Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Orelsan
Perdu d'avance  (7th Magnitude / 3ème Bureau)  février 2009

Un internaute faisait remarquer qu'Orelsan est l'anagramme d'Orléans. Pourtant, le jeune rappeur est originaire de Caen. Enfin, aussi bien à Caen, Orléans qu'ailleurs, nul n'est censé ignorer son existence puisqu'il y a en ce moment une affaire Orelsan qui divise la classe politique. Je ne m'y suis pas beaucoup intéressée, je le reconnais. J'avais assez du disque à écouter pour me faire une opinion sur le personnage. Surtout qu'en quatorze morceaux, le portrait gagne en subtilité, en nuances et en variété.

Alors Orelsan d'après son travail, les titres de l'album fait partie de cette jeunesse à qui la société ne fait même plus de promesses : pas celle d'un confort financier après quelques années d'étude, ni celle d'une vie de groupe épanouie, ni celle de croiser les princesses et les princes charmants.

Alors l'univers devient celui des jeux vidéos, des cassettes porno, de l'alcool, de l'ennui : "une soirée réussie est celle qui ne me laisse pas de souvenirs". Le rap peut-être apporterait-il la reconnaissance, l'argent et l'amour ? Comme des bouteilles à la mer, il balance ses désillusions sur la vie, les filles et le travail. Il n'y a pas beaucoup d'espoir dans le tableau.

Mais le jeune homme sait convaincre et manie bien les mots, avec des refrains qui font mouche comme : "les vieux comprennent pas ce qui se passe dans la tête des jeunes élévés à la playstation". Regard plombé sur une certaine frange de la jeunesse qui n'a plus les modèles qu'il leur faut pour s'intégrer. Et la langue... Français vernaculaire d'une réalité aussi pauvre que frustrante.

L'artiste tranche dans le vif. Ces chroniques et récits d'auto-ficton témoignent de la sincérité, de son altruisme aussi. Il ne joue pas que les super héros, il avoue ses déceptions et l'image dépréciée qu'il s'est faite de lui-même et de sa vie, du temps qu'il était plus confidentiel. Il ne l'est plus, malheureusement pas pour de bonnes raisons. Il est à parier que ceux qui prennent le temps de dépasser la polémique pour écouter l'album, savent qu'Orelsan est surtout pris dans les contradictions de l'époque : misogyne et romantique, violente et paisible, une époque à la fois d'intégration et de ségrégation. Orelsan est en phase avec l'air du temps.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Orelsan en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Samedi
Orelsan en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition
Orelsan en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - dimanche
Orelsan en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi & dimanche
Orelsan en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2012 - 11ème édition - Vendredi
Orelsan en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Marseille
Orelsan en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Vendredi 28 septembre
Orelsan en concert au Festival Beauregard #10 (édition 2018) - Vendredi 6 juillet
Orelsan en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2018 - Dimanche 22

En savoir plus :
Le Myspace de Orelsan


Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Mondrian figuratif" au Musée Marmottan-Monet
"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=