Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Joseph Léon
Hard as Love  (Real Time Records / Dièse)  mars 2009

Un frenchie qui fait du pur folk américain, ce n’est pas si habituel. S’attaquer à ce style quand on connaît les maîtres du genre est osé, voire inconscient. Joseph Léon, sans se poser de questions superflues, l’a pourtant fait et a réussi avec Hard as Love à marcher sur les plates bandes des yankees illustres d’une bien belle manière.

Joseph Léon a changé de vie. Autrefois col blanc, il a trouvé son salut en réalisant son premier album Hard as Love. Conçu en marge des productions habituelles, à compte d’auteur, l’album traverse l’Atlantique pour jouer dans la cour des grands songwriters américains, rien de moins.

Dans Hard as Love, Joseph Léon chante ses histoires, ses fêlures et nous ballade le long de la côte ouest américaine pour un road movie sentimental, une introspection amoureuse qui amènera peut-être à la rédemption.

Le chant est en anglais bien sûr, comment pouvait-il en être autrement. Mais ce disque ne sonne comme une réalisation hexagonale. Le doute est même permis, s’immisce et finalement obsède. Une production épurée, qui se veut la plus authentique possible, loin de l’habituelle production française des groupes se voulant anglophones.

Le titre de l’album Hard as Love met les choses au point tout de suite. Ici, pas de protestation sociale mais des sentiments humains et une exploration des histoires d’A, qui finissent mal en général. Mélancolie lumineuse, vieille Chevrolet décapotable sur la route longeant la côte ensoleillée, lunettes de soleil vintage, ambiance d’une autre décennie. Autobiographique sans doute, comme la plupart des albums, mais même un peu plus. Ce dernier raconte, comme un long cheminement, l’amour, la déception, la chute, le noir, l’espoir.

Dans une optique d’album assez épuré, léger dans la forme, la guitare acoustique est inévitablement en avant, comment cela pourrait-il être autrement. Les chansons sans artifice bénéficient toutefois d’un renfort parcimonieux de piano, de chœurs et même d’un quatuor de cordes sur "Painless". On passe de la guitare arpégée façon Macadam cowboy sur "Myriam", au très californien "One in one out" en passant par "The long drink" que Neil Young n’aurait pas renié. Et tout en douceur, le languissant "Across the sea" côtoie l’ambiance Nouvelle-Orléans, plus feutrée, qui arrive au détour de "Forever cold", les balais du batteur caressant les peaux de son instrument.

A l’écoute de cet album, la seule chose à faire est de simplement se laisser bercer par la douceur des chansons et de laisser l’esprit vagabonder. Il n’y a rien de fondamentalement neuf et c’est pour le coup une qualité.

Joseph Léon s’inscrit simplement dans un sillon creusé par d’autres avant lui et y apporte ses histoires et ses cassures. Un album personnel qui n’en est pas moins universel.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Bare Awakening de Joseph Leon
Joseph Léon en concert à L’Alhambra (11 mars 2009)
L'interview de Joseph léon (3 avril 2009)

En savoir plus :
Le Myspace de Joseph Leon
Le Facebook de Joseph Leon


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Joseph Leon (19 novembre 2013)
Joseph Leon (3 avril 2009)
Joseph Leon (19 novembre 2013)
Joseph Leon (3 avril 2009)


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"G.R.AI.N. - Histoire de fous" à la Manufacture des Abbesses
"Evita - Le destin fou d'Evita Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=