Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Xavier Plumas
Interview  (Paris)  20 février 2009

A l'occasion de son passage à Paris pour un concert la veille au festival des Nuits de l'Alligator; Xavier Plumas, leader de Tue Loup et en vacances du groupe pour présenter son premier projet solo, nous accordait un beau moment pendant lequel il nous à parler de ses projets, de la musique et nous a offert une superbe session acoustique à découvrir en bas de cette entrevue.

Tout d'abord, peux-tu nous faire un résumé de ce qu'il s'est passé depuis Le Lac de Fish, le dernier album de Tue-Loup et maintenant, date à laquelle vient de sortir ton premier album signé de ton nom propre ? Tue-Loup est-il toujours en activité ?

Xavier Plumas : Tue-Loup existe toujours bien entendu. On a même deux albums de prêt, seulement on ne peut pas les sortir pour le moment. Notre label n'a pas les moyens de les sortir à la vitesse à laquelle on les produit, en fait. Donc, ce qu'il va se passer, c'est que l'un des deux va sortir.

C'est un projet un peu à part dans le sens où c'est un album que j'avais écrit pour Rom Liteau, slammeur que j'avais déjà invité sur Pena. Au final, il n'avait pas envie d'être le seul à tenir le micro donc on s'est partagé les morceaux et j'ai réécrit les morceaux pour ce projet là et on fait à peu près 5 ou 6 morceaux chacun. C'est chouette, j'ai hâte qu'il sorte ce truc. Je le trouve assez réussi, je trouve cela assez blues, assez crade dans le son. Ca marche bien avec sa voix à lui. Et puis comme je me suis mis à chanter sur ce disque, on a essayé de marier nos voix, c'est  vraiment intéressant à faire.

Alors cet album devrait sortir dans un premier temps sur le web uniquement, dans le courant du printemps, ca coûterait trop cher de le sortir en album classique. Et puis il y a donc un autre Tue-Loup, dans un formation plus classique, avec le pianiste, donc nous serons 5. Ce disque devrait sortir en septembre, au format disque j'espère.

Cet album avec le slammeur sortira sous le nom de Tue-Loup ?

Xavier Plumas : On ne sait pas vraiment encore comment on va l'appeler. Au départ, ce devait être Le Goût du Bonbon. Finalement, il y a quasiment tous les gars de Tue-Loup sur le disque, avec un batteur supplémentaire qui est Thomas Belhom qui est désormais le batteur des Tindersticks et qui est originaire de la Sarthe.

C'est intéressant car ils ont tous les deux une approche similaire de la batterie. Quand ils installent leur batterie, c'est la batterie et tout un tas d'instruments, une foule de bordel autour pour faire du bruit. Mais il y en a un qui a un son très ensoleillé, comme John Convertino avec qui il a vécu pas mal de temps, et un autre, Thomas Fiancette qui au contraire a un son très tragique, très sombre. Il utilise très peu d'ambiances, tout est dans les percussions.

il y a donc définitivement un nouveau batteur dans Tue-Loup.

Xavier Plumas : Oui, Thomas Fiancette est le nouveau batteur. Et puis il y aura Ajax Christian qui jouera du piano sur la plupart des morceaux, ce sera exclusivement du piano pour ainsi dire, il y aura très peu de clavier cette fois ci.

Et donc ces disques sont tous prêts à être sortis ?

Xavier Plumas : Oh oui, ils sont prêts depuis 2 ans ! (rires) Du coup, comme on sait qu'on a le temps, on revient régulièrement sur les mixes, on prend du recul. Mais c'est vrai que Le Goût du Bonbon est terminé depuis 2 ans et demi.

Mais le Tue-Loup, il va être… bon, il va être invendable encore car il y a des instrumentaux, des morceaux assez longs, des morceaux où je chante pendant 1 minute et ensuite tu as de la musique 5 minutes... Mais musicalement cela va être super.

