Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival GéNéRiQ 2009
Hansome Furs - Au Revoir Simone - The Walkmen - Anthony Joseph & The Spasm Band - The Bronx - Black Lips  (La Vapeur, Dijon)  12 février 2009

Pour cette troisième édition du festival GéNéRiQ, tout devait mal commencer. Une tempête de moyenne amplitude passait par Dijon seulement 3 jours avant la soirée d'ouverture, rasant le chapiteau qui devait accueillir pour la première année une deuxième scène et une buvette.

C'est sans compter sur la motivation des troupes sur place qui décidèrent de poursuivre le festival et démarrer le jeudi 12 février avec une affiche alléchante.

Si la crise piquait la moutarde à Dijon, la tempête n'emporterait pas le festival GéNéRiQ des terres bourguignonnes.

Le premier groupe à se coller au réchauffement de la salle est Handsome Furs. Duo monté par Dan Boeckner, chanteur de Wolf Parade et Alexei Perry, romancière supposée.

La mise en bouche est réussie avec ce premier show, la voix de Dan Boeckner fait son effet et le jeu de jambe de sa colocataire sur scène souffle un léger vent de rock'n roll. Même en duo, le tout fait son effet. Le public pour la plupart statique se laisse prendre au jeu chanson après chanson, les jambes se réchauffent et on commence à sentir la pression monter au nez.

Quand Au Revoir Simone s'installe, c'est une autre histoire, trois grandes et jolies filles aux cheveux longs avec tendres sourires et beaux regards qui tapotent sur leur clavier. Les cinquante minutes de leur set balancent entre lenteur et fulgurance. Certains titres sont très posés et minimalistes confirmant les dires sur cette musique considérée comme MAB (musique à baiser).

On sombre dans nos propres pensées bercées par les voix mêlées des trois filles, jusqu'à reprendre conscience quand elles annoncent un titre dansant. On a parfois l'impression de regarder trois magnifiques rouleaux de sopalins à fleurs et deux minutes plus tard, trois poupées qui gesticulent comme des épouvantails dans le vent. Le côté sympathique sera de les retrouver à côté de leur boutique en train d'assurer le service après vente auprès de leurs fans.

Pour The Walkmen, on change encore complètement de style. Revenant aux sources même du rock, les cinq américains forment le premier groupe à s'emparer de la grande scène de la salle.

Leur prestation démontre leur classicisme et sérieux du rock'n roll. Auteurs de cinq albums tous très bons (dont le dernier You&Me sorti l'été dernier), le groupe soudé s'échange les instruments et démontrent qu'il y a de la ressource dans sa qualité sonore scénique.

On repart ensuite sur la scène du club qui accueille cette fois-ci Anthony Joseph et The Spasm Band. Au départ, difficile de croire que lui et ses cinq compères tiendront avec leur gesticulation sur cette petite scène resserrée.

Le chapeau vissé sur la tête, le meneur de troupe ne chantera que très peu, lâchant des phrases au public pris par le mouvement et l'atmosphère musical mêlant jazz, funk et rock.

Chaque membre du groupe donne le meilleur, du saxo, clavier en passant par la basse. Musicalement, la mayonnaise prend facilement et le public apprécie.

The Bronx attaque ensuite sur la grande scène, le quintet aux trois albums éponymes, tous aussi violents et rapides les uns que les autres montrent tout de suite la teneur de leur prestation. Solo carabiné, batterie explosée et chanteur qui semble recevoir des décharges électriques.

Une bonne partie du public peu enclin à ce genre de musique ira fumer quelques clopinettes et boire quelques boissons rafraichissantes, loupant ainsi ce qui sera l'une des meilleures animations de la soirée. Matt Caughthran, le chanteur sautant sur les quelques rares fanatiques devant la scène et venant montrer l'exemple en bougeant anarchiquement les bras tendus et en sautillant comme un jeune cabri au milieu de la salle. L'énergie est là.

La soirée se termine par les Black Lips. Vendu comme phénomène de foire scénique du rock'n roll, l'audience en aura pour son argent et son lot de belles images.

Faut-il parler de qualité musicale quand l'ensemble des chansons est massacré au détriment du spectacle se jouant aux portes de la scatophilie ?

Si on pense à la mode Doherty qui consiste à jouer défoncé et totalement bourré, le bassiste centré sur la scène montrera le spectacle d'un homme titubant et n'ayant plus ses réflexes naturels. Puis, à la fin d'une chanson, annonçant son plaisir de jouer de sa basse avec le sexe à l'air, il décide de poser ce qui lui sert de pantalon et de sous-vêtement balançant à l'air son organe de reproduction. Un autre membre du groupe ira jusqu'à s'uriner dans sa propre bouche (oui, vous avez bien lu) devant un public partagé entre dégoût et fascination.

Cette première soirée du festival GéNéRiQ qui se jouait à la Vapeur a montré un excellent visage dans son organisation avec les lives répartis sur les deux scènes.

Dès les premiers groupes, on se transforme en festivalier, changeant de salle comme on irait de la Grande Scène au Chapiteau des Eurocks, marchant entre les gobelets de bières et naviguant au milieu des amateurs de musique ravis de partager un moment ensemble.

Le changement d'ambiance donne du rythme à la soirée qu'on ne voit pas passer et les sets limités à 50 minutes obligent les groupes à montrer le meilleur d'eux-mêmes. Une chose est sûre, le festival GéNéRiQ joue maintenant dans la cour des grands.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Verses of comfort, assurance & salvation de Au revoir Simone
La chronique de l'album The bird of music de Au revoir Simone
La chronique de l'album Still night, still light de Au Revoir Simone
La chronique de l'album Move In Spectrums de Au Revoir Simone
Au Revoir Simone en concert au Festival Les Inrocks 2006
Au Revoir Simone en concert au Festival Les 3 éléphants
Au Revoir Simone en concert au Trabendo (dimanche 16 février 2014)
L'interview de Au Revoir Simone (février 2014)
The Walkmen en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
The Walkmen en concert à Pitchfork Music Festival Paris #2 (édition 2012)
The Walkmen en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - vendredi 2 novembre
La chronique de l'album Rubber Orchestras de Anthony Joseph & The Spasm Band
La chronique de l'album eponyme de The Bronx
The Bronx en concert au Botanique (23 avril 2004)
The Bronx en concert au Festival Le Cabaret Vert #9 (vendredi 23 août 2013)
La chronique de l'album Good Bad Not Evil de Black Lips
La chronique de l'album 200 Million Thousand de Black Lips
La chronique de l'album Underneath The Rainbow de Black Lips
Black Lips en concert au Festival International Benicàssim 2008
Black Lips en concert à La Boule Noire (24 septembre 2008)
Black Lips en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (vendredi 6)
Black Lips en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (lundi 9)
L'interview de Black Lips (10 février 2009)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival GéNéRiQ 2009
Le Myspace de Festival GéNéRiQ 2009

Crédits photos : Vanessa Bureau (Toute les séries sur Taste of Indie)


Juldes         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=