Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The White Stripes
Zenith  (Paris)  1er février 2004

Coup d'oeil dans le rétroviseur, deux ans et demi après la révélation au monde du désormais incontournable duo de Detroit tout de rouge et blanc vêtu. Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts, la sensation rock de la rentrée et des Inrocks 2001 n'a désormais plus grand chose à voir avec le groupe brut de décoffrage d'alors : Jack White se voit imprimé sur papier glacé dans la presse people, le dernier-né Elephant s'est vu dépoter par camions, et comble ultime, "Seven Nation Army", l'incontournable simple de 2003, passe en boucle sur des radios même pas respectables.

Côté scène, les incroyables prestations première époque ont trop souvent laissé place à de bons sets néanmoins un peu ampoulés (comme à l'Olympia en mai dernier), concessions au succès obligent ... d'où une certaine frustration. Tout comme Radiohead à l'automne dernier, quel peut être l'intérêt pour le fan de toujours de casser le mythe en se rendant à ce show du Zenith. Autant être clair, aucun.

Juste l'espoir d'assister à une renaissance, voire plus modestement d'écouter quelques bons morceaux. A peine rentré, la grande salle de la Vilette demeure fidèle à sa sinistre réputation, dénuée d'âme entre ses publicités pour Coca Cola et ses panneaux à l'effigie de RTL2.

Dans la grande tradition des premières parties de choix (Von Bondies, Whirlwind Heat ...), le premier groupe à jouer assure sévèrement. Encore un nouveau venu de la Motor City, il se prénomme Blanche, rappelle Calexico - probablement pour l'utilisation du banjo -, mais surtout le Gun Club et son emblématique leader trop tôt disparu : Jeffrey Lee Pierce. Simple et propre sur elle en apparence, la musique du quintet s'avère en réalité malsaine, obsédante et avant tout fascinante. La parution de leur premier album dans quelques mois est désormais attendue de pied ferme

. Ne restent ensuite plus que quelques minutes à patienter, au son de "Fire Of Love" du Gun Club justement avant de pouvoir tirer une (ultime ?) conclusion sur les faux frères et soeur de Detroit. Dernier - avant un bout de temps, comme le laissent supposer les ennuis judiciaires se profilant à l'horizon du leader - d'une tournée dédiée au Royaume-Uni, ce show des White Stripes, en forme de franche réussite, demeure (et demeurera certainement encore longtemps) un mystère complet. Le groupe s'est montré tranchant comme jamais, a retrouvé cette urgence faisant initialement sa force, ne cédant jamais à la facilité de satisfaire le public récent, complètement absorbé dans une folle réinterprétation de l'intégralité de son répertoire. Et le groupe de ressusciter nos classiques chéris semblant perdus à jamais : "Let's Shake Hands", "Astro", "Jimmy The Exploder", "Death Letter" et les non moins jouissifs "Hotel Yorba" , "Fell In Love With A Girl" (irrésistible), "We're All Gonna Be Friends" tout en réservant quelques surprises comme "Superstition" des Kills. "Elephant" n'a cependant pas été laissé sur la touche mais interprété avec classe : "In The Cold Cold Night" , "Blackmath" ...

Preuve suprême de la détermination du groupe, l'exécution en simple filler au milieu du set du tubuesque "Seven Nation Army" . Tout comme Noir Désir à l'automne 2002 en ces mêmes lieux, une partie non négligeable du public reste perplexe, complètement coite, donnant presque l'impression de s'être trompée de lieu, visiblement déroutée par un groupe qu'ils imaginaient autrement. Ultime concession (ou remerciement à un si nombreux public), "I Just Don't Know What To Do With Myself" pour finir.

Claque générale, chers amis snobeurs, c'est vraiment trop bête, comme souvent, vous avez eu tort de ne pas venir ...

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Elephant de The White Stripes
La chronique de l'album Get behind me Satan de The White Stripes
The White Stripes en concert à l'Olympia (22 mai 2003)
The White Stripes en concert au Festival Rock en Seine 2004
The White Stripes en concert au Festival Primavera Sound 2007 (jeudi)


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=