On a invité un trompettiste, il y a des flûtes également. Le batteur est aussi un très bon flûtiste de flûte traversière et sa femme est elle-même flûtiste, donc ils font des trucs à 2 flûtes arrangées... enfin moi j'aime bien ! Mais je sais que ce sera encore un album dur à défendre.

Avec tous ces projets en cours qui ont déjà du mal à sortir, pourquoi et comment arriver à ce projet de Xavier Plumas en solo ?

Xavier Plumas : Oui, c'est plutôt "comment" en fait. Cela vient d'un ami de longue date, que je connais depuis plus de 10 ans maintenant et que j'ai rencontré grâce à Tue-Loup. C'est un fan de Tue-Loup, qui vivait dans l'est et est maintenant arrivé à Paris. Et il avait la possibilité de m'aider à réaliser, matériellement et techniquement, à réaliser un album solo dont il rêve depuis longtemps en tant que fan de Tue-Loup. Il  voulait s'offrir un disque de Xavier Plumas en fait (rires) donc il m'a fait la proposition, il est arrivé avec les deux labels et voilà pourquoi cela s'est fait rapidement. On avait les moyens, tout était prêt, tout le monde était motivé.

Tu étais également prêt pour cela, tu avais des chansons ?

Xavier Plumas :  Oui, en fait des chansons j'en ai tout le temps. Je ne me mets pas au boulot pour faire un disque donc j'écris des textes, j'écris des musiques, j'essaie de  mettre ça ensemble pour voir comment cela peut s'agencer et quand il commence à y en avoir une dizaine de prêtes, je me dis que ça pourrait faire un disque mais ce n'est jamais pensé comme un concept. Je n'écris pas d'un coup une dizaine de chansons en me disant que cela va former un album. La cohérence et la couleur d'un album se font surtout par la réalisation. Qui le réalise, comment on le pense, comment on va l'arranger. Mais les chansons au départ sont toutes composées à la guitare tout seul chez moi.

Mais les chansons qui sont sur cet album auraient très bien pu se retrouver sur un album de Tue-Loup, que ce soit celui d'avant ou bien celui d'après, ce n'est qu'une continuité pour moi.

Après je mentirais en disant que c'est indifférent. Forcément dans la manière de les interpréter et même de les composer, je savais, mise à part une petite moitié que j'avais sous la main, j'ai composé le reste en sachant très bien que cela allait constituer le reste de cet album donc sans doute que consciemment ou pas, je n'y mettais peut-être pas la même intention sachant que j'allais les assumer tout seul. Et puis dès le départ, on savait qu'on allait réaliser un album acoustique assez intimiste, donc tout cela a sans doute influencé, sinon ma manière de composer, au moins la manière d'interpréter, surtout dans le chant. Je savais que j'allais pouvoir me permettre beaucoup plus de nuances puisqu'il n' y allait pas avoir beaucoup de bruit derrière moi.

D'ailleurs, cela se ressent aussi sur scène où l'on ressent cette liberté que tu te laisses.

Xavier Plumas : Oui il y a une couleur blues, et puis j'en rajoute un peu par exemple sur la Nuit de l'Alligator, car c'est un festival de blues. Mais c'est vrai qu'avec la richesse sonore de Tue-Loup, je peux moins jouer sur les nuances. Non pas forcément à cause du volume sonore mais à cause de la façon dont le son rempli déjà beaucoup l'espace. En formation réduite et acoustique c'est différent.

Et puis les clarinettes de Renaud, cela porte. Cette clarinette basse te porte et te pousse à aller plus loin. Tout comme son instrument à vent électronique qui est un vrai instrument à vent qui pilote des samples mais avec les variations que l'on peut avoir avec un instrument à vent.

Sur scène, tu joues aussi avec le guitariste de Tue-Loup qui n'a pas joué sur l'album.

Xavier Plumas :  Oui et c'est très fort ce qu'il a fait car il s'est interdit d'écouter l'album pour ne pas être influencé et  nous avons retravaillé tous les morceaux ensemble. Donc évidemment, il y a des choses qui se recoupent avec ce qu'a fait le guitariste sur l'album mais surtout il a réussi à ne pas faire de Tue-Loup. C'est un son différent et une manière de jouer intéressante. Même si on n'est pas à des kilometres non plus (rires).

