Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce N&SK - Sentinel
Le Fil  (Saint Etienne)  7 mai 2009

Aujourd’hui, jeudi 7 mai est un grand jour. Pas seulement parce qu’il est le début d’un long week end, comme bon nombre de vous devaient le penser... Mais surtout parce que c'est ce soir que se produit au Fil le groupe N&SK. Alors, malgré l'orage qui commence à tonner, mon moral reste au beau fixe. Et pour cause! N&SK, c’est un groupe qui met avant tout la pêche, et sur lequel le mauvais temps n'a pas de prise. Entre leurs sonorités ska et leurs paroles dynamisantes, on est sûr de retrouver le sourire pour ne plus le quitter. Manifestement, je ne suis pas la seule à le penser. Le public s’est déplacé en masse ce soir, et calme son impatience dans les méandres de l’alcool…(en clair le bar est bondé).
 
Mais c'est Sentinel qui a le privilège de débuter la soirée. Dès leur entrée sur scène, des lumières vertes jaunes et rouges donnent le ton: ce sera reggae! Pourtant, il serait réducteur de les limiter à un groupe de reggae seulement. Sentinel associe à ses tonalités festives des paroles hip hop et un fond musical rock, qui provoquent un mélange des genres assez sympathique. Le fond de haut bois souligne la musique, et le groupe use de pas mal d'effets rythmiques et de paroles répétitives pour motiver le public.

En tout cas, les spectateurs sont enjoués, et l'ambiance s'enflamme. Et il faut bien avouer que moi aussi je m'y suis laissée prendre un temps. Ahhhh si seulement j'étais restée au milieu de cette foule dynamique... Mais lassée des pogo, et surtout désirant avoir une vue d'ensemble sur le concert, je me suis mise en retrait au fond de la salle.

En m'extrayant ainsi de l'effet de groupe, je me suis finalement mise à m'ennuyer. En effet, Sentinel utilise son cocktail de genres, pourtant riche, de manière assez superficielle. Les sons se ressemblent et tombent dans des caricatures peu flatteuses…

De même, les textes manquent d'originalité et les Yé Yé souvent répétés deviennent à force ridicules. On aurait aimé se défaire des à priori sur les jeunes groupes de hip hop en écoutant des textes un peu moins rebelles et révoltés. La galère, la société de consommation, l'Etat, sont des thèmes récurrents dans les chansons, qui s'opposent en réalité à tout type de pouvoir. Mais, critique mise à part, Sentinel est le groupe parfait pour commencer la soirée tranquillement et sous le signe de la bonne humeur.

En effet, le groupe fait un réel effort de communication avec le public. Il le fait danser, chanter, reprendre des paroles marquantes, et l'ambiance ne s'est ainsi pas affaiblie du début à la fin. Sans forcément aller chercher plus loin et se prendre la tête, les spectateurs n'ont plus qu'à se laisser aller au rythme de la musique pour passer un bon moment. En bref, Sentinel est un groupe peu novateur, mais efficace.

Après cet intermède musical, certains spectateurs retournent à leur alcool, d'autres patientent au stand des produits de N&SK, mais pour tous l'impatience se fait croissante...

Soudain, j'entraperçois des figures réjouies courant vers la scène: N&SK est arrivé. Le groupe commence énergiquement, par des musiques très rock extraites de leur nouvel album Libre Service (sorti le 11 mai). Le public est évidemment enthousiaste à l'idée de découvrir de nouvelles chansons, et l'ambiance est au rendez vous. D'autant plus que N&SK est surtout reconnu comme étant un groupe de live, qui sait dynamiser son public.

Cette fois encore, les musiciens ont instauré une véritable complicité avec les spectateurs, par une gestuelle toujours mouvante ainsi que par une petite histoire racontée avant chaque chanson. Alors pour danser, ça nous l'avons fait, profitant que le Fil ne soit pas assez bondé pour nous l'empêcher. En effet, bien que l'atmosphère soit beaucoup plus rock, les sonorités ska qui forment la base de N&SK sont toujours aussi festives. Pourtant, impossible de retrouver le petit groupe local de ska de leurs débuts.

N&SK a su, au fil du temps, réellement créer son esprit musical. Il a ainsi considérablement évolué, et s'est démarqué des autres groupes. Ce nouvel album ne fait que confirmer son évolution vers un univers plus profond, et sans nul doute plus engagé dans le monde actuel. Et en effet, le titre de leur album, Libre Service, l'exprime bien. Mais ne vous en faites pas, le groupe n'a pas pour autant perdu de sa bonne humeur. Le sourire omniprésent du chanteur ainsi que des titres comme Païna (clope) en sont la preuve, s'il en fallait une. Le concert continue donc très bien, alternant entre des musiques très ska et enjouées et des musiques plus graves et marquantes, comme une de leurs chansons sur les enfants maltraités.

Le public retrouve par ailleurs d’anciens titres remixés différemment, comme "Non Alignés". Mais, au milieu du concert, à la surprise générale, l'ambiance change du tout au tout. Un technicien vient en effet d'apporter des tabourets, et les 8 musiciens se sont assis en ligne. Des sons s'élèvent, nous touchant en plein coeur: ce sont ceux de la chanson "Histoire de France".

Pour notre plus grand plaisir, N&SK a débuté un moment d'acoustique riche en émotions. L'ambiance se fait immédiatement plus feutrée. En fait, c'est comme si le Fil avait disparu pour laisser place à un petit bar intimiste, où les musiciens développent une réelle proximité avec le public. Toutes les chansons dégagent alors des émotions véritablement touchantes, renforcées notamment par l'accompagnement de violon. Ce fut un moment très particulier qui m'a saisie par son calme et son naturel.

Mais malheureusement, le concert touche déjà à sa fin. N&SK revient sur ses titres les plus connus, comme "Le Cirque du Millénium", "Je joue", et conclut en beauté avec "Le Père Noël".
 
Pour figer dans le temps ce concert mémorable, Céline, la violoniste prend un polaroïd du public. Néanmoins, pour nous, cela ne fait aucun doute: le temps n'aura pas de prise sur les souvenirs d’un concert que l'on n'est pas prêts d'oublier.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Le tour de piste de N&SK
N&SK en concert au Festival Solidays 2004 (vendredi)
La conférence de presse de N&SK (Nomades et Skaetera) (10 juillet 2004)
L'interview de N&SK (7 mai 2009)

En savoir plus :
Le Myspace de N&SK
Le Myspace de Sentinel

crédits photos : Sébastien Barriol (Toutes les séries sur Taste of Indie)


Lauriane Clément         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=