Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gérald Genty - Emily Loiseau
Salle Jacques Brel  (Pantin)  20 mars 2009

C’est en 2005, peu de temps avant la sortie de son premier album, que nous avons découvert Emily Loizeau. Elle donnait alors une série de concerts dans une toute petite salle parisienne (La Comedia, cinquante places à tout casser) ; nous y étions allés sur les conseils d’une amie, profitant de billets offerts.

Hormis quelques titres glanés sur Internet ("La Folie en Tête", "L’Autre Bout du Monde", "Je Suis Jalouse"), nous ne savions pas grand chose de cette artiste, et n’en attendions rien de particulier (syndrome "places gratuites", absence d’investissement égale manque d’enjeu réel).

Miracle : ce soir-là, nous avions été tout à fait éblouis par le charme de l’interprète et la richesse de ses chansons. En sortant, nous nous sommes précipités sur son disque (excellent "L’Autre Bout du Monde"), et avons suivi de près ses pérégrinations artistiques subséquentes.

Son deuxième album (Pays Sauvage, paru le mois dernier) nous ayant emballé, l’on attendait donc avec excitation de la revoir en scène. De préférence dans un endroit aux dimensions modestes, dans l’espoir d’y retrouver un peu de l’intimité qui nous avait séduit la première fois : le choix se porta donc sur Pantin (salle Jacques Brel), plutôt que l’Alhambra parisien.

Nous étions pourtant loin d’imaginer la tournure dramatique qu’allait prendre cette soirée : le concert s’avéra très en deçà de nos espérances, et l’on peut légitimement parler d’un "rendez-vous d’amour" manqué, boule dans la gorge et larmes aux yeux à la clé…

A cela, plusieurs raisons :

Primo, le choix de l’artiste en première partie. Le dénommé Gérald Genty, chanteur fantaisiste au bagout indéniable, a réussi à mettre la salle dans sa poche avec ses chansons-sketchs bon enfant et pleines d’esprit. Les deux registres, aux antipodes l’un de l’autre, eurent du mal à se connecter : Emily Loizeau, on ne peut plus sérieuse, peina à s’imposer après ce triomphe rigolard. Les musiciens durent s’en rendre compte, puisque l’un d’eux, stigmatisant la passivité du public, s’amusa à appeler "reviens, Gérald !" pour ironiser sur le manque d’ambiance patent.

Secundo, l’enchaînement des premiers titres ne nous a pas paru extrêmement judicieux. La belle artiste a commencé par "Le coeur d’un Géant" et "Fais Battre Ton Tambour", deux des morceaux les plus intenses du disque. En toute logique, le public diverti par le gentil Genty n’était pas prêt à entrer dans le vif du sujet : il y eut donc un pénible hiatus entre Emily Loizeau, en transe dès le début, et les spectateurs pas encore véritablement impliqués. Peut-être ces morceaux-là (merveilleux, au demeurant) seraient-ils mieux passés en milieu ou fin de concert, après une montée progressive de l’émotion.

On a pu également déplorer la quasi-absence des chansons de son premier album : à l’exception des deux titres en rappel, le récital a déroulé l’intégralité de Pays Sauvage… D’où une petite impression de monotonie, seulement rehaussée par une reprise de Tom Waits et deux morceaux rares issus du CD bonus (offert aux acheteurs de l’album à la Fnac), "That Little Something" et "Bigger Than That" (ce dernier aux délicieuses inflexions country-bastringue, pas loin de Marilyn Monroe période Rivière sans Retour, "I Gotta File My Claim", ce genre de choses…). Mais cela ne suffit pas à rompre la neurasthénie ambiante.

Enfin, le problème le plus important s’est situé au niveau du son : le volume, démesuré, interdisait quasiment toute subtilité à la chanteuse ; laquelle, dépassée par les décibels, se trouvait obligée de forcer ses cordes vocales pour s’imposer.

Un excès en entraînant un autre : ce fameux voile rauque sur la voix, si agréable lorsqu’elle l’utilise parcimonieusement, se trouvait alors sur-représenté, rendant le chant presque "gueulard", et très désagréable.

Seuls quelques rares moments d’intimité musicale (piano solo, ou musiciens en sourdine) lui permirent de déployer les charmes d’une voix enfin retrouvée : "La Lettre", "La Dernière Pluie", ou "I’m Alive". Trop peu, malheureusement, pour espérer sauver le concert…

Malgré ces réserves, on garde néanmoins une grande affection pour le deuxième album de la chanteuse (voir notre chronique publiée il y a quelques semaines), dont les chansons valent infiniment mieux que les pénibles versions qui nous furent présentées ce soir-là.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Hippopopopopopopopopopopotame de Gérald Genty
La chronique de l'album Là-Haut de Gérald Genty

En savoir plus :
Le Myspace de Gérald Genty
Le site officiel de Emily Loiseau
Le Myspace de Emily Loiseau


Nicolas Brulebois         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 septembre 2020 : On ira où tu voudras quand tu voudras

Cet été indien qui s'annonce n'est pas désagréable et apporte un peu de joie dans cette année bien triste. Plus modestement, voici notre sélection culturelle de la semaine pour vous réjouir, espérons-le, avec évidemment le traditionnel replay de la Mare Aux Grenouilles #10 toute fraiche

Du côté de la musique :

"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre
et toujours :
"Comme un ours" de Alexis HK
"Love songs" de Inflatable Dead Horse
"Charango" de Lisza
"Woman Soldier" de Morgane Ji
"Beethoven : Waldstrein & Hammerklavier" de Théo Fouchenneret

Au théâtre :

les nouveautés :
"Bananas (and the kings)" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le Nez" au Théâtre 13/Jardin
"Un conte de Noël" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Un Ennemi du peuple" au Théâtre de Belleville
les reprises :
"Edmond" au Théâtre du Palais Royal
"Une Ombre dans la nuit" au Théâtre du Guichet-Montparnasse

"Derniers coups de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Mon dîner avec Winston" au Théâtre du Rond Point
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Grand Point Virgule

"Alexandra Pizzagali - C'est dans la tête" au Théâtre du Marais
"Olivia Moore - Egoïste" à la Comédie de Paris
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Yves Klein, l'infini du bleu" à l'Atelier des lumières
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait" d'Emmanuel Mouret
"Adolescentes" de Sébastien Lifshitz
at home :
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'ete" de Lina Wertmüller
"Volt" de Tarek Ehlail
"Les Héritiers" de Marie-Castille Mention-Schaar
"Les Guichets du Louvre" de Michel Mitrani
"Chambre 666" de Wim Wenders
et des curiosités:
"Impressions de la Haute Mongolie (Hommage à Raymond Roussel)" de Salvador Dali
"The Confessions of Robert Crumb" de Terry Zwigoff
"L'Homme à la camréa" de Dziga Vertov

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen
et toujours :
"Churchill" de Andrew Roberts
"Des vies à découvert" de Babara Kingslover
"La chasse aux âmes" de Sophie Blandinières
"La discrétion" de Faiza Guene
"La grâce" de Thibault de Montaigu
"La préhistoire, vérités et légendes" de Eric Pincas
"Le lièvre d'Amérique" de Mireille Gagné
"Le monde du vivant" de Florent Marchet
"Qui sème le vent" de Marieke Lucas Rijneveld

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=