Pour continuer avec tes différents projets, Fulbert c'est terminé ou bien c'est quelque chose qui pourrait réapparaitre ?

Xavier Plumas : Je ne sais pas, peut-être qu'il y en aura un autre un jour. Mais pour refaire un Fulbert, il faudrait avoir la même équipe, même si effectivement je pourrais relancer un projet et l'appeler Fulbert mais bon. Mais pour le moment, Cyril et François sont occupés à d'autres projets. Notamment François est metteur en scène de théâtre et cela marche très bien actuellement donc il n'est pas du tout dans la musique pour le moment.

Et faire coincider la musique avec le théâtre, cela ne te plairait pas ?

Xavier Plumas : Je l'ai déjà fait justement avec François. J'ai écrit pour le théâtre et pour la danse. Mais c'est bien entendu un truc que j'aimerais faire si on me le proposait mais de mon côté, je n'ai pas les bonnes connexions pour aller proposer mon travail. Par contre, j'ai vu il y a 15 jours Thomas Fiancette qui a été embauché avec son copain Doherty par Lafargue pour sa nouvelle pièce. Et c'est super ce qu'ils ont fait. Ce qui est intéressant, c'est qu'ils jouent sur scène. J'aimerais bien faire cela.

Encore un futur projet alors peut-être ?

Xavier Plumas : Oui, tu sais, moi du moment que je joue, je suis content. Demain par exemple, je vais jouer du fado avec Thierry. En fait, on accompagne une chanteuse de fado. Et c 'est super, j'adore. C'est super enrichissant. Ce sont des assemblages d'accords dont tu n'aurais pas idée. Et puis il n'y a pas réellement de structure rythmique. En fait, on suit la chanteuse, lorsqu'elle accélère, ralentit, se pose, fait des blancs, elle interprète vraiment la chanson à sa façon et on s'adapte.

Il y a beaucoup d'improvisation ?

Xavier Plumas : En fait pas du tout car il y a une grille d'accords précise et assez balèze (ce que j'adore car cela m'oblige à travailler) mais par contre, à part sur deux chansons, il n'y a pas de tempo. C'est donc au bon vouloir de comment l'interprète va sentir la chanson.

On a aussi mis en place avec Thierry un set de musette. Vraiment classique, comme "La Valse Brune", "Le petit vin blanc", pour jouer dans un bar qui fait également musée de la musique mécanique. C'est dans notre village et le dimanche soir, c'est le seul endroit ouvert, donc il y a là-dedans une super ambiance. Et pour le plaisir on va de temps en temps jouer ces morceaux là et tout le monde gueule, tout le monde chante ! Mais de déchiffrer ces morceaux de musette, c'est encore une autre manière de faire. C'est toujours des schémas semblables bien sûr, c'est de la musique populaire, mais les grilles d'accords du musette m'ont fait découvrir des accords que je n'avais jamais utilisés avant et cela a pu me servir pour composer certaines chansons. Sans en faire pour autant du musette.

Pour revenir à tes textes, parfois abstraits, tu vas les chercher où ?

Xavier Plumas : C'est vrai parfois ce sont des textes assez abstraits mais cela ne me dérange pas au contraire. On ne va pas chercher la pertinence d'une peinture abstraite pourquoi ce devrait être autrement des textes ? On me dit parfois : "je ne comprends pas ce que tu racontes", et je réponds : "moi non plus !" (rires). Mais pas tous, il y en a certain où je sais explicitement où je veux en venir. Parfois, je cache aussi le sens. Il m'arrive parfois de parler de gens très proches, donc évidemment là j'utilise des métaphores car je n'ai pas envie de mettre ces gens là mal à l'aise.

La chanson "Par la fenêtre", par exemple, est clairement inspirée d'une de mes amis qui habite dans mon village et je savais que je n'avais pas assez caché le truc. Je lui ai offert le disque sans lui dire, me disant : "si elle nevoit rien, c'est pas grave" et évidemment, cela a pris très peu de temps pour qu'elle m'envoie un mail en me disant :"je suis assez troublée par la chanson Par la fenêtre...". Mais elle l'a très bien pris.

