Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce William Elliott Whitmore - Alela Diane
L'Aéronef  (Lille)  1 avril 2009

Nouvelle égérie des grands noms de la presse musicale indépendante, Alela Diane, Menig de son nom civil, avait réussi une entrée des plus remarquées dans le panthéon de la musique folk avec son album The pirate's gospel – qu'il serait insultant de présenter encore à la bonne bouche mélomane.

Restait à voir, et à entendre, si la jeune femme, à pas encore tout à fait 26 ans, pourrait réitérer ce premier coup de maître et / ou lui donner vie jusque sur scène. Challenge relevé avec une nouvelle tournée, en l'honneur de To be still, son deuxième opus. Première date française : l'aéronef de Lille, ce mercredi 1er avril.

Pour assurer sa première partie tout au long de cette tournée, Alela Diane s'est adjoint les services de quelqu'un qui lui ressemble : William Elliott Whitmore. Relativement inconnu en France, il n'en est pourtant pas à son coup d'essai, puisqu'il s'était déjà rendu coupable de pas moins de six albums (tous parus chez Southern records) entre Octobre 2003 et Novembre 2007. C'est maintenant avec la complicité d'Anti-records qu'il publie Animals in the dark.

Seul en scène, à la guitare ou au banjo, il propose une musique simple comme la vie dans les parties les plus rurales de l'Iowa dont il est originaire.

L'homme sent la campagne, et les années 60. Il vit encore dans la ferme qui l'a vu naître, aime travailler la terre, élever des chevaux, des poulets. Il martèle le rythme du talon de ses bottes avec une force étonnante. Et sa voix est ensorcelante, légèrement éraillée mais chaude, comme vieillie prématurément ; profonde, puissante. On en relirait Jim Harrisson.

Plus ancrées dans le siècle, les chansons de son dernier album parlent du monde, du mal qui s'y cache parfois – dans la plus droite et typiquement américaine tradition de la folk protest song.

Avec des mots simples, il pointe du doigt les errances des puissants, les erreurs et dangers d'une politique. Avec un charisme saisissant et tout d'humilité, il ravira au public ses plus belles acclamations, pour un set court d'une demi-heure qui laisse courir son nom sur toutes les lèvres. De mon côté, je rêve qu'il s'amuse à reprendre "The pirate's gospel", titre phare de l'album éponyme.

Quant à Alela Diane, sa performance hésite en permanence entre le grand spectacle calibré et l'authenticité d'une rencontre toute d'intimité. On comparera ainsi sa façon, désarmante de simplicité, d'entrer seule en scène, de dire bonsoir, de jouer un morceau en s'accompagnant elle-même à la guitare – et la manière dont elle contraste avec l'entrée progressive de ses musiciens (son père à la guitare, une choriste, un batteur et un bassiste) entre chaque morceau, et la façon identique qu'ils auront de quitter la scène quelques chansons plus tard, qui rompent un peu le charme en laissant à voir comme tout cela est étudié.

Alors quoi ? Tout la simplicité affichée ne serait-elle que marketing ? La si cool jeune femme ne serait-elle que l'icône d'un revival hippie-folk pour bobo nostalgique ? On pourra toujours le soupçonner et se dire que le si grand succès, inattendu, du premier album aura éloigné la chanteuse de sa fraîcheur initiale.

Mais je ne suis pas persuadé, loin de là, que ce soit la vérité. Les quelques mots que la jeune femme, encore un peu intimidée malgré tout, ne manque pas de prononcer entre deux chansons, semblent sincères : elle est heureuse, d'être ici ; elle mène une vie incroyable, à l'autre bout du monde, des gens se déplacent en nombre juste pour venir l'entendre chanter. S'il y a une arnaque là-dessous, elle est d'une telle lucidité...

Bien sûr, le concert s'achèvera, après deux rappels, sur le titre le plus attendu (..."The pirate's gospel", vous l'aurez deviné) et ce déroulement a quelque chose d'un peu convenu. Mais peut-on reprocher à un artiste une certaine professionnalisation – sans lui souhaiter en même temps, du moins, l'échec commercial et médiatique ?

Bien sûr, on ne pourra s'empêcher de se dire que les gesticulations du batteur et du bassiste, en fond de scène, ont quelque chose d'exagéré, de surjoué même. Comme si on leur avait demandé d'apporter un peu de vie sur une scène bien raide. Mais à l'inverse, quelle froide étude scénographique aurait bien pu décider de laisser ainsi pendant d'interminables silences la choriste, qui passera parfois plusieurs minutes sans n'avoir rien à faire, un peu gauche et raide, finalement touchante derrière son pied de micro à l'avant de la scène ?

Bien sûr, finir après deux rappels, sur de pseudos-protestations, (style : "bon une toute dernière si vous insistez mais ça n'était vraiment pas prévu") et enchaîner sur le titre le plus attendu du concert (ce fameux Pirate's gospel) a forcément quelque chose d'artificiel. Mais le succès n'est-il pas un fardeau avec lequel il vaut mieux savoir composer, de peur qu'il ne vous écrase ? De fait, ce sont bien aux titres phares du premier album, joués en nombre que le public réagira le plus, quoi que "White as diamonds" et "To be still" remportent également bon nombre de suffrages.

Peut-être les plus puristes pourront-ils donc, s'ils y ont le coeur, trouver à se sentir volés du bain de sincérité, d'authenticité et d'intimité qu'ils étaient venu chercher, par centaines, aux pieds de la scène ce soir. Mais ceux qui s'intéressent avant tout à la musique devront bien reconnaître qu'Alela Diane les aura transportés.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The pirate's gospel de Alela Diane
La chronique de l'album To Be Still de Alela Diane
La chronique de l'album eponyme de Alela Diane & Wild Divine
La chronique de l'album About farewell de Alela Diane
La chronique de l'album Cold Moon de Alela Diane & Ryan Francesconi
Alela Diane en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Samedi)
Alela Diane en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Alela Diane en concert au Festival Les Vieilles Charrues (vendredi)
Alela Diane en concert au Festival Les Femmes S'en Mêlent #16 (jeudi 21 mars 2013)
L'interview de Alela Diane (5 mars 2011)
L'interview de Alela Diane (samedi 17 juin 2014)

En savoir plus :
Le Myspace de William Elliott Whitmore
Le site officiel de Alela Diane
Le Myspace de Alela Diane

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=