Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gagadilo - Les Ogres de Barback
Le Fil  (Saint-Etienne)  12 mars 2009

Accompagné par une petite troupe de potes au franchissement de la porte, j'entre dans l'antre (!) si prisée ce soir-ci, et ressens cette délicieuse ambiance festive déjà créée par ces futurs protagonistes de l'ombre que sont les spectateurs.

Gagadilo, groupe aux forts accents cuivrés, s'occupe de la première partie. Souvenez-vous, je vous avais parlé d'eux lors de leur performance dans la première édition de l'envers du Fil. Pour vous donner des nouvelles donc, sachez qu'ils vont très bien !

Leur musique est toujours aussi joyeuse et entraînante, l'assurance scénique est assumée et les sourires se propagent de la scène jusqu'aux moindres recoins de la salle. Décollage réussi !

La foule en veut encore et la formation nous offre un véritable final... En fanfare ! Gaité, bonheur, joie... Merci, c'était très bon ! Pour un peu, j'en aurai presque dansé (mais je ne sais toujours pas ce que j'ai bien pu faire de ce fichu balai ?!?).

Puis l'entracte, la pause entre les deux formations. Je dois avouer qu'il s'agit là d'une des entractes les plus réussies qu'il me soit arrivé de vivre. Tout était génial ! Le retour de la lumière dans la salle, intervenant tout-pile vingt-trois secondes après que le dernier musicien de Gagadilo ait quitté la scène ; les gens qui se répartissaient à une vitesse moyenne de trente-six pas à la minute, de la grande salle au bar, aux toilettes, voire même à l'extérieur pour s'adonner à une pause cigarette ; un brouhaha moyen mesuré à cinquante quatre décibels ; le tout, dans une désorganisation quasiment parfaite. Bravo à tous ceux qui ont oeuvré pour ce magnifique et somptueux spectacle. Merci, mille fois merci ! C'était formidable, je n'oublierai jamais...

Mais soudain, une sorte de frémissement devient palpable. Un frissonnement incertain parcourant la foule se fait ressentir. Le vent a interrompu sa course folle qui faisait vaciller jusqu'alors les feuilles dans les branches d'arbres bourgeonnants en cette saison dans la plaine du Forez qui s'extirpait douloureusement d'un rude hiver. Même les oiseaux avaient décidé de cesser leurs stridents sifflotements. Voici Les Ogres de Barback !

Bon, en fait lorsqu'ils ont débuté, j'étais en train de finir mon mégot dehors. Mais laissez-moi vous raconter un peu le reste du concert de ce groupe que je qualifierai d'emblée comme – que ça devrait même pas être permis que ça existe tellement c'est bien ! Une fraterie, deux frères, deux soeurs. Tous musiciens, et tous musiciens... multi-instumentistes, comme ont dit, je crois.

Mais là, lorsque les personnes en question, jouent chacun d'une dizaine d'instruments, faut inventer un nouveau mot. A partir de là, vous comprendrez que les possibilités sont nombreuses, voire infinies.

Un coup j'te fais un morceau avec le chanteur à la guitare, une frangine au piano, l'autre à la contre-basse et le frère à l'accordéon... Et puis, le jeu s'installe : "Passe-moi la caisse claire, moi j'te donne le violon ; tiens, je jouerai bien un peu de scie, tu n'auras plus qu'à prendre le trombone à coulisse... Et si on faisait tous de la guitare ! Et si on jouait tous de l'accordéon !"

Non d'une pipe en terre ! (rose !) Ai-je envie de m'esclaffer. Pardonnez-moi cette prolifération de points d'exclamation... Mais c'était tellement bon ! Et je regrette amèrement, à cet instant précis, d'avoir usé tous mes plus beaux superlatifs dans de précédentes chroniques !

Les Ogres de Barback ne passent pas ou peu à la radio. Ils ont la réputation d'être un sacré groupe de scène. Et c'est vrai. Je n'avais jamais eu l'occasion de les voir jusqu'à cette fois et j'ai passé un très très très très très bon moment! Je vous déconseille donc chaleureusement et très sincèrement de ne pas aller à leur rencontre...

Pour conclure (et parce que c'est un ami !), je vous rapporterai ici les propos dithyrambiques d'un de nos plus fameux chroniqueurs stéphanois, Icos, qui déjà en 1999 après Jésus Christ, écrivait dans la revue devenue désormais mythique L'oeil du Troll : "Les Ogres de Barback, c'est mieux que Johnny !"

Voilà, je crois que tout est dit... Alors, je ne sais pas vous, mais pour ma part, je leur dis "A très bientôt !" Car sait-on jamais où les vents nous mènent...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Gagadilo en concert à B R OAD WAY - Quatuor Pli - Gagadilo - Jerri - L'Armée des Ombres - Mick est tout seul (29 octobre 2008)
La chronique de l'album Terrain Vague des Ogres de Barback
Les Ogres de Barback en concert au Cirque Royal (8 mai 2004)
Les Ogres de Barback en concert au Festival des Terre Neuvas 2005 (dimanche)
Les Ogres de Barback en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
Les Ogres de Barback en concert au Festival Les 3 éléphants
Les Ogres de Barback en concert au Festival du Bout du Monde
Les Ogres de Barback en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Les Ogres de Barback en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - vendredi
Les Ogres de Barback en concert au Festival Jardin du Michel #10 (édition 2014)
L'interview des Ogres de Barback (mai 2004)
L'interview des Ogres de Barback (13 octobre 2005)

En savoir plus :
Le site officiel de Gagadilo
Le Myspace de Gagadilo
Le site officiel des Ogres de Barback
Le Myspace des Ogres de Barback

Crédits photos : Sébastien Barriol (Toute la série sur Taste of Indie)


17         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=