Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Piano Magic
The troubled sleep of Piano Magic  (Green Ufos)  janvier 2004

On ne s’attardera pas autour des anecdotes qui entourent la sortie de ce cinquième véritable album de Piano Magic, que ce soient les changements incessants du line-up pour épouser au plus près les ambitions musicales de Glen Johnson, ou les changements de label qui les font atterrir ici sur le très confidentiel label espagnol Green Ufos d’où une distribution avec peu de moyens (promotion bénévole en France par monopsone pour illustration).

Au final le disque est relativement difficile à trouver de ce côté des pyrénées (à ma connaissance on ne peut commander à la fnac que l’import japonais hors de prix… en même temps qui achète ses disques à la fnac… en même temps qui achète encore des disques, mais c’est un autre sujet beaucoup plus glissant).

Pour se limiter à l’essentiel, la question que dès lors le lecteur se pose légitimement revient à : compte tenu de l’effort à fournir pour mettre la main sur l’album, peut on pour une fois faire l’impasse sans état d’âme? Malheureusement non, l’album est véritablement excellent. On regrette de ne pas avoir pu le trouver au moment de sa sortie officielle en décembre, il aura fini sans un doute au pinacle du tradionnel classement de fin d’année. Un des tout meilleurs de Piano Magic, c’est dire !

Sur le dernier album Writers without homes, un titre se démarquait très nettementt du lot, le beau à pleurer "Music won’t save you from anything but Silence". Le nouvel album est ainsi plus passionnant dans son ensemble que le précédent notamment parce que l’on s’y perd moins et que les titres brûlants y sont plus nombreux. Vient en tête l’épique "Speed the Road, Rush the Lights" (que les fans ont déjà pu rencontrer sur un précédent EP ou en concert) dans ce que fait de mieux le groupe quand tour à tour il se confie et s’embrase. Une démonstration monumentale.

Ensuite les titres fabuleux se bousculent au portillon comme sur peu d’albums (même de Piano Magic) : "The End of a Dark Tired Years" un des hymnes les plus violents et noirs de la discographie du groupe, ou "Sainte Marie", qui entame le disque, classique et magnifique en toute simplicité, ou encore le spleen fragile du duo "The Toolbooth Martyrs"…

Au final c’est creux à dire mais chaque titre à sa vie propre et touche avec justesse. C’est même frappant cette bizarrerie qui fait que le groupe est parmi les meilleurs aussi bien dans son registre épique que dans ses morceaux plus tourmentés mélancoliques et assagis voire dans un format de chanson presque classique, et surtout que tout cela forme un univers homogène et intime à la grâce trouble. Un groupe unique, sans aucun doute.

Aux voix, Glen Johnson est sidérant de justesse, de retenue et de mélancolie habitée. En ce qui concerne la voix féminine je suis un peu moins convaincu par Angèle David-Guillou (Klima) notamment sur "The Unwritten Law" et "Comets" (dans une moindre mesure), dont l’interprétation n’est pas forcement ce qui s’associe le mieux à l’univers de Piano Magic, un peu trop neutre peut être par rapport à l’ambiguité et le trouble des morceaux. La vulnérabilité passionnelle de Glen Johnson à la limite de la chute mais sans emphase est arrivée quant à elle à une parfaite adéquation avec ses compositions. C’est peut être ceci qui fait qu’aussi peu de titres ici ne sont pas sidérants, à la différence là encore du précédent album un peu décevant à cause de certains tunnels fumeux. Tout est à sa place, dans un ordonnancement inédit mais naturel.

Certes il y a la tentation de croire que Piano Magic s’est enfermé dans un recette, tant ce son saturé de delays est reconnaissable en un instant, mais n’y croyez pas un seul instant : chaque titre reste une expérimentation et le groupe ne se reposera sans doute jamais sur son acquis (d’autant plus si les rumeurs se confirment qu’il s’agirait du dernier album du groupe) pour évoluer dans des contrées abandonnées dont ils établissent seuls la cartographie (cf. pochette).

Ainsi dans le cadre des expérimentations atypiques et réussies on trouve "Luxembourg Gardens". Une voix d’opéra annonce l’entrée d’une basse vombrissante et d’un arpège cristallin (lui typiquement "à la Piano Magic") sur laquelle un duo entre G. J. et A. D.-G. sombre et hypnotique s’installe entouré de nappes et tacheté d’explosions (mais celles-ci non "à la piano magic" si vous me suivez encore), un rendu opressant et possédé devant lequel on s’abandonne.

Dans le cadre plus large du renouvellement musical il faut aussi noter les petites touches "électronique" qui enrichissent les sons et font pétiller l’imagination sans dénaturer le charme fragile de la musique du groupe. Sincèrement cela en est étonnant ce que le disque est bon. Jamais égalé mais jamais copié, le groupe renouvelle un genre, qu’on s’ingénie à nous dire refermé sur lui même et moribond, en nous livrant un nouvel opus indispensable et rare.

Un album considérable d’un groupe qui mérite le mythe qui l’entoure.

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Disaffected de Piano magic
La chronique de l'album Ovations de Piano Magic
La chronique de l'album Life has not finished with me yet de Piano Magic
Piano Magic en concert au Nouveau Casino (27 octobre 2005)
L'interview de Piano Magic (28 février 2005)


Loopkin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 juin 2019 : Un festival de festivals

On vous parle bientôt du Hellfest, on vous parle déjà du Magnifique Society, on va partir au festival de Beauregard... bref, c'est l'été, la saison des festivals et on va vous tenir compagnie tout l'été, histoire de vous rafraichir les idées pendant que votre corps suera à grandes eaux sous le soleil caniculaire. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Une clairère" de Jérôme Minière
"Cheval fou" de Marie Claire Buzy
"Le pas de côté" de Matthieu Malon
"Trust in the Lifeforce of the Deep Mystery" de The Comet Is Coming
"Years to burn" de Calexio & Iron and Wine
"Tutto va vene" de Alex Rossi
"The coffin train" de Diamond Head
"Black Haze" de Lloyd
Compte rendu du Magnifique Society à Reims :
- Vendredi avec Delgrès, Franz Ferdinand, The Fat White Family...
- Samedi avec Pond, Bagarre, Sebastian etc.

et toujours :
"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Why ?" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Evaporés" au Théâtre de la Tempête
"Elle voit des nains partout !" au Café de la Gare
"Nous deux et personne d'autre" au Lavoir Moderne Parisien
"Roger, Roger et Roger" au Café de la Gare
"Olympicorama - Epreuve n°2 : Le disque" à la Grande Halle de La Villette
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Natan, le fantôme de la rue Francoeur" de Francis Gendron
Oldies but Goodies avec "L'Age d'or" de Luis Bunuel
et la chronique des films à l'affiche en juin

Lecture avec :

"Avis de décès" de Zhou Haohui
"L'évasion du siècle" de Brendan Kemmet
"La lame" de Frédéric Mars
"La solitude Caravage" de Yannick Haenel
"Malamorte" de Antoine Albertini
et toujours :
"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=