J'aime bien cette chanson car dans l'écriture, je pense avoir trouvé la distance pour qu'elle soit touchée par cette chanson sans la mettre trop mal à l'aise et pour qu'en même temps, elle puisse être appréciée par quelqu'un qui ne connait pas l'histoire. Quant à trouver l'inspiration, je ne la trouve pas car finalement je ne la cherche pas. Avec le temps, je sais comment la provoquer plutôt. Ce n'est pas une règle systématique mais par exemple, j'adore marcher et aller marcher me fout le cerveau en branle et les belles idées arrivent. Parfois c'est étonnant, tu te demandes si ce n'est pas un truc qui était là dans l'air et que tu as attrapé à ce moment là. Et puis, même si l'écriture laborieuse, cela reste un jeu, c'est plaisant. Parfois tu as des idées et tu ne sais qu'en faire, il faut tirer les fils, laisser venir, c'est un jeu.

Quoi qu'il en soit, les textes sont toujours très travaillés et aboutis.

Xavier Plumas :  Oui c'est, encore une fois, comme la peinture. Que ce soit figuratif ou abstrait, ce n'est jamais une raison pour faire n'importe quoi. Mais ce qui est le plus intéressant dans les textes, c'est ce qui n'est pas écrit. C'est ce que cela va évoquer. C'est ça qui fait tout l'intérêt de l'écriture. Ce qui fait que le style est super important. C'est lui qui fait que l'on va dégager sinon une idée, en tout cas un sentiment ou une humeur particulière qui sont difficilement exprimables autrement. Et la culture sert à cela, exprimer l'indicible. A se sentir moins seul... ou en tout cas, à assumer sa solitude sans que ce soit… dramatique.

Tu conçois tes textes autrement qu'en musique ?

Xavier Plumas : J'écris autre chose que des chansons mais pour l'instant… En fait, je me dis que si je devais écrire autre chose, un récit, un roman, il faudrait ne me consacrer qu'à cela et en fait la musique me rattrape toujours car c'est finalement le moyen de partager avec d'autres. L'écriture restant quand même quelque chose de solitaire. J'aime bien avoir cette partie solitaire pour écrire mes chansons qui sont un prétexte pour partager ça avec les musiciens. C'est un  bonheur. Philipe Djian dit qu'il souffre pour écrire ses 3 ou 10 pages quotidiennes mais moi je n'ai pas le courage pour faire ça ! (rires).

Il y a un texte en anglais sur l'album, c'est assez rare.

Xavier Plumas : Oui, c'est un texte qui est venu comme cela. Je me suis inspiré d'une peinture de Klimt, qui s'appelle Autpoportrait et qui est une scène de masturbation. Je trouvais ça balèze de faire cela et je m'en suis inspiré pour "I call your name". Et cela tombait très bien que ce soit en anglais parce que je ne pense pas qu'en français, j'aurais réussi à l'évoquer avec autant d'élégance, sans éviter le graveleux.

La musique anglo-saxonne reste parmi tes grandes influences. On parle souvent de Swell.

Xavier Plumas : C'est un truc qui traine un peu depuis les premiers Tue-Loup. Mais je ne vois pas vraiment le rapport avec Swell, c'est très loin, même si c'est une influence assumée totalement.

Quand je fais des reprises, c'est aussi une manière de dire ce que j'aime, que je reprenne Alain Peters parce que j'aime la musique des Caraibes ou Bourvil parce que j'écoute aussi de la chanson française. Je reprends aussi Richard Hawley sur La Gueule du Cougouar. J'adore par exemple Mark Hollis de Talk Talk mais je ne sais pas si cela s'entend tant que ça. Et sur l'album solo, ca se sent peut-être un peu plus. Quelque chose que je ne pourrais pas faire avec Tue-Loup qui n'ont pas forcément ces influences comme Hollis ou David Sylvian.

