Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Une image peut en cacher une autre
Grand Palais  (Paris)  Du 8 avril au 6 juillet 2009

Pour ce printemps, le Réunion des Musées Nationaux présente au sein des Galeries Nationales du Grand Palais une exposition originale au titre en forme de boutade "Une image peut en cacher une autre".

Le commissaire Jean-Hubert Martin, conservateur général du Patrimoine, assisté de Dario Gamboni, historien de l’art, propose au visiteur "ordinaire", qui n'est pas un historien d'art, une approche de l'œuvre d'art sinon différente de celle première du moins complémentaire en prolongeant l'émotion esthétique ou sensitive par une analyse éclairante.

Une approche didactique et ludique, un jeu de piste érudit et de résonances, qui s'effectue à partir d'oeuvres qui se prêtent à des lectures plurielles, afin de percer leur secret, de découvrir leur sens caché et d'une certaine manière, par ce comportement "actif", concrétiser l'interactivité voulue par l'artiste et renouer le dialogue intime qu'il a initié nonobstant l'écoulement du temps.

Avec un très grand nombre d'oeuvres, plusieurs centaines de peintures, dessins, gravures, sculptures et films sans unité ni de style, ni de thématique, qui embrassent toutes les périodes et toutes les latitudes, l'exposition prend la forme d'un vaste cabinet de curiosités qui transporte le visiteur dans un véritable retour vers le futur de l'histoire de l'art, de l'art du paléolithique à l'art contemporain.

La scénographie de Véronique Dollfus est particulièrement réussie avec un vocabulaire esthétique cohérent avec le parcours chronologique de l'exposition depuis les cimaises au tons chauds des premières salles, avec le bel espace vitrine pour la nature artiste et les miniatures mogholes, pour s'achever avec le white cube de la salle consacrée aux aux images doubles tridimensionnelles de Markus Raetz.

L'alignement parallèle de cimaises centrales ménagent des espaces privilégiés pour la monstration d'appariement d'oeuvres, des ilots thématiques ou de résonance qui créent des ruptures dans un parcours essentiellement chronologique. Seul regret, peut être, la trop sage salle panoramique réservée à Dali.

"Que ceux qui ont des yeux voient"*

Le double propos de l'exposition consiste, à partir du caractère sinon équivoque du moins non univoque de certaines oeuvres d'art, d'une part, à aiguiser le regard pour en dévoiler le sens caché ou leur propension à ouvrir le champ des points de vue et, d'autre part, à nourrir une réflexion, aux incidentes quasi politiques, sur la subjectivité incontournable de leur perception et de leur analyse.

Le postulat réside dans la perception de la réalité qui est toujours transformée de manière plus ou moins perceptible par le prisme de l'œil, une transformation mécanique, puis par le cerveau de celui qui analyse l'image à la lumière de son vécu qui modifie l'image de la réalité en une vision au sens de perception et la pré-interprète. Relativité qui n'est pas réservée au vulgum pecus et donc qui suggère de faire preuve de discernement face aux analyses des historiens d'art.

 

 

Quels que soient la motivation de l'artiste, du jeu d'esprit au message crypté, de la technique utilisée, de l'image double aux anamorphoses, et du degré de visibilité, de l'implicite au patent, le panorama est large et ne répond pas à une logique spatio-temporelle.

Ces procédés sont intemporels et l'exposition met en évidence des résonances troublantes à travers les siècles tels les perspectives impossibles d’Escher et les prisons imaginaires Piranese, les vases aux profils en creux de Jaspers Johns et ceux de Raoul Marek, "Le lit défait de Delacroix et "L'homme dans les draps" de Alain Fleischer et les portraits-visage de Josse de Momper et de Dali.

Toutefois, ces œuvres s'inscrivent toujours dans le questionnement métaphysique de l'homme et sa quête du divin.

Le 20ème siècle, avec l'avènement de l'inconscient, constitue une charnière entre le symbolisme religieux qui a présidé, illustré par exemple par la figuration à double image de Durer, les images du hasard de Mantegna et paysages de Heri met de Bles et la cosa mentale, la projection de soi et l'introspection à travers notamment l'onirisme surréaliste au rang desquels, entre autres, Dali et sa paranoïa-critique, Man Ray, Magritte, l'anatomie du désir vue par Hans Bellmer et les œuvres à propositions multiples telles le "Cauldron" de Tony Cregg.

L'exposition permet de découvrir des œuvres étonnantes comme la carte "Allégorie de genre" de Marcel Duchamp, carte de l'Amérique avec le profil de Washington, la "Tête de taureau" de Picasso fait d'une selle et d'un guidon de vélo, "Le moine" de Elmar Trenkwalder et sa nouvelle Trinité, Dieu, l'homme et la femme, la sculpture d'animaux empaillés de Tim Noble et Sue Webster dont l'ombre portée révèle le profil des artistes ainsi que les dessins préparatoires de l'emblématique tableau aux huit scènes de Dali, "L’énigme sans fin".

A noter que l'exposition accorde un focus particulier sur les portraits composites de Arcimboldo, les images à figurations multiples de Dali avec des toiles majeures comme "Le grand paranoïaque", "Les trois âges", "Transition" et les illusions d'optique de Markus Raetz.

En raison de son abondance, de son intérêt et de l'affluence qu'elle connaît, cette exposition se mérite et implique non seulement de la patience, de la disponibilité et de la sagacité mais également de prévoir le temps nécessaire pour "jouer le jeu"- dans la mesure où tous les sens cachés ne sont pas dévoilés par un cartel - et à cet égard la lecture du catalogue relatif à l'exposition n'est pas superfétatoire.

* Herri met de Bles

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique du catalogue de l'exposition

En savoir plus :

Le site officiel de la Réunion des Musées Nationaux

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation de la Réunion des Musées Nationaux


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=