Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alexander Calder - Les années parisiennes 1926-1933
Centre Pompidou  (Paris)  Du 18 mars au 20 juillet 2009

L'exposition "Alexander Calder - Les années parisiennes 1926-1933" co-organisée par le Centre Pompidou et le Whitney Museum of American Art de New York est consacrée aux années considérées comme décisives du séjour parisien de l'ingénieur en génie mécanique reconverti à la peinture et au dessin dont l'œuvre sera la plus innovante du 20ème siècle dans l'art de la sculpture.

En effet, Calder est passé à la postérité avec ses fameux stabiles et mobiles en résolvant, avec la suspension, le problème du socle et de l'attache au mur et en inventant l'anti-sculpture.

Sous le commissariat conjoint de Brigitte Léal, conservatrice au Musée national d'art moderne et de Joan Simon, curatrice au Whitney Museum of American Art, la monstration permet d'approcher la genèse de son oeuvre et revêt un caractère exceptionnel notamment par la présentation d'oeuvres inédites ou rarement exposées en dehors de leur lieu de conservation.

Ainsi en est-il du "Cirque" que Calder a créé à Paris et avec lequel il divertissait ses proches puis avec lequel il assurait des spectacles publics avec "le peintre Foujita à l'habillage sonore, qui constituent l'ancêtre des performances artistiques.

Cette oeuvre qui n'a pas quitté le sol américain depuis 1982 et se revèle aujourd'hui encore, même à jamais inanimée, fascinante.

Le film de Jean Painlevé réalisé en 1955 et filmant Calder en action permet néanmoins d'avoir une idée de son fonctionnement.

Un américain à Paris : de "Animal Sketching" au "Drawing in space"

A Paris, Calder s'installe délibérément à Montparnasse, lieu de convergence des avant gardes internationales, où il rencontrera notamment Mondrian dont le travail s'avèrera déterminant. Le plasticisme de Mondrian sera à l'origine d'un choc esthétique qui induira le télescopage entre le dessin dans l'espace qu'il pratiquait et le vocabulaire de l'abstraction-création qui le rapproche notamment de Miro.

Et c'est ce choc qui va orienter l'évolution d'une recherche dont il avait déjà formulé les prémisses dans son livre "Animal Sketching", publié en 1926, dont un exemplaire original est présenté au deuxième niveau de l'exposition et qui a judicieusement fait l'objet d'une réédition par les Editions Dilecta.

Cette publication se présentait un manuel didactique à l'usage de celui qui entreprend de dessiner et posait des fondamentaux, dont sa conception du mouvement comme vecteur de la réalité.

Calder invente la sculpture vide en remplaçant le crayon sur le papier par le fil de fer dans l'espace avec lequel il va renouveler l'art du portrait et de la caricature qui lui vaudra le surnom de "Daumier du fil de fer".


Au mouvement statique, succède le mouvement mécanique, avec un ensemble jouets mobiles créés en 1927, puis des mobiles motorisés.

Enfin, moment attendu du public, les mobiles à mouvement libre ("Object with red dics") voient le jour et l'exposition permet également de découvir une oeuvre inédite au nombre des mobiles sonores avec "Small Sphere and Heavy Sphere".

Les années parisiennes de Calder sont fertiles et le parcours chronologique de l'exposition riche d'un corpus abondant de plusieurs centaines d'oeuvres et de documents qui restituent la magie poétique de ce géant.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de "Animal Sketching" de Alexander Calder
La chronique "Calder, l'impossible réalisé" de Alain Jouffroy

En savoir plus :

Le site officiel du Centre Pompidou

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Centre Pompidou


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=