Et cet album solo va rester une pièce unique ou bien cela t'a donné envie d'autres escapades en dehors de Tue-Loup ?

Xavier Plumas : J'aimerais bien en refaire un autre. Surtout de la manière dont ça s'est passé. Créer un morceau avec ta guitare et puis imaginer comment on va l'arranger. C'est super de voir ses chansons embarquées dans des couleurs et des habits dont on n'a pas l'habitude.

Que penses-tu de la politique culturelle actuelle ?

Xavier Plumas :  Je ne sais pas, je crois que personne n'a vraiment de solution a envisager. J'ai un fils de 17 ans et je vois comment avec ses potes ils consomment la musique, c'est effrayant. C'est clair que pour eux la musique est gratuite. Gratuite et en plus d'une qualité de merde parce qu'ils l'écoutent sur leurs téléphones portables et nous on se fait chier à faire des prises de son du mieux qu'on peut, passer des heures en studio pour que ce soit écouté dans des conditions comme ça, que veux-tu faire contre ça.

Alors peut-être qu'il va falloir 2 ou 3 générations pour que cela revienne, pour qu'on prenne conscience du travail que cela demande pour enregistrer des albums mais en l'état actuel, je ne vois pas ce que l'on peut faire. D'un côté, je trouve cela scandaleux. Si on allait dévaliser les parking des usines de chez Renault ou les entrepôts de chez Apple, tout le monde trouverait cela scandaleux et toutes les nuits, on dévalise les artistes de leur musique et en même temps, je ne vois pas comment expliquer à des gamins de 15 ans qui n'ont pas une thune que ce qu'ils font n'est pas bien.

C'est aussi pour cela que l'on a fait un bel objet avec ce disque pour donner envie de l'objet aussi. En plus la qualité d'un mp3, c'est quand même pas terrible, je ne vois pas pourquoi être moderne voudrait dire être médiocre. Ecouter de la musique avec une qualité de merde juste parce que c'est moderne, je trouve cela stupide !

Quand tu es seul chez toi, quel disque écoutes-tu le plus souvent ?

Xavier Plumas : En principe, j'aime écouter de la musique avec des gens. La discothèque chez moi, c'est comme une bibliothèque, c'est dans le salon et chacun peut se servir.

Mais un album que j'écouterais seul parce qu'il ne faut pas être déranger, c'est un album de Jean-Paul Bourelly qui est un guitariste haïtien de jazz et qui a sorti, il y a environ 3 ans, un album de guitare acoustique absolument sublime en hommage à sa femme qu'il venait de perdre. C'est une sorte de jazz blues et j'adore. Souvent j'adore les musiques que je ne comprends pas, que je n'arrive pas à déchiffrer. D'un autre coté, je trouve que le nouvel album de Daniel Martin Moore qui est super simple au niveau de la composition est aussi très beau.

Retrouvez Xavier Plumas
en Froggy's Session
pour 3 titres acoustiques en cliquant ici !
 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album La gueule du Cougouar de Xavier Plumas
La chronique de l'album Mayerling de Xavier Plumas
Xavier Plumas en concert au Festival Les Nuits de L'Alligator 2009
La chronique de l'album Rachel au rocher de Tue-Loup
La chronique de l'album Le lac de Fish de Tue-Loup
La chronique de l'album 9 de Tue-Loup
La chronique de l'album Total musette de Tue-Loup
Tue-Loup en concert au Nouveau Casino (27 septembre 2005)
Tue-Loup en concert à La Maroquinerie (2 décembre 2005)
Tue-Loup en concert au Zèbre de Belleville (jeudi 31 mars 2016)
L'interview de Tue-Loup (2 décembre 2005)
L'interview de Tue-Loup (lundi 1er avril 2013)

En savoir plus :
Le Myspace de Xavier Plumas
Le Myspace de Tue-Loup

Crédits photos : David Didier (Toute la série sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Xavier Plumas (20 février 2009)
Tue-Loup (1 avril 2013)


# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=