Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alain Bashung
Fantaisie Militaire  (Barclay)  janvier 2009

Comment expliquer, décrire cet album, monument de la chanson/rock français. Vraiment pas loin de la beauté du Melody Nelson de Gainsbourg, que Bashung adulait d’ailleurs.

Un album incroyable où les notes de guitares lancinantes/planantes et les cordes magistrales ne font qu’un, où les sons inquiétants au synthé marquent, et surtout où la voix de Bashung est plus troublante et émouvante que jamais.

Fantaisie Militaire (1998) arrive à la fin du siècle dernier, dans un climat de profonde mélancolie, de doute affectif et tergiversations diverses que l’on sent bien dans sa musique sur cette galette dorée. De plus, cet album bénéficie d’une production et d’arrangements magistraux. Ici le rock, la chanson française, la musique classique fusionnent et de ce mélange beaucoup d’artistes essayeront de s’inspirer, en vain évidemment, à l’exception peut-être Des visages des figures, le dernier album sombre et beau de Noir Désir, jusque dans les arrangements de cordes et guitares. Alors bien sûr, il est malheureusement facile de le dire aujourd’hui, ce disque demeure l’album le plus abouti de l’auteur des Vertiges de l’amour.

Déjà, sur "Malaxe", où il évoque une déchirure (pas musculaire, affective), l’atmosphère y est sombre, comme l’illustre bien cet orgue au son lourd et ces accords de guitare amplifiés, mais le père Bashung pose sa voix de velours, grandiose et chargée d’émotion sur un morceau bien intense. Avec ces paroles, "J’ai fait la cour à des murènes, j’ai fait l’amour, j’ai fait le mort...", le poète alsacien se fait une gymnastique des mots et des vers et joue avec les phrases sur "La nuit je mens" qui est finalement l’un des morceaux les plus accessibles de l’album, par son aspect mélodieux, embelli de violons aériens.

"Fantaisie militaire" est un morceau dantesque, qui monte en pression, en intensité. Sa structure est juste incroyable, quelques notes de piano en boucle pour démarrer puis l’orgue lourd, du gros son aux synthés, de grosses guitares hurlantes, et Bashung qui s’écrie "Soldat, sans joie, va déguerpir, l’amour t’a faussé compagnie", on sent le propos violent.

Au quatrième morceau, on rentre dans une ère un peu plus synthétique, et il est question de mort et de futur dans "2043", morceau étrange un brin trip hop, fait de sons spatiaux, percus obsédantes, petites reverb sur les guitares, bien envoûtant en tout cas. Et comment expliquer "Mes prisons", qui démarre très très rock et s’achève par un intermède de musique classique, quelle originalité ! "Ode à la vie", bien rythmé également, assez electro, avant le très barré samuel hall.

Sur fond de boîte à rythme scotchante, ce titre très électro parle de "Samuel Hall", personnage sombre et haineux, le ton de la voix est inquiétant, tout comme les nappes de guitares. Tandis que le très touchant "Aucun express" est un magnifique morceau au synthé et cordes qui évoque une séparation chère à Bashung. Le père de "Gaby oh Gaby" s’aventure vers des sonorités arabisantes sur l’envoûtrippant "Au pavillon des lauriers", histoire de faire un tour dans ses racines kabyles.

En point d’orgue de ce somptueux programme, "Sommes-nous" et "Angora" sont un peu plus épurés et Monsieur Alain asseoit son fragile organe vocale sur des mélodies douces.

On ressort de l’écoute de cet album enchanté, troublé, conquis en ayant le sentiment que le poète s’est élargi vers des horizons vastes, le trip hop, le classique, le rock toujours, la world music tout en gardant la même base commune, la mélancolie, fil conducteur de l’album dans un enrobage de production minitieuse et travaillée.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Bleu Pétrole de Alain Bashung
Alain Bashung en concert au Festival Artrock 2004
Alain Bashung en concert au Festival Solidays 2004 (vendredi)
Alain Bashung en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (vendredi)
Alain Bashung en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2008 - Dimanche
Alain Bashung en concert au Festival Fiesta des Suds

En savoir plus :
Le site officiel d'Alain Bashung
Le Myspace d'Alain Bashung
Le Facebook d'Alain Bashung


Yannick Maquenhen         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=