Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dick Turner - Herman Dune
Le Fil  (Saint Etienne)  9 avril 2009

On ne s’est pas compris avec Dick Turner.
Comme embarqué dans une discussion avec un étranger qui ne partage pas ma langue et qui s’aide des mains, je le trouvais très sympathique, l’œil malicieux, la bouille charmante, mais… je ne le comprenais pas.

Remarquez, je pense que lui s’en fout. Venant de la musique contemporaine et artiste-peintre-plasticien par ailleurs, ses modes d’expression sont multiples et je ne pense pas que ses préoccupations soient strictement dans l’échange de mots…

De mon coté j’apprécie l’effort qui me permet d’entrer dans l’univers d’un artiste, et je ne recherche pas à tous prix la compréhension par les mots quand je regarde une toile, quand je vois un opéra-punk ou  un spectacle de danse. L’émotion a son intelligence propre et ses codes que chacun peut se construire.

Mais là, Dick Turner, armé de son trombone et de sa bande son sur CD, mais surtout de ses gestes et des expressions de visages, nous laissait entendre toute l’importance de ses textes et de son message… Imaginez Vincent Delerm seul avec son clavier dans un cabaret en république Tchèque… Tous comme un tchèque interloqué,  je regardais Turner, j'imaginais toute la profondeur du bonhomme, touchant, drôle, mais… l’interrogation cédait vite sa place à l’ennui.

M. Turner, nous ne nous sommes pas compris. Ce soir, j’en suis désolé, nous nous sommes loupés !

Par contre je n’ai pas loupé Herman Dune !

La salle du club a changé de visage quand David-Ivar Herman Dune est entré en scène. La température est montée de quelques degrés, des tongues ont poussées le long de nos pieds détendus. Le sol s’est assez vite déstructuré pour devenir une plage de sable fin. Les filles étaient toutes belles et les vacances commençaient bien et allaient durer l’éternité, en tout cas la soirée.

La musique d’Herman Dune est un remède contre la morosité. Les premières chansons que David interprètent seul à la guitare ouvre le bal et plante le décor. Lorsqu’il est rejoint par Neman à  la batterie et son acolyte à la basse le voyage continue et s'accélère.On avance au rythme de la guitare tendre et chaloupé. La basse et les percus nous accompagnent.

On ne sait jamais avant un concert d’Herman Dune à quoi s’attendre. Leur dernier Album Giant marque une évolution importante pour le groupe, avec une présence marquée de cuivres et de chœurs féminins. La moitié des chansons de ce dernier opus est écrite par André Herman Dune, le frangin, qui a quitté le groupe après la sortie de l’album, chansons qui ne seront pas jouées lors de la tournée... Nous n'aurons pas le droit à toutes les chansons, pas le droit au chœurs et pas le droit aux cuivres...

Nous pouvions donc être incertain de la route que choisira David pour nous mener en vacances.  Mais avec nos pagnes et nos colliers à fleurs, nous sommes prêt à le suivre. Les paysages sont changeants. Folk. Rock. Électrique.

Les vacances continuent, en solo, en trio. Herman Dune, c’est carré et c’est euphorisant : on se sent bien !

Et puis, comme dans toute vacances, bercé par le bruit des vagues, on commence à penser à la rentrée, à la liste de course, au horaires de la nourrices... Bref les vacances ont une fin et c'est bien avant le fin du concert que je commençais à y penser.

La magie de cette ambiance ne dure pas autant que le concert, et si la prestation d'Herman Dune a été ce soir appréciable, il n'en demeure pas moins que le ronron plaisant à eu raison de moi. Les performances techniques de David à la guitare font leur effet sur les première chanson puis font partie du décor, le charme des chansons s'émousse sur la longueur.

Le rythme faiblit un peu et je suis laché en route. Je ne parviendrai pas à rejoindre le wagon que je regarde s'éloigner sans moi...

