite, les Émilie de la salle sont ravies lorsqu'il nous offre le somptueux "Beautifull Emilie" et le public sera ensuite hypnotisé par le planétaire "Rythm Is Love".

C'est une fois le public en poche que l'athlète nous impose une séance, sans guitare, presque gênante pour le public masculin devant ce corps fin et musclé, torse nu, se contorsionnant sensuellement, une sorte de parade en quelque sorte, mais quel était son but réel ?

Ouf ! Il enfile à nouveau sa guitare et termine son set, fait participer le public avec des jeux vocaux, nous fait finalement cadeau d'un rappel très attendu, monsieur a eu le temps de changer de tenue ! Le public est conquis, les guitaristes le trouveront en petite forme ce soir là mais qu'importe, tant qu'il y a eu la magie...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Nigerian Wood de Keziah Jones
Keziah Jones en concert au Festival Solidays 2004 (dimanche)
Keziah Jones en concert au Festival FNAC Indétendances 2008
Keziah Jones en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Dimanche
Keziah Jones en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi
Keziah Jones en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi - 2ème
Keziah Jones en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Vendredi
Krystle Warren en concert au Festival FNAC Indétendances 2009

En savoir plus :
Le Myspace de Krystle Warren
Le site officiel de Keziah Jones
Le Myspace de Keziah Jones

Crédits photos : Claude Crepet


Claude Crépet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=