Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Nuits de L'Alligator 2009
O’Death - The Jim Jones Revue  (La Maroquinerie, Paris)  18 février 2009

Soirée survoltée ce soir à la Maroquinerie, avec au programme deux formations au style diamétralement opposé mais à l’énergie commune : O’Death et son folk-country-punk suivi de The Jim Jones Revue et son pur rock n’ roll.

O’Death, en charge de brancher les jacks, font à eux cinq le boulot de dix hommes. Grâce aux équipements adéquats tels que guitare, basse, banjo, violon, batterie et surtout voix, ils secouent la salle toute entière. Filous, les O’Death aiment tromper la foule en débutant certains de leurs morceaux par un gentil american folk des plus classiques, pour subitement virer sur une espèce de punk des Balkans. On pense à Violent Femmes ou au Pogues mais pas trop longtemps car O’Death ne laisse pas le temps de penser, aucun répit.

L’énergie qui se dégage de cette formation en action est clairement exacerbée en comparaison des versions studios, pourtant déjà bien poilues. Autre différence notable entre le live et le studio, la présence de la basse, beaucoup trop en avant en live, donnant dans certains cas une sonorité métal clairement inappropriée qui va jusqu’à déranger l’harmonie des compositions. Le look cheveux longs graisseux/gros tatouages, ajouté à la façon de se mouvoir du bassiste en question contribuent à ce dérangeant mélange des genres. Ceci dit, ça n’a pas l’air de déranger beaucoup de monde puisque O’Death finira son set sous de copieux applaudissements.

Le diable est dans la salle ce soir et The Jim Jones Revue est son outil d’expression. Sexy, sales, envoûtantes, les compositions de ce rock n’ roll band font acquiescer les têtes d’une foule consentante.

Pour l’occasion, le diable est venu accompagné de quelques fantômes : Little Richard, The Doors, ou Screamin’ Jay Hawkins sont parmi nous. The Jim Jones Revue n’a effectivement rien inventé, mais tout est tellement authentique et tellement bien fait que le plaisir ressenti à son écoute ne peut être que réel.

Ce soir, c’est l’essence du rock n’ roll qui met le feu à la Maroquinerie. Jim Jones a beau avoir mal à la voix ce soir, il n’y a pas d’économie possible. Jamais voix écorchée n’aura autant servi l’interprétation. Ainsi jamais leur single "Cement Mixer" n’aura été aussi sexy.

Le set n’est pas très long, avec un album à leur actif et des morceaux enchaînés à un rythme d’enfer, The Jim Jones Revue quitte la scène au bout de seulement 40 minutes. Un rappel obligatoire est joué pour éviter toute émeute, l’occasion pour le rock n’ roll band de reprendre "Good Golly Miss Molly" de Little Richard… histoire de revendiquer peut-être l’évidence de leurs inspirations. La voix de Jim Jones plie finalement sur cet ultime morceau, faisant ainsi disparaître toute espoir de voir le combo jouer plus longtemps. Tant pis, c’était tout de même diablement bon.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Burning Your House Down de The Jim Jones Revue
The Jim Jones Revue en concert au Festival Les Nuits de L'Alligator 2009
The Jim Jones Revue en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
The Jim Jones Revue en concert au Festival Cool Soul #1 Paris 2011
The Jim Jones Revue en concert au Festival Cool Soul #1 Lille 2011
The Jim Jones Revue en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du samedi
The Jim Jones Revue en concert au Festival Rock en Seine 2011 (samedi 27 août 2011)
L'interview de The Jim Jones Revue (mardi 7 septembre 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de O’Death
Le Myspace de O’Death
Le Myspace de The Jim Jones Revue
Le site officiel du Festival Les Nuits de l'Alligator 2009

Crédits photos : Diane Hion (Toute les séries sur Taste of Indie)


Syx         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=