J'ai  fini le concert noyé dans mes pensées, que la musique en fond rendent agréables, mais je ne suis plus vraiment dans le concert. Je faisais déjà mes valises pour le retour !

Pour conclure : j'aime bien les vacances, moins les rentrées, j'aime bien Herman Dune, mais pas trop longtemps !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Mash Concrete metal mushroom. de Herman Düne
La chronique de l'album Giant de Herman Düne
La chronique de l'album Mariage à Mendoza de Herman Dune
Herman Dune en concert au Festival Antifolk 2003
Herman Dune en concert au Festival Antifolk 2003 - 2ème
Herman Dune en concert au Festival Mo'Fo 2003
Herman Dune en concert à Pizzeria du Soleil (2 février 2004)
Herman Dune en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (jeudi)
Herman Dune en concert au Trabendo (26 novembre 2005)
Herman Dune en concert à La Cigale (4 novembre 2006)
Herman Dune en concert à Angers (22 novembre 2006)
Herman Dune en concert au Festival Les Nuits Parisiennes 2006
Herman Dune en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (samedi)
Herman Dune en concert au Festival Primavera Sound 2007 (jeudi)
Herman Dune en concert au Festival des Vieilles Charrues 2007 (samedi)
Herman Dune en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
Herman Dune en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
Herman Dune en concert à La Vapeur (15 avril 2009)
Herman Dune en concert au Festival Furia Sound 2009
Herman Dune en concert au Festival Les Nuits de l'Alligator 2010 (samedi 27)
Herman Dune en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Samedi
Herman Dune en concert au Festival International de Benicàssim #17 (vendredi 15 juillet 2011)
Herman Dune en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du vendredi
Herman Dune en concert au Festival Rock en Seine 2011 (vendredi 26 août 2011)
Herman Dune en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
Herman Dune en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012) - Dimanche 16 septembre
L'interview de Herman Düne (2 novembre 2006)
La conférence de presse de Herman Düne (15 août 2007)

En savoir plus :
Le site officiel de Herman Dune
Le Myspace de Herman Dune
Le Myspace de Dick Turner

crédits photos : Eric Ségelle (Toute la série sur Taste Of Indie)


Cyril Hortala         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 juin 2019 : Un festival de festivals

On vous parle bientôt du Hellfest, on vous parle déjà du Magnifique Society, on va partir au festival de Beauregard... bref, c'est l'été, la saison des festivals et on va vous tenir compagnie tout l'été, histoire de vous rafraichir les idées pendant que votre corps suera à grandes eaux sous le soleil caniculaire. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Une clairère" de Jérôme Minière
"Cheval fou" de Marie Claire Buzy
"Le pas de côté" de Matthieu Malon
"Trust in the Lifeforce of the Deep Mystery" de The Comet Is Coming
"Years to burn" de Calexio & Iron and Wine
"Tutto va vene" de Alex Rossi
"The coffin train" de Diamond Head
"Black Haze" de Lloyd
Compte rendu du Magnifique Society à Reims :
- Vendredi avec Delgrès, Franz Ferdinand, The Fat White Family...
- Samedi avec Pond, Bagarre, Sebastian etc.

et toujours :
"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Why ?" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Evaporés" au Théâtre de la Tempête
"Elle voit des nains partout !" au Café de la Gare
"Nous deux et personne d'autre" au Lavoir Moderne Parisien
"Roger, Roger et Roger" au Café de la Gare
"Olympicorama - Epreuve n°2 : Le disque" à la Grande Halle de La Villette
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Natan, le fantôme de la rue Francoeur" de Francis Gendron
Oldies but Goodies avec "L'Age d'or" de Luis Bunuel
et la chronique des films à l'affiche en juin

Lecture avec :

"Avis de décès" de Zhou Haohui
"L'évasion du siècle" de Brendan Kemmet
"La lame" de Frédéric Mars
"La solitude Caravage" de Yannick Haenel
"Malamorte" de Antoine Albertini
et toujours :
"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=