Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Nuits de L'Alligator 2009
Elliott Brood - The Jim Jones Revue  (Grand Mix, Tourcoing)  17 février 2009

Comme l'alligator sort du bayou, le blues a quitté sa Louisiane pour venir s'installer dans les chaudes nuits de l'hiver parisien – et même ailleurs, puisque c'est au Grand Mix de Tourcoing que s'est déroulée la soirée réunissant Elliott Brood et The Jim Jones Revue dans le cadre du festival Les Nuits de l'Alligator. Où l'on a pu constater que le blues était toujours fou et bien vivant, loin de l'ancêtre ridé et parkinsonien que l'on aurait pu croire.

Hors de ses gonds, le blues est-il toujours le blues ? C'est tout le pari de ce festival aventureux qui, pour sa quatrième édition, continue de s'extirper de la Maroquinerie parisienne qui l'a vu naître (non sans un certain humour) pour se promener un peu partout en France : Evreux, Feyzin, Marseille, Trebry Tulle et, donc, Tourcoing – soit treize dates entre les 13 et 28 février.

La programmation, riche et variée, n'hésite pas à s'aventurer hors des sentiers festivaliers rebattus : outre Elliott Brood et The Jim Jones Revue, à l'honneur ce soir comme pour d'autres dates hexagonales, on pourra ainsi avoir le plaisir d'admirer sur scène les Black Diamond Heavies, Emily Jane White, Prisca, SSM, Mariee Sioux, Lonely Drifter Karen, Uzi & Ari, Kill the Vultures, O'Death, Xavier Plumas (le chanteur de Tue-Loup), Vetiver, Dear Reader, Samuel James, Moussu T e lei Jovents, Chairlift, Women, War on Drugs – soit la plus fine fleur du rock, de la pop, de la country, du folk et du néo-folk moderne.

Est-ce à dire que l'alligator s'est noyé dans sa propre diversité ? Loin de là, si l'on en croit la prestation de nos deux meneurs de revue ce soir-là. De la "death country" revendiquée par le trio canadien Elliott Brood au rock garage, vintage et survolté du quintet londonien The Jim Jones Revue, on aurait pourtant largement eu de quoi perdre ses repères.

Mais la fièvre, la chaleur, les guitares entêtantes, leurs façons légères et turbulentes, presque joyeuses, de chanter les malheurs et les peines, était-ce autre chose que le blues, le blues lui-même, cet manière de spleen musical si particulière, où les lamentations ne sont jamais très loin du déhanché...?

La batterie flanquée de ses deux guitaristes, l'un assis et l'autre debout, jonglant de l'acoustique à l'électrique, du banjo au ukulélé, jouant même des basses à l'aide de pédales, c'est Elliott Brood qui ouvre la soirée.

Malgré leur réputation de "Nirvana de la country", un rien punks et bouseux, en somme, les trois musiciens affichent beaucoup de bonne humeur, de simplicité et un plaisir manifeste à jouer leurs morceaux.

Emmenés par le chant mat et éraillé de Mark Sasso, auquel on trouvera peut-être de vrais-faux airs de Bruce Springsteen, mais auquel on devra surtout reconnaître une personnalité très marquée, et le jeu de guitare enfiévré de Casey Laforêt, ils sauront toucher un public ravi de découvrir ou redécouvrir le meilleur de leurs deux albums : Ambassador et le très récent Moutain Meadows, qui rencontre un certain succès critique dans l'hexagone.

Suite du voyage dans le temps historique du rock avec The Jim Jones Revue, spectacle de grand rock à l'ancienne. L'occasion pour moi, pauvre trentenaire n'ayant pas connu ces joies en leur temps, d'assister à un pogo d'authentiques et sympathiques blousons noirs : embananés, engominés, endiablés.

Musicalement, on se retrouve aussi perturbé que nos grands parents ont du l'être par l'invention du rock – comme si Elvis Presley avait pu écouter quelques minutes des Sex Pistols ; comme si 16 Horsepower revenait soudainement à Chuck Berry ou au Creedence Clearwater Revival sans vouloir rien céder de sa hargne ; comme si le grunge n'avait pas été inventé, et que les rebelles soignaient toujours leur look, façon minets ; comme si Retour vers le futur n'était pas qu'un film léger, comme s'il avait été réalisé par Stanley Kubrik ou Darren Aronofsky.

Dans la salle, il faut bien reconnaître que le public se laisse volontiers emporter par cette débauche musicale : déluge de décibels, tension sexuelle permanente, gesticulations et hurlements, crachats vintage – et ils jouent même du piano debout, ces énergumènes ! On vous l'avait dit, que le blues n'était pas encore sénile, aussi âgé soit-il. Tranquillement embusqué, il attend simplement l'occasion de se jeter sur l'auditeur insouciant, de l'avaler tout cru. A ce jeu, je suis victime volontaire, comme chacun des spectateurs ravis qui aura osé ce soir s'aventurer au Grand Mix, vendre son âme au diable des bayous.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Elliott Brood en concert au Festival Primavera Sound 06 (jeudi)
Elliott Brood en concert au Festival Les Nuits de L'Alligator 2009
Elliott Brood en concert au Festival GéNéRiQ 2009
La chronique de l'album Burning Your House Down de The Jim Jones Revue
The Jim Jones Revue en concert au Festival Les Nuits de L'Alligator 2009
The Jim Jones Revue en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
The Jim Jones Revue en concert au Festival Cool Soul #1 Paris 2011
The Jim Jones Revue en concert au Festival Cool Soul #1 Lille 2011
The Jim Jones Revue en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du samedi
The Jim Jones Revue en concert au Festival Rock en Seine 2011 (samedi 27 août 2011)
L'interview de The Jim Jones Revue (mardi 7 septembre 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de Elliott Brood
Le Myspace de Elliott Brood
Le Myspace de The Jim Jones Revue
Le site officiel du Festival Les Nuits de l'Alligator 2009

Crédits photos : Cédric Chort (Toute les séries sur Taste of Indie)


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=