Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Marie-Flore
Interview  (Paris)  20 janvier 2009

A l'occasion de la sortie de son album, nous rencontrons Marie-Flore qui nous parle de son univers musical, sa façon de travail et d'aborder la musique.

Peux-tu nous parler de ton parcours musical ?

A la base, de manière officielle disons, j’ai commencé à faire de l’alto au conservatoire, comme toute jeune fille qui se respecte (rires) pendant 7 ou 8 ans et à un moment, j’ai raté mon examen de fin d’année et j’ai décidé d’arrêter. L’enseignement me déprimait un peu et à partir de là, je me suis mise à la guitare de manière moins cadrée. Pendant 3 ans, j’ai gratouillé comme ça un petit peu, entre copains. J’ai finalement commencé par écrire mes premières chansons, en français, pendant deux ans, en faisant des petits concerts à gauche à droite. Finalement, cela s’est arrêté pour x raisons et suite à cela, j’ai commencé à écrire en anglais. J’ai compris alors c’est l’anglais qui me convenait le mieux.

Pour quelle raison ?

Parce qu'au niveau sonore, je trouve cela beaucoup plus joli comme langue, ça coule, c’est fluide. J’aime bien la sonorité de l’anglais, c’est une langue dont je suis un peu amoureuse en fait. Parce aussi mes influences, ce sont des gens qui chantent en anglais ! Du coup forcément c’est venu naturellement. Je pense aussi que les idées que l’on fait passer sont plus fortes. Il y a des images dans lesquelles je me retrouve plus facilement en anglais qu’en français.

Et tu composes dans quelle langue ?

Directement en anglais. Sauf une chanson pour laquelle j’avais écrit un texte en français que j’aime beaucoup et que j’ai traduit en anglais et ça collait parfaitement, les images restaient les mêmes.

Tu joue à la guitare folk ?

En fait, j’ai commencé sur une guitare folk et après mon manager m’a fait cadeau... enfin m’a prêté plutôt une super guitare que je compte bien garder (rires) et du coup je me suis mise à l’électrique. Mais je joue de toutes les guitares. De plus, cela permet de composer différemment, ce n’est pas la même démarche selon le type de guitares.

Tu joue toujours en solo ?

Pour des raisons d’ordre matériel, c’est plus simple de me faire jouer seule, c’est vrai. Mais c’est aussi un choix de ma part. J’ai toujours écrit seule, fait de la musique seule. Mais il y a peu, j’ai commencé à répéter avec un batteur pour de futurs concerts et je vais sans doute aussi commencer avec un pianiste.

L’objectif, c’est de monter une formation ?

Oui mais pour l’instant, j’attends encore, je cherche à gauche à droite. Car je n’ai pas envie de m’entourer de guitaristes qui changent toutes les trois semaines. Je préfère m’entourer de gens avec lesquels musicalement ça passe vraiment bien, avec qui il y a des affinités et ça me prend pas mal de temps pour trouver des gens qui me correspondent, qui correspondent à ma musique. Et je n’ai pas envie d’avoir une formation "classique" basse/batterie/guitare. J’aimerais avoir des instruments atypiques sur scène, faire des choses un peu bizarres et tout cela prend du temps à mettre en place dans ma tête.

Cela veut dire aussi qu’il faudra réarranger tes chansons faites pour être jouées en solo ?

En fait, mes chansons à la maison, je les arrange déjà, j’écris les arrangements, les batteries, etc. Après sur scène, on va forcément réarranger mais c’est aussi quelque chose que j’ai envie de garder, de m’occuper de cela.

Donc les chansons existent autrement qu'en solo.

Oui, d’ailleurs avec le CD qui va sortir, les chansons seront différentes.

Ce sera ton premier CD ?

Oui, j'avais déjà sorti un 45 tours en vinyle mais c’est tout. Et donc le 7 titres qui va bientôt sortir et j’espère un album rapidement. Il y aura un batteur, des cuivres (joués aussi par le batteur), plein de guitares, un piano.

Ce sera autoproduit ?

Oui, ce ne sera pas dans la grande distribution mais je pense que c’est important de le sortir et puis cela me fait plaisir, ce sera un bel objet en plus.

Tu cherches un label ?

C’est un peu flou. Pour le moment, moi je fais ma musique et on verra bien ce qu’il se passera. Après c’est vrai que j’ai cette impatience d’être signée, mais il faut voir aussi par qui, pour quoi etc.

Est-ce que tu arrives à vivre de ta musique actuellement ?

Pas vraiment, j’arrive à dégager quelques cachets quand je fais du live mais c’est tout… Je survis de ma musique (rires).

Tu disais que tu jouais pas mal en live, tu as l’occasion de jouer un peu hors de Paris ?

Je fais une ou deux dates par mois. J’ai eu l’occasion d’aller jouer en Angleterre, au Danemark, en Suisse. Donc c’est plutôt cool, j’aime bien ça voyager.

Comment es-tu reçue sur ces dates, alors que tu viens sans album à vendre finalement ?

