Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Franz Ferdinand
Franz Ferdinand  (Domino / PIAS)  février 2004

"File-moi cette bouteille, elle est à moi !
- Eh, rends-moi ma vodka, you bloody bastard !
- T’vas voir ta gueule à la fin de la soirée !"

C’est, grosso modo, en ces termes que se sont rencontrés Nick McCarthy et Alex Kapranos, les deux têtes pensantes du nouveau groupe britannique Franz Ferdinand. Nouvelle coqueluche du New Musical Express, cette bande d’Ecossais d’adoption est présentée comme le meilleur groupe de 2004. N’ayons pas peur de cette arrogance toute anglaise et voyons voir ce qu’il en est exactement.

Après cette empoignade un soir dans un bar de Glasgow, Alex Kapranos décide de monter un groupe avec cet allemand qu’il vient de connaître. En effet, celui-ci a prétendu savoir jouer de la batterie au beau milieu de la baston ! Evidemment, il n’en est rien, mais l’arrivée de Paul Thomson, batteur, et de Bob Hardy, bassiste, permettra à Franz Ferdinand de prendre son envol.

L’association entre Alex Kapranos, un étudiant en littérature anglaise plutôt cultivé, et Nick McCarthy, un allemand aux goûts vestimentaires plutôt excentriques, était vouée à faire des étincelles. Le premier concert de ce groupe "arty" (ils faisaient tous plus ou moins partie d’une école d’art) a lieu dans l’appartement d’une de leurs amies, en centre ville de Glasgow. Ils jouent deux fois de suite quatre titres, "Take me out", "Auf Achse", "Michael" et "Shopping for Blood", qui étaient à l’époque leurs seules compositions. Et là, miracle, les gens de l’assemblée se mettent à danser. C’est le but de la musique de Franz Ferdinand : sur des bases de rock, ils arrivent à créer un style plutôt dansant bien dans l’air du temps (cf Radio 4, The Rapture, etc…).

Devant le succès d’estime de ce premier gig, les quatre compères décident de trouver un lieu adéquat pour y tenir des expositions, des manifestations artistiques et des concerts. Ils préfèrent le système D aux endroits déjà établis et investissent donc un vieux bâtiment à moitié délabré, surnommé "Le Château". Ils organisent dans cette bâtisse des shows et des expositions, et c’est ainsi qu’ils se font connaître, jouant leur musique entre quatre murs pelés et au milieu d’anciennes installations sportives.

Venons-en maintenant à leur debut album. Alex Kapranos et Herr Superfantastisch ont composé les 11 titres de ce premier LP, sobrement intitulé Franz Ferdinand. Les titres révèlent une section rythmique excellente, avec une basse primordiale et mixée très en avant, et une batterie sautillante martelant des rythmes binaires assez disco, à la limite de la dance.

Dès le premier titre, on a envie de bouger son corps et de "headbanguer". Le groove de Franz Ferdinand est imparable, en particulier sur le début de l’album : les titres "Tell Her Tonight", le deuxième single au riff entêtant "Take me Out" , et "The Dark of the Matinee", dans leur syle disco-rock, sont tout bonnement extraordinaires. "Tell her tonight" fait penser au "Heart of Glass" ou au "Atomic" de Blondie, et le son de guitare rappelle parfois Elastica. Le voix de Kapranos sur "The Dark of the Matinee" est superbement fragile, et le refrain est énorme. En fin d’album, "Michael " et "Come on Home" ont des mélodies presque aussi bonnes. Et tout le reste de l’album est excellent, pas de baisse de régime sauf peut-être pour le dernier titre. Sur "Come on Home", la voix magnifique et vulnérable de Kapranos la un petit côté Jarvis Cocker. (d’autant plus que leur style dandy, un peu précieux, les rapproche).

A noter que les paroles sont assez marquantes : la scansion "This fire is out of control, We’re gonna burn this city" issue de "This Fire", et "You can feel my lips undress your eyes" , belle phrase provenant du premier single “Darts of Pleasure”, trottent dans ma tête depuis la première écoute de cette petite merveille.

Je qualifierai donc ce debut album de Superfantastisch. Par contre, je ne sais si ce disque résistera à de nombreuses écoutes… avec un peu de recul, il me semble que l’album apparaîtra moins bon. C’est plutôt normal pour de la musique dansante.

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album You Could Have It So Much Better de Franz Ferdinand
Franz Ferdinand parmi une sélection de singles (juin 2006)
La chronique de l'album Tonight : de Franz Ferdinand
La chronique de l'album Always Ascending de Franz Ferdinand
Franz Ferdinand en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Franz Ferdinand en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
Franz Ferdinand en concert au Festival La Route du Rock 2006 (dimanche)
Franz Ferdinand en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Franz Ferdinand en concert à L'Aéronef (16 mars 2009)
Franz Ferdinand en concert à l'Olympia (17 mars 2009)
Franz Ferdinand en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Franz Ferdinand en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Franz Ferdinand en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Franz Ferdinand en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009) - 2ème
Franz Ferdinand en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Dimanche
Franz Ferdinand en concert au Festival Rock en Seine 2013 (vendredi 23 août 2013)
Franz Ferdinand en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #26 (édition 2014) - Samedi
Franz Ferdinand en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2014 - Vendredi
Franz Ferdinand en concert au Festival Cabaret Vert #13 (édition 2017) - Samedi 26 août
Franz Ferdinand en concert à Music Festival Reims La Magnifique Society #3 (édition 2019)
Franz Ferdinand en concert à Music Festival Reims La Magnifique Society #3 (édition 2019) Vendredi 14 juin
La vidéo de DVD par Franz Ferdinand
La conférence de presse de Franz Ferdinand (24 avril 2004)


Jardin de pieuvres         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=