Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Piano Magic
The troubled sleep of Piano Magic  (Green Ufos)  janvier 2004

On ne s’attardera pas autour des anecdotes qui entourent la sortie de ce cinquième véritable album de Piano Magic, que ce soient les changements incessants du line-up pour épouser au plus près les ambitions musicales de Glen Johnson, ou les changements de label qui les font atterrir ici sur le très confidentiel label espagnol Green Ufos d’où une distribution avec peu de moyens (promotion bénévole en France par monopsone pour illustration).

Au final le disque est relativement difficile à trouver de ce côté des pyrénées (à ma connaissance on ne peut commander à la fnac que l’import japonais hors de prix… en même temps qui achète ses disques à la fnac… en même temps qui achète encore des disques, mais c’est un autre sujet beaucoup plus glissant).

Pour se limiter à l’essentiel, la question que dès lors le lecteur se pose légitimement revient à : compte tenu de l’effort à fournir pour mettre la main sur l’album, peut on pour une fois faire l’impasse sans état d’âme? Malheureusement non, l’album est véritablement excellent. On regrette de ne pas avoir pu le trouver au moment de sa sortie officielle en décembre, il aura fini sans un doute au pinacle du tradionnel classement de fin d’année. Un des tout meilleurs de Piano Magic, c’est dire !

Sur le dernier album Writers without homes, un titre se démarquait très nettementt du lot, le beau à pleurer "Music won’t save you from anything but Silence". Le nouvel album est ainsi plus passionnant dans son ensemble que le précédent notamment parce que l’on s’y perd moins et que les titres brûlants y sont plus nombreux. Vient en tête l’épique "Speed the Road, Rush the Lights" (que les fans ont déjà pu rencontrer sur un précédent EP ou en concert) dans ce que fait de mieux le groupe quand tour à tour il se confie et s’embrase. Une démonstration monumentale.

Ensuite les titres fabuleux se bousculent au portillon comme sur peu d’albums (même de Piano Magic) : "The End of a Dark Tired Years" un des hymnes les plus violents et noirs de la discographie du groupe, ou "Sainte Marie", qui entame le disque, classique et magnifique en toute simplicité, ou encore le spleen fragile du duo "The Toolbooth Martyrs"…

Au final c’est creux à dire mais chaque titre à sa vie propre et touche avec justesse. C’est même frappant cette bizarrerie qui fait que le groupe est parmi les meilleurs aussi bien dans son registre épique que dans ses morceaux plus tourmentés mélancoliques et assagis voire dans un format de chanson presque classique, et surtout que tout cela forme un univers homogène et intime à la grâce trouble. Un groupe unique, sans aucun doute.

Aux voix, Glen Johnson est sidérant de justesse, de retenue et de mélancolie habitée. En ce qui concerne la voix féminine je suis un peu moins convaincu par Angèle David-Guillou (Klima) notamment sur "The Unwritten Law" et "Comets" (dans une moindre mesure), dont l’interprétation n’est pas forcement ce qui s’associe le mieux à l’univers de Piano Magic, un peu trop neutre peut être par rapport à l’ambiguité et le trouble des morceaux. La vulnérabilité passionnelle de Glen Johnson à la limite de la chute mais sans emphase est arrivée quant à elle à une parfaite adéquation avec ses compositions. C’est peut être ceci qui fait qu’aussi peu de titres ici ne sont pas sidérants, à la différence là encore du précédent album un peu décevant à cause de certains tunnels fumeux. Tout est à sa place, dans un ordonnancement inédit mais naturel.

Certes il y a la tentation de croire que Piano Magic s’est enfermé dans un recette, tant ce son saturé de delays est reconnaissable en un instant, mais n’y croyez pas un seul instant : chaque titre reste une expérimentation et le groupe ne se reposera sans doute jamais sur son acquis (d’autant plus si les rumeurs se confirment qu’il s’agirait du dernier album du groupe) pour évoluer dans des contrées abandonnées dont ils établissent seuls la cartographie (cf. pochette).

Ainsi dans le cadre des expérimentations atypiques et réussies on trouve "Luxembourg Gardens". Une voix d’opéra annonce l’entrée d’une basse vombrissante et d’un arpège cristallin (lui typiquement "à la Piano Magic") sur laquelle un duo entre G. J. et A. D.-G. sombre et hypnotique s’installe entouré de nappes et tacheté d’explosions (mais celles-ci non "à la piano magic" si vous me suivez encore), un rendu opressant et possédé devant lequel on s’abandonne.

Dans le cadre plus large du renouvellement musical il faut aussi noter les petites touches "électronique" qui enrichissent les sons et font pétiller l’imagination sans dénaturer le charme fragile de la musique du groupe. Sincèrement cela en est étonnant ce que le disque est bon. Jamais égalé mais jamais copié, le groupe renouvelle un genre, qu’on s’ingénie à nous dire refermé sur lui même et moribond, en nous livrant un nouvel opus indispensable et rare.

Un album considérable d’un groupe qui mérite le mythe qui l’entoure.

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Disaffected de Piano magic
La chronique de l'album Ovations de Piano Magic
La chronique de l'album Life has not finished with me yet de Piano Magic
Piano Magic en concert au Nouveau Casino (27 octobre 2005)
L'interview de Piano Magic (28 février 2005)


Loopkin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=