Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Nuits de L'Alligator 2009
Elliott Brood - The Jim Jones Revue  (Grand Mix, Tourcoing)  17 février 2009

Comme l'alligator sort du bayou, le blues a quitté sa Louisiane pour venir s'installer dans les chaudes nuits de l'hiver parisien – et même ailleurs, puisque c'est au Grand Mix de Tourcoing que s'est déroulée la soirée réunissant Elliott Brood et The Jim Jones Revue dans le cadre du festival Les Nuits de l'Alligator. Où l'on a pu constater que le blues était toujours fou et bien vivant, loin de l'ancêtre ridé et parkinsonien que l'on aurait pu croire.

Hors de ses gonds, le blues est-il toujours le blues ? C'est tout le pari de ce festival aventureux qui, pour sa quatrième édition, continue de s'extirper de la Maroquinerie parisienne qui l'a vu naître (non sans un certain humour) pour se promener un peu partout en France : Evreux, Feyzin, Marseille, Trebry Tulle et, donc, Tourcoing – soit treize dates entre les 13 et 28 février.

La programmation, riche et variée, n'hésite pas à s'aventurer hors des sentiers festivaliers rebattus : outre Elliott Brood et The Jim Jones Revue, à l'honneur ce soir comme pour d'autres dates hexagonales, on pourra ainsi avoir le plaisir d'admirer sur scène les Black Diamond Heavies, Emily Jane White, Prisca, SSM, Mariee Sioux, Lonely Drifter Karen, Uzi & Ari, Kill the Vultures, O'Death, Xavier Plumas (le chanteur de Tue-Loup), Vetiver, Dear Reader, Samuel James, Moussu T e lei Jovents, Chairlift, Women, War on Drugs – soit la plus fine fleur du rock, de la pop, de la country, du folk et du néo-folk moderne.

Est-ce à dire que l'alligator s'est noyé dans sa propre diversité ? Loin de là, si l'on en croit la prestation de nos deux meneurs de revue ce soir-là. De la "death country" revendiquée par le trio canadien Elliott Brood au rock garage, vintage et survolté du quintet londonien The Jim Jones Revue, on aurait pourtant largement eu de quoi perdre ses repères.

Mais la fièvre, la chaleur, les guitares entêtantes, leurs façons légères et turbulentes, presque joyeuses, de chanter les malheurs et les peines, était-ce autre chose que le blues, le blues lui-même, cet manière de spleen musical si particulière, où les lamentations ne sont jamais très loin du déhanché...?

La batterie flanquée de ses deux guitaristes, l'un assis et l'autre debout, jonglant de l'acoustique à l'électrique, du banjo au ukulélé, jouant même des basses à l'aide de pédales, c'est Elliott Brood qui ouvre la soirée.

Malgré leur réputation de "Nirvana de la country", un rien punks et bouseux, en somme, les trois musiciens affichent beaucoup de bonne humeur, de simplicité et un plaisir manifeste à jouer leurs morceaux.

Emmenés par le chant mat et éraillé de Mark Sasso, auquel on trouvera peut-être de vrais-faux airs de Bruce Springsteen, mais auquel on devra surtout reconnaître une personnalité très marquée, et le jeu de guitare enfiévré de Casey Laforêt, ils sauront toucher un public ravi de découvrir ou redécouvrir le meilleur de leurs deux albums : Ambassador et le très récent Moutain Meadows, qui rencontre un certain succès critique dans l'hexagone.

Suite du voyage dans le temps historique du rock avec The Jim Jones Revue, spectacle de grand rock à l'ancienne. L'occasion pour moi, pauvre trentenaire n'ayant pas connu ces joies en leur temps, d'assister à un pogo d'authentiques et sympathiques blousons noirs : embananés, engominés, endiablés.

Musicalement, on se retrouve aussi perturbé que nos grands parents ont du l'être par l'invention du rock – comme si Elvis Presley avait pu écouter quelques minutes des Sex Pistols ; comme si 16 Horsepower revenait soudainement à Chuck Berry ou au Creedence Clearwater Revival sans vouloir rien céder de sa hargne ; comme si le grunge n'avait pas été inventé, et que les rebelles soignaient toujours leur look, façon minets ; comme si Retour vers le futur n'était pas qu'un film léger, comme s'il avait été réalisé par Stanley Kubrik ou Darren Aronofsky.

Dans la salle, il faut bien reconnaître que le public se laisse volontiers emporter par cette débauche musicale : déluge de décibels, tension sexuelle permanente, gesticulations et hurlements, crachats vintage – et ils jouent même du piano debout, ces énergumènes ! On vous l'avait dit, que le blues n'était pas encore sénile, aussi âgé soit-il. Tranquillement embusqué, il attend simplement l'occasion de se jeter sur l'auditeur insouciant, de l'avaler tout cru. A ce jeu, je suis victime volontaire, comme chacun des spectateurs ravis qui aura osé ce soir s'aventurer au Grand Mix, vendre son âme au diable des bayous.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Elliott Brood en concert au Festival Primavera Sound 06 (jeudi)
Elliott Brood en concert au Festival Les Nuits de L'Alligator 2009
Elliott Brood en concert au Festival GéNéRiQ 2009
La chronique de l'album Burning Your House Down de The Jim Jones Revue
The Jim Jones Revue en concert au Festival Les Nuits de L'Alligator 2009
The Jim Jones Revue en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
The Jim Jones Revue en concert au Festival Cool Soul #1 Paris 2011
The Jim Jones Revue en concert au Festival Cool Soul #1 Lille 2011
The Jim Jones Revue en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du samedi
The Jim Jones Revue en concert au Festival Rock en Seine 2011 (samedi 27 août 2011)
L'interview de The Jim Jones Revue (mardi 7 septembre 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de Elliott Brood
Le Myspace de Elliott Brood
Le Myspace de The Jim Jones Revue
Le site officiel du Festival Les Nuits de l'Alligator 2009

Crédits photos : Cédric Chort (Toute les séries sur Taste of Indie)


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=