Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kissogram - Franz Ferdinand
L'Aéronef  (Lille)  16 mars 2009

On a beaucoup parlé du "changement de registre" de Franz Ferdinand à l'occasion de son troisième album, qui aurait vu le quatuor délaisser le rock qu'il avait presque réinventé en 2004 pour une musique plus électronique, plus dansante. Plan com' aux petits oignons ou véritable revirement musical de la formation écossaise ?

On a beau le retourner dans tous les sens, ce Tonight : Franz Ferdinand, disséquer la métamorphose iconographique, relire les interviews d'Alex Kapranos, chanteur et porte-parole du groupe, on n'arrive pas à trancher défintivement la question. Quelle autre solution alors que d'aller vérifier par soi-même ? C'est dans cet esprit que je me suis précipité à l'Aéronef de Lille ce 16 mars 2009, ravi d'avoir trouvé au coupable désir d'une soirée de concert un prétexte journalistique.

Pourtant, l'affaire n'a pas été facile à élucider. Premier élément troublant : Kissogram, la formation que Franz Ferdinand a choisi pour assurer sa première partie tout au long de sa tournée. Trio berlinois ayant débuté, comme duo, sous un nom ou d'autres, en plein coeur de la scène techno underground, puis évolué vers des compositions électro-rock aux couleurs new-wave, néo-industrielles et synthétiques, avec peut-être quelques touche de brit-pop et de ska.

Sur scène, un batteur, un bricoleur derrière ses machines et un chanteur-guitariste, qui partage avec un grand affichage lumineux au nom du groupe la difficile tâche de remplir l'espace.

Dansante, pour ne pas dire sautillante, leur musique participe du même brouillage de piste que l'on était justement venu élucider chez Franz Ferdinand. On n'est donc pas plus avancé, mais il faut reconnaître que l'on passe un excellent moment en leur compagnie – et le public ne sera pas avare d'applaudissements.

Après le changement de plateau rituel, les quatre écossais entrent en scène pour ouvrir le concert sur "Do you want to ?", le grand tube de leur deuxième album (You could have it so much better with Franz Ferdinand). Une façon de s'ancrer encore dans le passé ?

De fait, il faut reconnaître que la setlist n'a rien du classique promo tour mais équilibre plutôt bien les différentes étapes de l'histoire musicale de la formation. Ainsi, sur les dix-sept titres joués ce soir-là, six seulement sont extraits du dernier album, le reste se répartissant équitablement entre les deux premiers opus du groupe, qui égrène sur scène son inépuisable répertoire de tubes, sous les exclamations d'un public satisfait : "Do you want to", on l'a dit, mais aussi : "Dark of the matinee", "Auf Achse", "Michael", "The Fallen", "Walk away", "Take me out", "This Fire"... Bien sûr, l'absence de "Jacqueline" a quelque chose de scandaleux, mais les succès s'enchaînent de façon si serrée qu'il est difficile de ne pas être convaincu.

Et le nouvel album, le nouveau son de Franz Ferdinand ? Il faudra attendre le sixième morceau pour pouvoir y jeter une oreille avec "Twilight Omens". Et là, force est de reconnaître que c'est un véritable tour de force qu'ont accompli les écossais : celui d'enrichir leur musique d'un horizon clubbesque, électronique, sans pour autant jamais sortir du rock, ni perdre leurs couleurs distinctive.

Franz Ferdinand s'est mué en monstre impossible, résultat d'une hybridation risquée. Ils perdent en effet sur scène de cette précision un peu glaciale qui fait sur disque tout leur style, pour gagner une certaine urgence un peu brouillonne qui les rapprocherait de groupes comme les Kinks ou les Who, ces gentils rebelles en costumes. Mais, d'un autre côté, Alex Kapranos ou Nick McCarthy, le guitariste, abandonnent parfois leurs instruments pour aller se pencher sur un clavier Moog d'où ils tirent des sonorités très différentes. Pour preuve, le final électro-apocalyptique de "Lucid Dreams", presque technoïdal, sur lequel le groupe fera sa sortie, juste avant le rappel de rigueur.

Franz Ferdinand n'a pas changé de route. Il a simplement su s'enrichir de nouvelles sonorités, prendre la liberté d'ouvrir un peu plus largement l'horizon du rock. "Ulysses", single incontournable et premier titre du rappel ce soir-là, en est l'exemple parfait.

Sous les images arty d'un écran géant, fragments démultipliés de musiciens, oscillations fractales psychédéliques, ou images live du public, c'est cette nouvelle liberté qu'exploite le groupe, qui se permet de passer d'un registre à un autre sans jamais perdre son identité propre, ayant réussi à apprivoiser sans effort apparent des univers très différent. Avec une belle énergie, la formation emmène ainsi derrière elle un public ravi, qu'elle fait chanter et danser avec une facilité insolente.

C'est donc un concert de rock en bonne et due forme qu'a donné ce soir son altesse Franz Ferdinand, fidèle à sa réputation. Un concert tout en énergie, générosité et simplicité, avec ses mélodies acrobatiques, ses assauts électriques, léger comme le rock lui-même, cet insouciant, qui s'achèvera en beauté, sur une version explosive de "This fire" – suivie par une très réelle évacuation de la salle pour alerte incendie. Ça ne s'invente pas.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Kissogram en concert à l'Olympia (17 mars 2009)
La chronique de l'album eponyme de Franz Ferdinand
La chronique de l'album You Could Have It So Much Better de Franz Ferdinand
Franz Ferdinand parmi une sélection de singles (juin 2006)
La chronique de l'album Tonight : de Franz Ferdinand
La chronique de l'album Always Ascending de Franz Ferdinand
Franz Ferdinand en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Franz Ferdinand en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
Franz Ferdinand en concert au Festival La Route du Rock 2006 (dimanche)
Franz Ferdinand en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Franz Ferdinand en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Franz Ferdinand en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Franz Ferdinand en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Franz Ferdinand en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009) - 2ème
Franz Ferdinand en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Dimanche
Franz Ferdinand en concert au Festival Rock en Seine 2013 (vendredi 23 août 2013)
Franz Ferdinand en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #26 (édition 2014) - Samedi
Franz Ferdinand en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2014 - Vendredi
Franz Ferdinand en concert au Festival Cabaret Vert #13 (édition 2017) - Samedi 26 août
Franz Ferdinand en concert à Music Festival Reims La Magnifique Society #3 (édition 2019)
Franz Ferdinand en concert à Music Festival Reims La Magnifique Society #3 (édition 2019) Vendredi 14 juin
La vidéo de DVD par Franz Ferdinand
La conférence de presse de Franz Ferdinand (24 avril 2004)

En savoir plus :
Le Myspace de Kissogram
Le site officiel de Franz Ferdinand
Le Myspace de Franz Ferdinand

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=