Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dick Turner - Herman Dune
Le Fil  (Saint Etienne)  9 avril 2009

On ne s’est pas compris avec Dick Turner.
Comme embarqué dans une discussion avec un étranger qui ne partage pas ma langue et qui s’aide des mains, je le trouvais très sympathique, l’œil malicieux, la bouille charmante, mais… je ne le comprenais pas.

Remarquez, je pense que lui s’en fout. Venant de la musique contemporaine et artiste-peintre-plasticien par ailleurs, ses modes d’expression sont multiples et je ne pense pas que ses préoccupations soient strictement dans l’échange de mots…

De mon coté j’apprécie l’effort qui me permet d’entrer dans l’univers d’un artiste, et je ne recherche pas à tous prix la compréhension par les mots quand je regarde une toile, quand je vois un opéra-punk ou  un spectacle de danse. L’émotion a son intelligence propre et ses codes que chacun peut se construire.

Mais là, Dick Turner, armé de son trombone et de sa bande son sur CD, mais surtout de ses gestes et des expressions de visages, nous laissait entendre toute l’importance de ses textes et de son message… Imaginez Vincent Delerm seul avec son clavier dans un cabaret en république Tchèque… Tous comme un tchèque interloqué,  je regardais Turner, j'imaginais toute la profondeur du bonhomme, touchant, drôle, mais… l’interrogation cédait vite sa place à l’ennui.

M. Turner, nous ne nous sommes pas compris. Ce soir, j’en suis désolé, nous nous sommes loupés !

Par contre je n’ai pas loupé Herman Dune !

La salle du club a changé de visage quand David-Ivar Herman Dune est entré en scène. La température est montée de quelques degrés, des tongues ont poussées le long de nos pieds détendus. Le sol s’est assez vite déstructuré pour devenir une plage de sable fin. Les filles étaient toutes belles et les vacances commençaient bien et allaient durer l’éternité, en tout cas la soirée.

La musique d’Herman Dune est un remède contre la morosité. Les premières chansons que David interprètent seul à la guitare ouvre le bal et plante le décor. Lorsqu’il est rejoint par Neman à  la batterie et son acolyte à la basse le voyage continue et s'accélère.On avance au rythme de la guitare tendre et chaloupé. La basse et les percus nous accompagnent.

On ne sait jamais avant un concert d’Herman Dune à quoi s’attendre. Leur dernier Album Giant marque une évolution importante pour le groupe, avec une présence marquée de cuivres et de chœurs féminins. La moitié des chansons de ce dernier opus est écrite par André Herman Dune, le frangin, qui a quitté le groupe après la sortie de l’album, chansons qui ne seront pas jouées lors de la tournée... Nous n'aurons pas le droit à toutes les chansons, pas le droit au chœurs et pas le droit aux cuivres...

Nous pouvions donc être incertain de la route que choisira David pour nous mener en vacances.  Mais avec nos pagnes et nos colliers à fleurs, nous sommes prêt à le suivre. Les paysages sont changeants. Folk. Rock. Électrique.

Les vacances continuent, en solo, en trio. Herman Dune, c’est carré et c’est euphorisant : on se sent bien !

Et puis, comme dans toute vacances, bercé par le bruit des vagues, on commence à penser à la rentrée, à la liste de course, au horaires de la nourrices... Bref les vacances ont une fin et c'est bien avant le fin du concert que je commençais à y penser.

La magie de cette ambiance ne dure pas autant que le concert, et si la prestation d'Herman Dune a été ce soir appréciable, il n'en demeure pas moins que le ronron plaisant à eu raison de moi. Les performances techniques de David à la guitare font leur effet sur les première chanson puis font partie du décor, le charme des chansons s'émousse sur la longueur.

Le rythme faiblit un peu et je suis laché en route. Je ne parviendrai pas à rejoindre le wagon que je regarde s'éloigner sans moi...

J'ai  fini le concert noyé dans mes pensées, que la musique en fond rendent agréables, mais je ne suis plus vraiment dans le concert. Je faisais déjà mes valises pour le retour !

Pour conclure : j'aime bien les vacances, moins les rentrées, j'aime bien Herman Dune, mais pas trop longtemps !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Mash Concrete metal mushroom. de Herman Düne
La chronique de l'album Giant de Herman Düne
La chronique de l'album Mariage à Mendoza de Herman Dune
Herman Dune en concert au Festival Antifolk 2003
Herman Dune en concert au Festival Antifolk 2003 - 2ème
Herman Dune en concert au Festival Mo'Fo 2003
Herman Dune en concert à Pizzeria du Soleil (2 février 2004)
Herman Dune en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (jeudi)
Herman Dune en concert au Trabendo (26 novembre 2005)
Herman Dune en concert à La Cigale (4 novembre 2006)
Herman Dune en concert à Angers (22 novembre 2006)
Herman Dune en concert au Festival Les Nuits Parisiennes 2006
Herman Dune en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (samedi)
Herman Dune en concert au Festival Primavera Sound 2007 (jeudi)
Herman Dune en concert au Festival des Vieilles Charrues 2007 (samedi)
Herman Dune en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
Herman Dune en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
Herman Dune en concert à La Vapeur (15 avril 2009)
Herman Dune en concert au Festival Furia Sound 2009
Herman Dune en concert au Festival Les Nuits de l'Alligator 2010 (samedi 27)
Herman Dune en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Samedi
Herman Dune en concert au Festival International de Benicàssim #17 (vendredi 15 juillet 2011)
Herman Dune en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du vendredi
Herman Dune en concert au Festival Rock en Seine 2011 (vendredi 26 août 2011)
Herman Dune en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012)
Herman Dune en concert au Festival We Love Green #2 (édition 2012) - Dimanche 16 septembre
L'interview de Herman Düne (2 novembre 2006)
La conférence de presse de Herman Düne (15 août 2007)

En savoir plus :
Le site officiel de Herman Dune
Le Myspace de Herman Dune
Le Myspace de Dick Turner

crédits photos : Eric Ségelle (Toute la série sur Taste Of Indie)


Cyril Hortala         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=