Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Joseph Léon
Hard as Love  (Real Time Records / Dièse)  mars 2009

Un frenchie qui fait du pur folk américain, ce n’est pas si habituel. S’attaquer à ce style quand on connaît les maîtres du genre est osé, voire inconscient. Joseph Léon, sans se poser de questions superflues, l’a pourtant fait et a réussi avec Hard as Love à marcher sur les plates bandes des yankees illustres d’une bien belle manière.

Joseph Léon a changé de vie. Autrefois col blanc, il a trouvé son salut en réalisant son premier album Hard as Love. Conçu en marge des productions habituelles, à compte d’auteur, l’album traverse l’Atlantique pour jouer dans la cour des grands songwriters américains, rien de moins.

Dans Hard as Love, Joseph Léon chante ses histoires, ses fêlures et nous ballade le long de la côte ouest américaine pour un road movie sentimental, une introspection amoureuse qui amènera peut-être à la rédemption.

Le chant est en anglais bien sûr, comment pouvait-il en être autrement. Mais ce disque ne sonne comme une réalisation hexagonale. Le doute est même permis, s’immisce et finalement obsède. Une production épurée, qui se veut la plus authentique possible, loin de l’habituelle production française des groupes se voulant anglophones.

Le titre de l’album Hard as Love met les choses au point tout de suite. Ici, pas de protestation sociale mais des sentiments humains et une exploration des histoires d’A, qui finissent mal en général. Mélancolie lumineuse, vieille Chevrolet décapotable sur la route longeant la côte ensoleillée, lunettes de soleil vintage, ambiance d’une autre décennie. Autobiographique sans doute, comme la plupart des albums, mais même un peu plus. Ce dernier raconte, comme un long cheminement, l’amour, la déception, la chute, le noir, l’espoir.

Dans une optique d’album assez épuré, léger dans la forme, la guitare acoustique est inévitablement en avant, comment cela pourrait-il être autrement. Les chansons sans artifice bénéficient toutefois d’un renfort parcimonieux de piano, de chœurs et même d’un quatuor de cordes sur "Painless". On passe de la guitare arpégée façon Macadam cowboy sur "Myriam", au très californien "One in one out" en passant par "The long drink" que Neil Young n’aurait pas renié. Et tout en douceur, le languissant "Across the sea" côtoie l’ambiance Nouvelle-Orléans, plus feutrée, qui arrive au détour de "Forever cold", les balais du batteur caressant les peaux de son instrument.

A l’écoute de cet album, la seule chose à faire est de simplement se laisser bercer par la douceur des chansons et de laisser l’esprit vagabonder. Il n’y a rien de fondamentalement neuf et c’est pour le coup une qualité.

Joseph Léon s’inscrit simplement dans un sillon creusé par d’autres avant lui et y apporte ses histoires et ses cassures. Un album personnel qui n’en est pas moins universel.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Bare Awakening de Joseph Leon
Joseph Léon en concert à L’Alhambra (11 mars 2009)
L'interview de Joseph léon (3 avril 2009)

En savoir plus :
Le Myspace de Joseph Leon
Le Facebook de Joseph Leon


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Joseph Leon (19 novembre 2013)
Joseph Leon (3 avril 2009)
Joseph Leon (19 novembre 2013)
Joseph Leon (3 avril 2009)


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=