Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alain Bashung
Fantaisie Militaire  (Barclay)  janvier 2009

Comment expliquer, décrire cet album, monument de la chanson/rock français. Vraiment pas loin de la beauté du Melody Nelson de Gainsbourg, que Bashung adulait d’ailleurs.

Un album incroyable où les notes de guitares lancinantes/planantes et les cordes magistrales ne font qu’un, où les sons inquiétants au synthé marquent, et surtout où la voix de Bashung est plus troublante et émouvante que jamais.

Fantaisie Militaire (1998) arrive à la fin du siècle dernier, dans un climat de profonde mélancolie, de doute affectif et tergiversations diverses que l’on sent bien dans sa musique sur cette galette dorée. De plus, cet album bénéficie d’une production et d’arrangements magistraux. Ici le rock, la chanson française, la musique classique fusionnent et de ce mélange beaucoup d’artistes essayeront de s’inspirer, en vain évidemment, à l’exception peut-être Des visages des figures, le dernier album sombre et beau de Noir Désir, jusque dans les arrangements de cordes et guitares. Alors bien sûr, il est malheureusement facile de le dire aujourd’hui, ce disque demeure l’album le plus abouti de l’auteur des Vertiges de l’amour.

Déjà, sur "Malaxe", où il évoque une déchirure (pas musculaire, affective), l’atmosphère y est sombre, comme l’illustre bien cet orgue au son lourd et ces accords de guitare amplifiés, mais le père Bashung pose sa voix de velours, grandiose et chargée d’émotion sur un morceau bien intense. Avec ces paroles, "J’ai fait la cour à des murènes, j’ai fait l’amour, j’ai fait le mort...", le poète alsacien se fait une gymnastique des mots et des vers et joue avec les phrases sur "La nuit je mens" qui est finalement l’un des morceaux les plus accessibles de l’album, par son aspect mélodieux, embelli de violons aériens.

"Fantaisie militaire" est un morceau dantesque, qui monte en pression, en intensité. Sa structure est juste incroyable, quelques notes de piano en boucle pour démarrer puis l’orgue lourd, du gros son aux synthés, de grosses guitares hurlantes, et Bashung qui s’écrie "Soldat, sans joie, va déguerpir, l’amour t’a faussé compagnie", on sent le propos violent.

Au quatrième morceau, on rentre dans une ère un peu plus synthétique, et il est question de mort et de futur dans "2043", morceau étrange un brin trip hop, fait de sons spatiaux, percus obsédantes, petites reverb sur les guitares, bien envoûtant en tout cas. Et comment expliquer "Mes prisons", qui démarre très très rock et s’achève par un intermède de musique classique, quelle originalité ! "Ode à la vie", bien rythmé également, assez electro, avant le très barré samuel hall.

Sur fond de boîte à rythme scotchante, ce titre très électro parle de "Samuel Hall", personnage sombre et haineux, le ton de la voix est inquiétant, tout comme les nappes de guitares. Tandis que le très touchant "Aucun express" est un magnifique morceau au synthé et cordes qui évoque une séparation chère à Bashung. Le père de "Gaby oh Gaby" s’aventure vers des sonorités arabisantes sur l’envoûtrippant "Au pavillon des lauriers", histoire de faire un tour dans ses racines kabyles.

En point d’orgue de ce somptueux programme, "Sommes-nous" et "Angora" sont un peu plus épurés et Monsieur Alain asseoit son fragile organe vocale sur des mélodies douces.

On ressort de l’écoute de cet album enchanté, troublé, conquis en ayant le sentiment que le poète s’est élargi vers des horizons vastes, le trip hop, le classique, le rock toujours, la world music tout en gardant la même base commune, la mélancolie, fil conducteur de l’album dans un enrobage de production minitieuse et travaillée.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Bleu Pétrole de Alain Bashung
Alain Bashung en concert au Festival Artrock 2004
Alain Bashung en concert au Festival Solidays 2004 (vendredi)
Alain Bashung en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (vendredi)
Alain Bashung en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2008 - Dimanche
Alain Bashung en concert au Festival Fiesta des Suds

En savoir plus :
Le site officiel d'Alain Bashung
Le Myspace d'Alain Bashung
Le Facebook d'Alain Bashung


Yannick Maquenhen         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=