Cela se passe bien, c’est assez bien organisé, cadré. En Angleterre, c’était génial, complètement fou. Il y avait une bonne écoute, pas mal de jeunes. C’était assez bizarre car il n’y a pas la même relation avec le public qu’en France. Là-bas, à la fin de mon concert, j’ai vendu tous mes vinyles, les filles venaient me demander des autographes. Ce qui n’est pas le cas en Suisse par exemple. Les gens applaudissent, ils sont contents mais voilà, ça ne va pas plus loin. Mais c’est parfois le cas à Paris aussi.

Ta musique est plutôt mélancolique, intimiste. C’est ton reflet de ta personnalité ou une sorte de personnage ?

Non ce n’est pas moi, c’est la musique que j’aime. Je ne suis pas quelqu’un de dépressif, je ne vis pas dans le passé constamment. Mais c’est vrai que quand j’écris il y a un côté un peu schyzophrène, je me rends triste. Quand j’interprète mes chansons, cela me rend triste, mais je ne pense pas qu’une chanson calme soit forcément triste non plus. En fait, ce sont les premeirs sentiments qui me viennent quand je me mets à la guitare, cela vient comme ça. J’ai aussi écrit des chansons joyeuses mais ce n’est pas le sentiment que j’ai envie de défendre. Je ne suis pas une fille triste mais voilà quand je compose, c’est comme cela que ça vient (rires).

On peut parler de tes influences ? On te compare souvent à Nick Drake…

En fait, je commence tout juste à ressentir des influences de gens que j’écoute depuis de nombreuses années. J’aime beaucoup le Velvet Underground, Jimmy Hendrix. Et puis, à l’adolescence j’ai écouté des choses comme Nirvana qui au final sont assez éloignées de ce que je fais maintenant. Mais en ce moment, je ressens un peu plus ce songwriting un peu 60 reprendre le dessus… mais je ne sais pas si c’est directement lié à ma musique.

Comment t’y prends-tu pour écrire ? Comment viennent les compositions ?

Quand je commence à écrire j’ai une idée en tête, surtout au niveau du texte. J’ai une idée de là où je veux aller. En fait souvent je me mets dans la peau de gens, ou alors je parle de moi, de ma vie. Ce sont des choses que je vis, que j’aimerais vivre, que je fantasme…

Le 25 février, au Glaz'art, tu vas partager l’affiche avec Ruby Throat, qui est plutôt radicale, punk, féministe aussi. Est-ce que tu te sens proche de Katy Jane Garside ou c’est seulement un hasard d’affiche ?

Quelque part oui. J’ai même eu une période où je faisais pas mal de militantisme à la fac au lieu d’aller en cours (rires). Mais de là à mettre cela en musique, c’est très dur d’être crédible. Je ne prône rien dans mes chansons. Mais il y a des chansons militantes que je trouve magnifique de Bob Dylan, de Joan Baez.

En dehors des chansons, est-ce que tu écris des textes qui ne sont pas forcément consignés sous forme de chansons ?

Oui, depuis août notamment je me suis mis à cela. J’essaie d’écrire deux nouvelles, en français du coup. C’est intéressant d’explorer ce côté-là aussi car c’est très différent de la chanson. On passe 6 heures à écrire 3 pages, alors que la chanson c’est plus instinctif. L’écriture d’une nouvelle, c’est un long cheminement. Il faut sortir ses tripes.

Tu vas les publier ces nouvelles ?

Faut que je les termine avant (rires). Je ne sais pas quelle direction prendre. J’ai lu récemment un livre de Stefan Zweig, "Le Voyage dans le passé" et j’ai trouvé cela magnifique. Je me suis dit : "et si j’essayais d’écrire sur le sentiment amoureux" mais c’est très dur, de ne pas tomber dans le mielleux, etc.

Tu n’écris pas que pour toi alors, tu te fixes des buts ?

Quand j’écris, c’est que pour moi mais quand je le relis ensuite, je me mets à la place de la personne qui lira et puis je fais pas mal relire, à ma mère qui est prof de français (rires).

Quand tu es sûre d’être toute seule chez toi, quel disque mets-tu le plus souvent sur ta platine ?

"Bold as love" de Jimi Hendrix parce que cela me permet de me défouler (elle imite le bruit de la guitare) ou un des disques de Air qui s’appelle 10000 Hz Legend parce que je m’y sens bien, cela me rappelle des souvenirs et la chanson "The Vagabon", je peux l’écouter 50000 fois. Nick Drake aussi mais c’est plus pour le train et le métro.

Retrouvez Marie-Flore
en Froggy's Session
pour 4 titres acoustiques en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Marie-Flore en concert au Festival BitterSweet(paradise) 2013 - Dimanche
Marie-Flore en concert à La Flèche d'Or (mardi 15 octobre 2013)
La chronique de l'album By the Dozen de Marie Flore
Marie Flore en concert au Divan du Monde (15 février 2008)
Marie Flore en concert à L'Aéronef (dimanche 31 octobre 2010)
L'interview de Marie Flore (jeudi 18 décembre 2014)

En savoir plus :
Le Myspace de Marie-Flore

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Margotte         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Marie Flore (18 décembre 2014)
Marie Flore (30 novembre 2012)
Marie Flore (20 janvier 2009)


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=