Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Nuits de L'Alligator 2009
Xavier Plumas - Dear Reader - Vetiver  (La Maroquinerie, Paris)  19 février 2009

Xavier Plumas a ce quelque chose qui  en impose quand il arrive sur scène. Assis sur un tabouret, entouré de deux musiciens, il attire rapidement l'attention par ses chansons aux textes ciselés, parfois érudits auxquels il faut prêter toute l'attention nécessaire et une musique qui tient du folk et du blues, qui voyage dans le temps et dans l'âme. Sobre, il semble parfois être un conteur des temps modernes.

Son guitariste toujours impeccable fait des merveilles sans pour autant se sentir obligé de faire dans le bling et le clarinettiste, et autres instruments à vent, apporte une ambiance toujours en accord avec les chansons, parfois grave, parfois plus ludique et parfois un peu atypique, avec quelques sons electro issus, semble-t-il, d'une drôle de flûte rectangulaire.

Plumas égrène les titres de la Gueule du Cougouar bien sûr. Parfois avec une pointe de blues en plus, ajoutant un peu de piquant et d'energie à l'interprétation, parfois avec une délicatesse qu'on connaît bien chez Tue-Loup à vous tirer les larmes.

Les 30 minutes de set sont bien courtes et franchement frustrantes et l'envie de rentrer au chaud chez soi pour se repasser en urgence l'album en caressant le chat se fait cruellement sentir mais le Dear Reader s'installe déjà, the show must go on, mais Xavier Plumas et sa musique auront bien du mal à nous quitter, ce soir, et dans l'avenir.

C'est donc au tour de Dear Reader de faire chanter l'alligator. Trio venu d'Afrique du sud, on se retrouve face à trois jeunes blanc bec, la méche bien rangée que l'on imagine mal supporter l'équipe locale de rugby ou danser avec Johnny Clegg contre l'Apartheid. De toute façon, ils sont trop jeunes.

Quoi qu'il  soit, la jolie demoiselle peut s'égosiller pour nous encourager à venir visiter son pays, ces trois là et leur pop sucrée ne ressemblent pas à l'image que l'on se fait de ce lointain pays. En fait, on dirait plutôt les suédois de ABBA faisant une musique légère et ingénue, sans matière et sans grand relief.

Enfin, c'est ce qui ressort de ces à peine 20 minutes de set, après un long moment passé à brancher une guitare, puis à suspendre un titre pour cause de sampler débranché. Car la recette de Dear Reader semble être la superposition de voix samplées en temps reel, de la chanteuse et parfois du batteur, venant par la suite s'ajouter sur le chant "réel" afin d'ajouter un peu de matière à leurs mélodies pas toujours folichonnes.

Du coup l'ensemble, donne de jolies comptines harmoniques soutenues par quelques sons graves propres à mieux nous faire ressentir les vibrations. Bon, OK, c'est joli, les musiciens sont jolis, et les jolis spectateurs ont joliment applaudi. Un petit rappel plus tard, on attend déjà Vetiver et les plus curieux auront noté l'adresse du Myspace épelé par la jolie chanteuse pour y découvrir le joli album du groupe qui devrait faire un joli carton printanier.

Les happy hippies de Vetiver montent enfin sur scène, barbes presque bien taillées voire absentes, chapeaux et surtout un charmant clavier occupent la scène pour une suite de complaintes et ballades acidifiées et planantes.

Si l'ami Devendra a définitivement quitté la formation pour se popiser un brin, les Vetiver font toujours dans les titres plus noirs et qui se développent doucement comme les volutes d'une fumée interdite aux effets appaisants.

Lentement mais sûrement et grâce à un set fort bien réglé, la tension monte doucement et les mélodies esquissées au début de concert laissent la place à un son plus lourd et dense, qui emporte vite l'adhésion du public lorsque les guitares s'électrisent.

C'est la force de ce groupe que d'emmener l'auditeur dans des voyages sonores, comme le fait d'ailleurs très bien Plumas. On se laisse emporter au gré des morceaux, très haut pour redescendre progressivement et sans heurts sur des rythmes où s'entrecroisent blues et rock, jazz et folk.

On se retrouve parfois avec l'impression que la musique coule toute seule, la pianiste est quasiment allongée sur sa chaise, comme sous un soleil de plomb pianotant nonchalamment son clavier, les guitares livrées à elles-mêmes pas loin, finalement, de Television et Patti Smith pour cette ambiance un peu branleur et pourtant totalement maîtrisée.

Tout est en place, sans artifice, il ne reste qu'à convoquer Neil Young en maître de cérémonie pour que la fête soit parfaite. Un trip sans risque et pas cher aussi bon et subtile que le parfum du même nom : du caractère et de l'élégance.  La classe américaine est enfin une expression que l'on peut utiliser à bon escient. Pour les plus sceptiques, le rappel sur commande (vous voulez du lent ou du rock péchu ?) devrait définitivement vous convaincre que le rock bio de Vetiver a de beau jours devant lui. Entre old school et modernité, l'équilibre est parfait ! Et la bonne humeur au rendez-vous.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album La gueule du Cougouar de Xavier Plumas
La chronique de l'album Mayerling de Xavier Plumas
L'interview de Xavier Plumas (20 février 2009)
La chronique de l'album Rachel au rocher de Tue-Loup
La chronique de l'album Le lac de Fish de Tue-Loup
La chronique de l'album 9 de Tue-Loup
La chronique de l'album Total musette de Tue-Loup
Tue-Loup en concert au Nouveau Casino (27 septembre 2005)
Tue-Loup en concert à La Maroquinerie (2 décembre 2005)
Tue-Loup en concert au Zèbre de Belleville (jeudi 31 mars 2016)
L'interview de Tue-Loup (2 décembre 2005)
L'interview de Tue-Loup (lundi 1er avril 2013)
La chronique de l'album Dearheart EP de Dear Reader
La chronique de l'album Idealistic Animals de Dear Reader
La chronique de l'album Rivonia de Dear Reader
La chronique de l'album To find me gone de Vetiver
Vetiver en concert à La Maroquinerie (12 septembre 2006)
L'interview de Andy Cabic - Vetiver (12 septembre 2006)

En savoir plus :
Le Myspace de Xavier Plumas
Le Myspace de Tue-Loup
Le Myspace de Dear Reader
Le site officiel de Dear Reader
Le site officiel de Vetiver
Le Myspace de Vetiver
Le site officiel du Festival Les Nuits de l'Alligator 2009

Crédits photos : Laurent Hini (Toute les séries sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Xavier Plumas (20 février 2009)
Tue-Loup (1 avril 2013)


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=